Banquet/Meeting du 6 décembre 2015: intervention d'Antoine Bimbeau pour la JC Paris 15

11 Décembre 2015 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Jeunes 15

Banquet/Meeting du 6 décembre 2015: intervention d'Antoine Bimbeau pour la JC Paris 15

Fixé de longue date pour des raisons de salle au 6 décembre, notre banquet fraternel de fin d'année a coïncidé avec plusieurs événements politiques graves. Nous avons décidé de solliciter plusieurs prises de parole sur cette situation, en cette occasion de rassemblement de camarades et amis. Notamment celle de la JC Paris 15 qui donne principalement son analyse sur les conséquences politiques des attentats du 13 novembre en France: "La réaction de notre parti, le Parti Communiste, et de son organisation de jeunesse, la Jeunesse Communiste, en cette période si troublée devrait être celle d’une mobilisation générale pour mettre en échec le gouvernement dans sa volonté d’intensifier les guerres impérialistes et de priver de façon durable les travailleurs et la jeunesse de leurs libertés."

 

 

Intervention d’Antoine Bimbeau pour la Jeunesse communiste Paris 15

Chers camarades,

J’interviens aujourd’hui au nom de la Jeunesse communiste du 15e arrondissement de Paris. Comme tous, en tant que jeunes communistes, nous avons été durement frappés par ce qui s’est déroulé dans les rues de Paris le 13 novembre au soir. Ces actes ont frappé des innocents, des travailleurs, des jeunes qui n’ont aucune responsabilité dans les guerres impérialistes qui mettent à feu et à sang une partie du Moyen-Orient.

Mais derrière cette tragédie, il faut réussir à dépasser rapidement le stade de l’émotion. Le gouvernement, avec Valls et Hollande en tête, n’a cessé de tomber dans le pathos, de verser des larmes de crocodiles et ce, aidé par l’ensemble des médias. Tout cela a culminé lors de l’hommage rendu aux victimes dans la cour des Invalides. L’objectif de cela est clair ; créer en France un climat de terreur afin d’éteindre toute contestation de leur politique anti-sociale mais aussi d’embrouiller les esprits pour éviter d’établir les responsabilités de ces terribles actes. Les responsables de ces attentats sont évidemment les terroristes qui ont semé la mort dans les rues de Paris, mais ils sont loin d’être les seuls. Il faut en effet comprendre pourquoi un tel acte de barbarie a pu avoir lieu. Les responsables de tout cela sont avant tout les semeurs de guerre et de misère en France et à travers le monde !

Ce sont ceux qui en France mettent en place des politiques anti-sociales, anti-jeunes, anti-populaires, détruisant ainsi toute perspective d’avenir pour une partie de la jeunesse et créent ainsi un terreau fertile à la radicalisation de quelques-uns.

Ce sont ceux qui ailleurs soutiennent indirectement les groupes terroristes en entretenant des relations économiques ou diplomatiques avec des Etats réactionnaires comme le Qatar, l’Arabie Saoudite ou la Turquie d’Erdogan.

Ce sont ceux qui soutiennent directement les terroristes et utilisent ces groupes fascistes pour déstabiliser des Etats et assurer leurs intérêts économiques. Cela va des Etats-Unis créant de toute pièce Al Qaïda au gouvernement français, par la voix de Laurent Fabius, apportant son soutien direct au front Al Nosra en Syrie.

Ce sont ceux enfin qui depuis des décennies mènent partout dans le monde des guerres impérialistes pour les intérêts des monopoles privés capitalistes et contribuent par cela à détruire des Etats entiers qui deviennent alors de vastes zones où peuvent prospérer les pires groupes fascistes.

Les véritables responsables de ces attentats ne sont pas à chercher dans les banlieues ou de l’autre côté de la planète, les véritables responsables de ces attentats sont à deux pas de nous. Ce sont nos bourgeoisies nationales et leurs représentants politiques ; Messieurs Hollande, Valls, Sarkozy, Fabius et autres !

