Les personnels Korian-Champ-de-Mars en grève pour dénoncer les conditions d’exploitation dans la maison de retraite soi-disant de «standing ». Soutien !

21 Avril 2015 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie

Les personnels Korian-Champ-de-Mars en grève pour dénoncer les conditions d’exploitation dans la maison de retraite soi-disant de «standing ». Soutien !

PCF Paris 15, 21 avril 2015

Au minimum 5000 euros par mois, ça fait 170 euros par jour. C’est le prix réclamé aux personnes âgées et à leur famille, par le groupe privé lucratif Korian-Medica pour un long séjour dans sa maison de retraite du 64 rue de la Fédération dans le 15ème arrondissement.

Pour justifier un tel prix de séjour, la plaquette publicitaire argue entre autres de la proximité de la Tour Eiffel – c’est vrai mais quand on la voit tous les jours…, d’un « cadre idyllique » – c’est très subjectif, et de « prestations d’hébergement et d’accompagnement d’une construction moderne ». De ces dernières, les personnels en grève du 15 au 21 avril, ont dévoilé la réalité : sous-effectif, conditions de travail intenables, heures supplémentaires non-payées, salaires de misère etc.

La philosophie des dirigeants et des actionnaires du groupe Korian, fusionné maintenant avec Medica, ce n’est pas la sérénité du grand âge, c’est la captation de l’argent des familles vers les dividendes, c’est la ruée vers « l’or gris » suivant l’horrible expression qui réduit l’augmentation de l’espérance de vie en une source de profit.

En 2014, Korian-Medica, « numéro un européen » a annoncé un bénéfice net en hausse de 8,8%...

Nous soutenons et appelons les familles, les habitants du 15ème à soutenir les revendications des personnels en grève, c’est-à-dire la quasi-totalité des aides-soignants, des personnels de service, défendues avec le syndicat CGT :

  • La titularisation des salariés précaires
  • Des créations de poste pour assurer les remplacements,
  • La prise en compte des heures réellement travaillées
  • Une augmentation des salaires (moins de 1300 euros par mois, sans prime, c’est au plus bas de ces professions, pourtant pénibles).

Dans ce type de structure, les luttes sont âpres et de longue haleine.

La direction n’a pas hésité à dégarnir d’autres maisons de retraites pour faire effectuer, en jaune, le travail des grévistes. Le 15 avril, c’est un mouvement d’ensemble à Korian-Medica qui a poussé à la grève reconductible à Champ-de-Mars. Le 23 avril a lieu un rassemblement national devant le siège du trust, 32 rue Guersant dans le 17ème (à midi).

Les pouvoirs publics sont directement concernés. Ils n’ont de cesse d’affaiblir l’offre publique de prise en charge des personnes âgées et de soins de moyen et long séjours. En Ile-de-France, l’Etat, l’Agence régionale de santé et la direction de l’Assistance publique attaquent les structures publiques. Nous avons dénoncé le scandale du passage direct de la direction générale de l’AP-HP, où elle avait sévi, à la direction de Korian de 2006 à 2011. Nous n’acceptons pas les abandons de la municipalité de Paris qui veut aujourd’hui fermer sa maison de retraite de Sarcelles et qui privilégie les structures privées. Dans le 15ème, elle refuse de rouvrir le centre de santé lié à la maison de retraite municipale « Anselme Payen » pour faire le lit de la médecine lucrative.

Dans un secteur, malheureusement encore ouvert à la « concurrence » privée pour longtemps, l’existence d’un secteur public de référence, avec des conditions d’accueil dignes et transparentes, des statuts reconnus du personnel, est essentielle pour tous.

La grève à Korian-Champ-de-Mars rejoint une lutte d’ensemble. Elle ne fait que commencer.

Les personnels Korian-Champ-de-Mars en grève pour dénoncer les conditions d’exploitation dans la maison de retraite soi-disant de «standing ». Soutien !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article