Congrès/primaires - CN du PCF – janvier 2016 – intervention d’Emmanuel DANG TRAN

20 Janvier 2016 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Congrès/primaires - CN du PCF – janvier 2016 – intervention d’Emmanuel DANG TRAN

Primaires, congrès du PCF: Conseil national du PCF des 16 et 17 janvier 2016,

Intervention d’Emmanuel DANG TRAN, fédération de Paris, secrétaire de la section de Paris 15ème

J’ai le plaisir (hum…) d’intervenir en dernier dans la discussion de ce Conseil national. Dans quelques minutes, Pierre Laurent, parti d’ici depuis 2 heures vers les studios, annoncera sur France 3 une position sur la question qu’il aura mise au centre de ce CN sans que ses membres n’aient rien pu trancher : la perspective de « primaires à gauche ».

Cela confirme la tenue à l’écart du CN des décisions principales, telle que d’autres l’ont dénoncée à leur façon ici. Dernièrement sur l’alignement sur « l’union nationale » et l’état d’urgence après les attentats, auparavant en juillet sur le soutien au plan Tsipras/EU etc.

Au CN du 10 juin dernier, la direction a fait voter une résolution très générale sur les régionales ouvrant à des alliances imprécises. J’ai voté contre ce texte, contre son contenu insuffisant et contre sa démarche prévisible [seule voix contre, sachant que plusieurs proches camarades du CN étaient excusés]. Cela n’a pas manqué, dans les semaines qui ont suivi, la direction du Parti s’est engagée dans une recherche d’alliances électorales contre-nature derrière les pro-européens d’EELV. On voit le résultat. On mesure aujourd’hui, à ce CN, à travers les interventions enthousiastes ou réticentes des camarades de la région pilote Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, la nature de la recomposition politique engagée avec la constitution d’un groupe commun dans le nouveau conseil régional avec les élus EELV.

Alors demain, dans la perspective de « primaires » pour les présidentielles, on continue à noyer le PCF dans un ensemble allant jusqu’à l’anticommuniste, européiste (giscardien !) Cohn-Bendit ?

J’ai conscience que je vais être un peu hors sujet en ne parlant pas que des primaires… le sujet imposé du jour que pourtant le PCF pourrait et devrait purement et simplement ignorer…

Je veux exprimer mon inquiétude devant la tentative de pénétration du FN dans le monde du travail, qui devrait préoccuper le Parti en première ligne. Comme la camarade des Ardennes, je pense que nous devons analyser et démonter avec soin le brouillage qu’organise le patronat quand Gattaz appelle à s’opposer au FN.

Dans la Somme, cette semaine, il y a eu la provocation antisociale qu’ont représentée les condamnations des syndicalistes de Goodyear. Il y a eu aussi un meeting contre la fermeture programmée de l’usine SAPAG de Ham. SAPAG, racheté par le groupe américain Pentair, produit des valves notamment pour Areva et Total. L’intersyndicale avait invité des élus et représentants politiques de tous les partis, dont le PCF 80 et … le FN. Le président de séance FO a passé la parole au FN sans que personne ne bronche à l’exception de la délégation du PCF de la section de Saint-Quentin (ville de l’Aisne voisine où résident de nombreux ouvriers de SAPAG). Les camarades ont été poliment éconduits. En substance, les salariés leur ont expliqué que les politiques sont tous des pourris et qu’il n’y a pas lieu de faire une différence pour le FN. Voilà qui doit nous interroger fortement. La défiance vis-à-vis « des politiques » n’empêche pas que les salariés les invitent et comptent sur les institutions politiques et les élus pour sauver l’entreprise, sur le gouvernement PS et la région LR de Xavier Bertrand. Le FN s’infiltre, comme force « vierge », avec ses nouveaux élus interpelant les institutions sur des positions « nationales » qui paraissent plus offensives face à la multinationale US. Il profite du « tous pourris » et a obtenu des résultats électoraux énormes dans ce secteur. A la fois pour défendre l’entreprise et pour contrer la démagogie des pires ennemis des travailleurs, ce cas pose la question de l’intervention du Parti, non à la remorque de la « gauche » dans les institutions, mais dans la lutte et la mobilisation pour faire plier les capitalistes.

Je reviens aux « primaires ».

