37ème congrès du PCF: le Comité de section du PCF Paris 15 appelle, à l'unanimité, à voter pour le texte n°4

1 Mai 2016 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

37ème congrès du PCF: le Comité de section du PCF Paris 15 appelle, à l'unanimité, à voter pour le texte n°4

A l'unanimité, le Comité de section du PCF Paris 15 appelle les camarades à s'emparer du vote interne des 2 au 5 mai, en toute connaissance des limites institutionnelles de ce procédé, sur les projets de "base commune" de discussion pour le 37ème congrès du PCF. Il les appelle à voter pour le texte n° 4 "RECONSTRUISONS LE PARTI DE CLASSE - PRIORITE AU RASSEMBLEMENT DANS LES LUTTES".

Il les appelle à exprimer ainsi le plus fortement leur volonté de rupture avec le processus de mutation-liquidation du PCF engagé depuis 25 ans, maintenant poussé jusqu'aux caricatures des "primaires" avec l'anticommuniste Cohn-Bendit ou de la rivalité avec le social-chauvin Mélenchon.

Il appelle à montrer le plus largement que des communistes, des organisations du PCF, comme notre section du PCF de Paris 15ème, continuent à faire vivre et renforcer le PCF sur une base de classe dans les entreprises, les quartiers et les campagnes, avec, sans ou même malgré une direction du PCF à la dérive.

Les luttes actuelles soulignent la nécessité de l'existence du PCF en France, dans toutes les luttes quotidiennes, comme, indissociablement, pour l'alternative anticapitaliste, pour le socialisme.

Ci-dessous la présentation du texte n°4:

37ème congrès du PCF. Proposition de base commune « Reconstruisons le parti de classe ! Priorité au rassemblement dans les luttes » – Présentation du texte

Le texte alternatif a été validé le 9 avril 2016. Le vote sur les 5 propositions de « base commune de discussion pour le 37e congrès du PCF » aura lieu des 2 au 5 mai. Nous mettons notre texte et sa démarche en débat très au-delà de cette date.

TEXTE INTEGRAL – « Reconstruisons le parti de classe ! Priorité au rassemblement dans les luttes » – EN PDF. Suivre le lien.

 

Pour soutenir ce texte et sa démarche, avec les 400 premiers signataires : suivre ce lien vers le formulaire

Présentation du texte

Ce texte se propose comme un outil d’action et de combat. A l’occasion du 37ème congrès du PCF, nous voulons permettre au plus grand nombre de communistes d’exprimer, en direction des adhérents du Parti mais aussi des travailleurs qui y sont attentifs, leur choix de rupture avec la ligne de liquidation réformiste de l’organisation et des positions communistes.

En préalable, notre texte exprime le rejet de la participation, annoncée unilatéralement par la direction, à la caricature politicienne des « primaires de la gauche » (et du lobbying « Mélenchon 2017 » qui suit exactement la même logique). Nous refusons la focalisation sur la présidentielle. Nous refusons de nouvelles illusions électorales et l’insertion du PCF dans la recomposition politique, à « gauche », d’un bloc réformiste de substitution. L’effacement du PCF et de nos positions dans la lutte des classes a coûté suffisamment cher dans la derrière période.

Hollande/Ayrault/Valls ont opéré, notamment avec le « pacte de responsabilité » le plus gros transfert d’argent, du salaire socialisé vers le profit capitaliste. Leur politique prépare encore pire, y compris par la répression des libertés fondamentales, pour le quinquennat suivant et la nouvelle phase, prévisible, de la crise du capitalisme. Englué dans ses compromissions électorales avec le PS, dans la formule politicienne du Front de gauche, le PCF a perdu encore plus de crédibilité et d’influence depuis 2012. Approbation de « l’union sacrée » et de l’état d’urgence après les attentats, alignement sur Tsipras, sa politique ultra-austéritaire contre le peuple grec et sa pédagogie de la résignation, défense obsessionnelle de l’intégration « européenne » : la ligne de la direction du PCF s’est détournée de la colère populaire et des attentes de l’avant-garde de ceux qui luttent, notamment dans les syndicats de tradition révolutionnaire.