Ces terribles évènements sont désormais utilisés par le gouvernement pour renforcer son offensive contre les travailleurs et en faveur du capital. Le soir-même des attentats l’état d’urgence a été instauré puis prolongé pour trois mois, avec l’accord presque unanime des députés lors du vote à l’assemblée. Cet Etat d’urgence n’apporte rien pour lutter réellement contre le terrorisme, mais bien pire, il instaure un Etat policier supprimant de nombreuses libertés individuelles. Cela devrait être inacceptable pour tout communiste ! Le gouvernement n’a pas attendu pour se servir de ce prétexte pour étouffer un peu plus les contestations politiques, alors que dans le même temps les attaques contre les travailleurs n’ont pas cessé. Depuis les attentats, plus de 2 000 perquisitions ont eu lieu et les « dérapages » ou « erreurs » ne se comptent plus. Plus grave encore, de nombreuses mesures sécuritaires sont aujourd’hui prises pour des motifs politiques. Combien de perquisitions et d’assignations à résidence ont touché ces derniers jours des militants écologistes ? En tant que communistes, nous n’avons certes que peu de points d’accord avec les courants touchés par ces mesures, mais nous ne pouvons soutenir ces actions liberticides qui, quand le pouvoir en aura besoin, se retourneront facilement contre les travailleurs et leurs organisations de lutte. L’Etat d’urgence n’est d’ailleurs pas voué à disparaître rapidement, plus un jour ne se passe sans que le gouvernement ou les chiens de garde que sont les médias mettent en avant la nécessité de prolonger encore et encore sa durée au-delà du mois de février.

Mais ces attentats servent aussi de justificatif idéal au pouvoir pour continuer et intensifier ses guerres impérialistes. Les guerres qui détruisent des pays, des Etats, sont à l’origine de ces actes barbares. Plutôt que de prendre acte de ce fait, le gouvernement a décidé au contraire d’accentuer encore les frappes sur la Syrie. L’Irak, la Libye, le Mali n’ont semble-t-il pas suffit, c’est désormais la Syrie qu’il va falloir totalement détruire. Cette nouvelle guerre va favoriser l’industrie militaire française qui ne s’est jamais aussi bien portée et va permettre d’assoir les intérêts des monopoles dans la zone. Tout cela se fera évidemment au détriment des populations locales et des travailleurs français.

Tout cela se met en place dans un climat politique délétère en France. Le PS, aidé par la droite, se lance dans la surenchère droitière faisant le lit de l’extrême-droite en légitimant ses idées. La réaction de notre parti, le Parti Communiste, et de son organisation de jeunesse, la Jeunesse Communiste, en cette période si troublée devrait être celle d’une mobilisation générale pour mettre en échec le gouvernement dans sa volonté d’intensifier les guerres impérialistes et de priver de façon durable les travailleurs et la jeunesse de leurs libertés. La décision des députés « communistes » de voter en faveur de l’état d’urgence, le ralliement de la direction de nos organisations à « l’union sacrée » ne peut que nous révolter. Plutôt que de mettre en avant nos positions révolutionnaires et pacifistes, notre direction ne fait que propager les idées de l’idéologie dominante. Leur position est insoutenable et incomprise par la plupart des camarades de nos organisations. Il faut que cela cesse ! En cette fin d’année, nous devons, à l’intérieur de la JC et du PCF, faire monter l’exigence d’une rupture nette avec cette direction qui se rallie aux positions de plus en plus droitières de la social-démocratie.

A l’inverse, en tant que jeunes communistes, nous mettrons en avant dans nos actions à venir les mots d’ordre suivant :
-la ruptu
re des relations diplomatiques avec les Etats soutenant le terrorisme.
-la nécessaire asphyxie économique de Daesh, ce qui passe par l’arrêt des soutiens économiques au terrorisme.
-la fin immédiate des guerres impérialistes et la mise en avant du droit à l’autodétermination des peuples. Plus un soldat hors de France !
-l’arrêt en France des politiques anti-sociales, anti-jeunes menées par le gouvernement.
-le refus du ralliement à l’état d’urgence et à l’union nationale.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article