- Nous dénonçons les effets pervers de la présidentialisation de la démocratie déjà bourgeoise. Comment peut-on imaginer la reproduire en caricature nous-mêmes ? Le problème n’est pas que les primaires ne seraient pas « dans notre « culture », comme a dit Pierre Laurent, c’est que nous devons continuer à rejeter cette mascarade politicienne à la façon US. Il n’est pas acceptable que l’on détourne l’attention et l’énergie du CN et des communistes sur un tel sujet.

- Nous sommes au début 2016, face à une violente politique antisociale : nous n’avons pas à rentrer dans le système politique qui renvoie tout changement éventuel à l’élection présidentielle une fois tous les cinq ans et qui laisse semer entre temps toutes les illusions électorales. A quoi même ont servi la campagne et le score de Mélenchon en 2012 (« voter pour lui comme pour moi-même » dixit Mélenchon dès le soir du 1er tour) sinon à rabattre sur Hollande avant d’alimenter de terribles désillusion et résignation ?

- Par ailleurs, personne ne peut être dupes ici des intentions politiciennes qui animent ceux qui appellent à la tenue de « primaires » (et vont multiplier les plus basses manœuvres). Il n’y aura pas de primaire avec Hollande, pas avec Mélenchon et sans doute pas du tout. Il s’agit en réalité de préparer une recomposition politique pour 2017 et surtout pour la suite, et de se disputer accessoirement le rôle et les places que telle ou telle personnalité ou formation pourra y tenir.

Une politique encore plus violemment antisociale encore, à la faveur d’une nouvelle crise financière – peut-être une « crise des émergents » – est à redouter. Le recul des acquis sociaux en France est encore loin d’atteindre la situation des pays d’Europe du sud ou même de la Grande-Bretagne. On imagine sans mal un Juppé ou un Valls assumer la période suivante, en s’appuyant d’ailleurs sur l’état d’urgence. Le Fn peut continuer à jouer son rôle de déversoir et de repoussoir. Mais le système peut avoir besoin dans notre pays, à l’image de Podemos ou de Syriza, d’une fausse opposition de « gauche », plus ou moins « radicale » dans les mots, mais résolument réformiste et pro-européenne. Pour occuper ce créneau aux présidentielles puis ensuite, les socio-démocrates « frondeurs » ou l’ultralibéral européiste Cohn-Bendit se tiennent prêts. Trop marqué, Mélenchon n’y a pas sa place. Communistes, nous n’avons rien à faire avec ça, avec ce que la stratégie de la direction du PCF a commencé à préparer aux départementales et aux régionales en courtisant EELV !

- Au-delà de la tactique politicienne, c’est l’orientation politique de la « gauche » ou de la « gauche de la gauche » que les primaires tendent à imposer qui est inacceptable pour les communistes. Et cela même si d’aventure, il devait y avoir une candidature PCF de témoignage à la primaire, voire à l’élection même (celle de Pierre Laurent ?) dans ce cadre. Quelques affirmations anti-austérité, le refus de l’extension de la déchéance de nationalité (après avoir approuvé ensemble l’état d’urgence et la poursuite de la guerre !) constituent un plus petit dénominateur commun sans consistance. La résistance et la riposte que le PCF doit porter dans la lutte des classes sont incompatibles avec les positions pro-européennes des frondeurs ou d’EELV, avec la nostalgie du programme de Hollande 2012 !

J’appelle le CN et les communistes à refuser la combine et tout ce scénario pour 2017 et à engager une riposte nationale immédiatement en 2016. Une fois de plus, cette réunion du CN n’aboutira à rien sur ce qui est le principal. Dans les fédérations, dans les sections, redoublons les campagnes contre le « pacte de responsabilité » et notamment contre le CICE. Nous ne pouvons pas considérer comme fait accompli (à aménager) le plus gros transfert d’argent socialisé vers le profit capitaliste.

Pour ne citer qu’une seule lutte concrète : mobilisons pour le service public nationalisé EDF, en nous appuyant sur les luttes contre les 4000 suppressions d’emploi programmées, les hausses de tarifs, la privatisation scandaleuse ordonnée par l’UE des barrages, première source d’électricité « propre ».

Un seul mot aujourd’hui, pour finir, sur le congrès : pourquoi ne pas revenir au calendrier initial qui prévoyait une « Convention nationale sur le projet » ce printemps et la tenue du congrès cet automne ? Cela permettrait aux communistes de se prononcer en toute connaissance, au bon moment, sur la préparation – qui risque d’être structurante contre leur parti – de la campagne des présidentielles…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article