Fonction publique : la mascarade du « dialogue social » crûment dévoilée !

18 Octobre 2015 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Fonction publique

Bernadette Groison (FSU) et Manuel Valls (gouvernement) en situation de "dialogue social" en 2014

Bernadette Groison (FSU) et Manuel Valls (gouvernement) en situation de "dialogue social" en 2014

(communiqué diffusé avant et pendant la manifestation interprofessionnelle du 8 octobre)

En annonçant qu’il appliquerait le protocole PPCR (parcours professionnels, carrières, rémunération) dans la fonction publique, malgré l’absence d’accord de syndicats représentant ensemble plus de 50% des agents, Valls a décidé de s’asseoir sur les propres engagements de son gouvernement. On ne pouvait imaginer meilleure reconnaissance de la farce du « dialogue social ».

 

Les règles du « dialogue social » de Raffarin/Sarkozy/Hollande, avec le patronat et les syndicats, ne visent qu’à remplacer l’action des salariés par la négociation préalable institutionnalisée entre appareils – dans les faits la négociation des reculs sociaux par les syndicats de collaboration. Mais voilà que Valls ne respecte même pas ce système quand, accidentellement, il ne marche pas !

La CGT, FO et Solidaires ont refusé de signer. Mais la FSU, qui appelle pourtant à la journée d’action du 8 octobre, a signé faisant le jeu et donnant le prétexte à Valls.

 

Pourtant, le syndicat enseignant ne trouve rien de bon dans l’accord qui organise notamment la mobilité forcée (notamment en lien avec la réforme territoriale) et renvoie d’hypothétiques revalorisations des traitements (point d’indice) à la campagne présidentielle de 2017. La FSU n’a apprécié que la négociation qui aurait permis d’éviter pire, sans doute ses représentants pensaient-ils aux déclarations de guerre de Macron contre les fonctionnaires.

 

Macron, éclaireur dans ses attaques, fait bien le jeu des mauvais coups du pouvoir et des socialistes « frondeurs » ou aubryistes soucieux de redorer le blason de gauche de faire oublier leur adhésion à la politique antisociale du programme de Hollande en 2012.

 

Les fonctionnaires ne restent pas l’arme au pied. L’opposition à l’adoption et à l’application du PPCR augmente en lien avec les luttes dans les trois fonctions publiques. Des syndiqués FSU, de plus en plus nombreux, appellent leur direction à corriger le tir.

 

Préparer les conditions de la casse de la fonction publique est bien un de leurs objectifs principaux de cette fin de quinquennat. Le mettre est en échec est l’un des nôtres.

 

Voir aussi du 15ème sur le sujet: Fonction publique: la nocivité du protocole PPCR vue par la CGT de l'HEGP

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jeanvaljean 31/10/2015 16:32

Un autre exemple de l'aréopage ultralibéral du FDG : Benjamin Coriat, économiste atterré (plutôt valet du capitalisme pour moi) passe sur tous les médias et sur France Inter en particulier pour débattre avec son ami Dominique Seux le vendredi matin, a déclaré à ce même débat que la privatisation de France Telecom, et la concurrence libre et non faussée instaurée est une excellente chose parce qu'ils ont permis la baisse des Prix. nulle doute que Benjamin Coriat doit toucher de grosses enveloppes des 4 milliardaires en Euros, véritables vautours qui se nourrissent du travail des 100 000 salariés de France Telecom en France (Niel avec Free, Bolloré avec Vivendi, Drahi avec SFR-Numéricâble, Martin Bouygues). Je comprends pourquoi cet exemplaire représentant de ce qu'est le Front de Gauche et EELV est invité sur tous les plateaux radios e télé...