Bus RATP PC1 : Usagers, refusons la nouvelle dégradation des conditions de transports ! NON aux suppressions de bus !

30 Mars 2015 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #RATP

Bus RATP PC1 : Usagers, refusons la nouvelle dégradation des conditions de transports ! NON aux suppressions de bus !

Bus RATP PC1 : Usagers, refusons la nouvelle dégradation des conditions de transports ! NON aux suppressions de bus !

PCF Paris 15, 29 mars 2015

La ligne de bus du PC1 est surchargée. Les bus sont bondés aux heures de pointes. Aux heures creuses, les temps d’attente sont dissuasifs. Personne ne le conteste.

C’est bien au nom de cela que la RATP, la Ville et la Région (le STIF) justifient leur projet de prolonger le tram à travers le 16ème, le 17ème, sur le tronçon manquant du Pont du Garigliano jusqu’à la Porte de la Chapelle, avec des étapes à la Porte d’Asnières et/ou à la Porte de Champerret, terminus du PC1.

Mais en attendant ? La RATP et ses commanditaires semblent au contraire vouloir dégrader encore davantage la situation.

La direction du dépôt de Croix-Nivert a ainsi décidé de supprimer un service et demi, soit 6% des bus en matinée. Dans une situation tendue à l’extrême, cette décision, qui serait applicable le 1er mai, est de nature à désorganiser toute la ligne. Moins de bus aux heures de pointe, bientôt des arrêts supprimés, des terminus avancés à la Porte Maillot ou à la Porte Dauphine etc : usagers, nous allons subir, si nous laissons faire. En parallèle, les machinistes verraient leurs cadences accrues, leurs temps de pause réduits, leur organisation du temps de travail bouleversée.

Pourquoi sacrifier cette ligne ? Pour faire de petites « économies » permettant à la RATP de dégager du profit sur le dos des salariés et des usagers pour aller investir en Afrique du Sud ou en Arabie Saoudite ? L’ex-PDG Pierre Mongin s’est vanté de cette stratégie. Ce même Mongin, 8 mois seulement après son renouvellement à la tête de la RATP et son serment solennel devant le Parlement, vient d’annoncer qu’il quittait le service public pour une paie plus avantageuse chez GDF-Suez ! Assez de cynisme !

Le choix de la direction de la RATP aux dépens des habitants et des salariés du 15ème et du 16ème est d’autant plus injustifiable que l’ouverture, dès cette année, du ministère des Armées au « Balardgone » va drainer 10.000 salariés quotidiennement dans le secteur, venant du sud comme du nord. A court terme, les 86.000 mètres carrés de bureaux du projet « Qu4drans », à Balard, vont être ouverts. Déjà, pour les salariés de France Télévisions, du PMU, de la SAGEM, de la Préfecture ou de l’HEGP, le temps est très long quand ils empruntent la ligne 9 du métro, la ligne 10 puis doivent prendre en correspondance le PC1. C’est le cas également, parmi d’autres, des étudiants de l’IUT Paris-Descartes ou de l’IUFM de Molitor.

Les machinistes du PC1, à l’appel de la CGT, ont tiré le signal d’alarme et exprimé leur refus à la direction du centre RATP. Usagers, faisons de même, dans notre intérêt. Mettons les élus locaux, régionaux (le STIF contrôle le réseau de transport d’Ile-de-France) ou parisiens, devant leurs responsabilités : veulent-ils continuer à accompagner le déclin du service public du transport à Paris ?

Usagers, avec les agents de la RATP, disons NON à la dégradation programmée de la ligne de bus PC1 de la RATP !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Le Rhun 31/03/2015 21:47

Il n'y a pas que la PC1 de concernée.
Utilisatrice assidue des lignes 39, 80, 89, je constate que les temps d'attente sont de plus en plus longs, les services partiels de plus en plus nombreux, les changements d'opérateurs entraînant des arrêts prolongés de plus en plus fréquents, que les plans généraux des transports par bus ont disparus des nouveaux abris-bus au profit des plans partiels de quartier et de prises de chargement des i-phones, que les informations sur les lignes de bus ont disparus des plans d'accès au profit des stations velib' et bientôt autolib', vaches grasses de Decaux et Bolloré... bref une dégradation générale des transports collectifs parisiens au profit de solutions individuelles concédées à des intérêts privés