Pour la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation - 26 avril 2015

26 Avril 2015 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Histoire - Notre mémoire

Lire en lien la déclaration de notre regretté camarade Emile Torner, ancien déporté résistant à Buchenwald et Langenstein pour la journée de 2013

Boris Taslitzky: L’insurrection victorieuse de Buchenwald (11 avril 1945)

Interview de Boris TASLITZKY par Jean ROLLIN, L’Humanité, 3 mai 1965

 

Pour le 20e anniversaire de la libération des camps

B. TASLITZKY a peint :
« L’insurrection victorieuse de Buchenwald »

Boris Taslitzky vient d’exécuter « L’insurrection victorieuse de Buchenwald » (11 avril 1945), pour le musée de Saint-Ouen où cette vaste composition a déjà trouvé place.

— « Si mon tableau a pour sujet cette action et ce lieu, nous a dit l’artiste, il a dans l’esprit de son auteur une valeur plus générale. Il est un hommage à tous les déportés de toutes les nationalités qui se sont battus et ont résisté à l’entreprise d’abaissement, qu’ils aient vu ou non la victoire. Un hommage aux combattants de tous les camps, même si les circonstances de notre vie à tous ont fait que ce jour là c’est à Buchenwald que cette action a eu lieu, a pu avoir lieu. »

— Votre œuvre se signale par un mouvement vraiment extraordinaire. Ce que vous avez représenté avec tant de fougue, c’est bien la ruée des combattants sur les postes allemands.
— Oui, et pour cela, j’ai situé mes personnages dans l’angle visuel des sentinelles, imaginant ce que celles-ci durent voir et non ce que je vis moi-même ce jour-là. S’agissant d’une attaque frontale, c’est esthétiquement une attaque frontale que mon tableau propose au spectateur.

— Vous êtes aussi l’auteur de cent onze dessins faits à Buchenwald et de trois grands tableaux consacrés à la déportation : « Le Wagon des déportés » (musée de Saint-Denis) ; « Le petit camp de Buchenwald » (Musée national d’Art moderne) ; « la mort de Danielle Casanova » (musée de l’Histoire de Montreuil). C’est la douloureuse épopée des camps que célèbre ainsi une partie importante de votre création.
— « Les œuvres que vous venez d’énumérer sont dédiés à la grandeur du martyre et à la dignité des déportés. Dans mon dernier tableau, j’ai voulu clore cette série par l’image d’un haut fait accompli par les internés de Buchenwald le 11 avril 1945, et qui les libéra les armes à la main. Je l’ai fait dans l’esprit qui fut constamment le nôtre du jour de notre entrée dans l’action clandestine à celui de notre libération, c’est-à-dire dans l’optique et l’action du combat. »

— La réalisation de « L’insurrection victorieuse de Buchenwald » coïncide avec le 20e anniversaire de la libération des camps. Une telle circonstance n’est sans doute pas étrangère au choix que vous avez fait de votre sujet ?
— Certainement mais de toute façon j’avais besoin de peindre ce tableau, ne fût-ce que pour rappeler ceci : la déportation ne fut pas seulement l’époque du martyre, mais elle continua à être celle de la Résistance, au cours de laquelle des êtres nus et désarmés surent ne rien céder à leur dignité et, en fin de compte, réussir à vaincre en combattant. J’ai assez de ne voir que des larmes sur notre souvenir. Je tiens à ce que l’on sache et comprenne que, jusque dans le gouffre, nous fûmes des soldats. Que nul ne l’oublie comme nous ne l’avons pas oublié nous-mêmes, ni non plus pardonné, car le pardon ici ne s’adresserait qu’à l’ordre nazi, ce qui constituerait un crime de lèse-humanité. La réconciliation franco-allemande passe nécessairement par le châtiment des hitlériens par le peuple allemand lui-même. »

Pour la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation - 26 avril 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article