Nous refusons que ce congrès précipité enfonce encore plus le Parti dans ce contre-sens, notamment avec les primaires. Nous mettons en discussion une tout autre ligne, des propositions de rupture, notamment avec l’UE. Les grandes batailles qui s’annoncent appellent des positions fortes : pour la sécurité sociale, une défense intransigeante de son financement solidaire, adapté aux besoins, par la cotisation sociale ; pour les services publics, en s’appuyant sur la lutte des cheminots contre la « réforme ferroviaire », le rejet des directives européennes, la défense et la reconquête des monopoles publics gagnés à la Libération ; pour la production, l’agriculture paysanne mise en péril, l’industrie, une constestation du marché capitaliste et la revendication de nationalisations démocratiques.

L’intensification de la crise générale du capitalisme mondialisé conduit à une véritable montée des périls dans le monde, à des guerres dans des régions entières, à des drames comme celui des « migrants ». Plutôt qu’approuver certaines « frappes » au nom de la « lutte contre le terrorisme », le Parti doit reprendre ses campagnes anti-impérialistes, renouer avec la solidarité internationaliste, exiger, plus que jamais, la sortie de l’OTAN et de la défense européenne, agir pour la paix et le désarmement.

Face à la crise du modèle de l’alternance, à la crise générale de la démocratie bourgeoise, le système n’hésite pas à promouvoir dangereusement des partis d’extrême-droite. Notre refus de la banalisation du FN doit aller de pair avec une dénonciation de classe de sa démagogie sociale. Par ailleurs, l’émergence, avec le soutien de l’idéologie dominante, de regroupements politiques soi-disant nouveaux, « modernes », avec un marketing « radical » en surface, mais des positions bien réformistes en profondeur, ne doit pas nous écarter de la priorité au renforcement du parti de classe sur des positions rigoureusement anticapitalistes.

Avec ce texte, nous voulons montrer que, partout en France, des organisations locales du PCF font vivre le Parti sur des bases de lutte, recherchent l’union dans cette voie, dans la réponse aux aspirations et à la colère du monde du travail, qu’elles ont entamé la réappropriation du PCF par ceux qui ont le plus besoin du parti révolutionnaire historique de la classe ouvrière en France, qu’elles travaillent à sa reconstruction.

Nous appelons, à l’occasion de son centenaire, à l’organisation d’une vaste commémoration, pour mettre en débat général, dans le parti et au-delà, de façon critique mais en assumant cette histoire dont l’existence du PCF est indissociable, l’héritage, l’actualité, la fécondité de la Révolution d’Octobre. Ensemble, nous allons détromper ceux qui prédisent que le PCF ne fêtera pas en 2020 son centième anniversaire.

 

SOMMAIRE : liens vers les principales parties du texte

 

 

INDEX THEMATIQUE – cliquez sur les liens :

AgricultureAlliance électorale avec EELV ?Alliance électorale avec le PS ?AntifascismeCelluleChineChômeurs (armée de réserve des)Classe ouvrièreCongrès de ToursCoût du capital ?Crise du capitalismeCubaDésarmement atomiqueEcoleEcologie - Entreprise (parti à l’)Etat d’urgenceEtats-Unis/Bernie SandersEuroFaucille et marteauFormation des communistes/écoles du PartiFront national (face au)Front populaireGrande-Bretagne/Jeremy CorbynGuerre impérialisteHôpital publicIndustrieLoi El KhomriLogement« Migrants »/réfugiésNationalisationsOTAN (sortie de)Palestine/IsraëlPGEPodemosLa PostePrimairesProgramme du CNRRecomposition politique« Réforme » ferroviaire -Révolution d’OctobreRussieSantéSécurité socialeServices publicsSocial-démocratie (crise de la )SocialismeSyriza/TsiprasTaftaUnion européenne -

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article