Choix du PCF pour les échéances électorales de 2017, « Consultation » du 26 novembre 2016: la section du PCF Paris 15 dénonce un simulacre de démocratie et une manœuvre politicienne méprisante des communistes.

20 Novembre 2016 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Choix du PCF pour les échéances électorales de 2017, « Consultation » du 26 novembre 2016: la section du PCF Paris 15 dénonce un simulacre de démocratie et une manœuvre politicienne méprisante des communistes.

L’assemblée de la section du 19 novembre du PCF Paris 15ème (ci-après « nous »), à la suite du bureau de section du 8 novembre, a discuté des décisions de la direction du PCF, exposées au Conseil national du 4 novembre puis ratifiées par la « conférence nationale » (CN élargi aux représentants désignés par les directions départementales) le 5. Elle a adopté l’analyse suivante de la situation du PCF et pris la décision de la diffuser largement.

Choix du PCF pour les échéances électorales de 2017, « Consultation » du 26 novembre 2016: la section du PCF Paris 15 dénonce un simulacre de démocratie et une manœuvre politicienne méprisante des communistes.

Analyse et déclaration, 19 novembre 2016 

Nous dénonçons un simulacre de démocratie et une manœuvre politicienne destinée à faire patienter les adhérents du PCF puis à leur faire accepter les combinaisons unilatérales de la direction. Nous considérerons cette consultation comme nulle et non avenue.  

Les deux – faux – choix soumis au vote ne tranchent rien. Ils sont, tous les deux, subordonnés à la « recherche d’une candidature commune » de la gauche de la social-démocratie. Manifestement, l’appareil du Parti spécule sur les mouvements des clans du PS d’ici sa « primaire » de janvier et sur l’évolution des sondages pour voir comment se raccrocher, notamment aux législatives et en vue d’élections ultérieures.

Nous soulignons que la procédure démocratique prévue par les statuts du PCF n’a toujours pas été enclenchée et que la direction n’a pas annoncé si, et quand, elle le ferait.

Pour nous, et c’est le plus grave fondamentalement, ces pratiques politiciennes sont le résultat et la manifestation de l’aggravation du reniement des positions révolutionnaires, marxistes et léninistes, de notre parti, de la destruction voulue du parti de classe, du ralliement au réformisme, à la « réorientation » du capitalisme, de ses structures, de son Union européenne etc. Le soutien répété par Pierre Laurent au dirigeant opportuniste antipopulaire Tsipras, au dernier congrès de Syriza, en octobre dernier, l’illustre tragiquement.

Nous posons de plus en plus fort la question du maintien de Pierre Laurent à son poste à la tête du PCF. Son ralliement dans les médias, même de façade, à Mélenchon, à la veille de la conférence nationale, a choqué légitimement de nombreux communistes, dont nous-mêmes. Nous n’avions pas déjà accepté ses choix personnels, lourds de signification, sans consultation du CN, d’approuver, au parlement français, en juillet 2015 le plan de super-austérité de Tsipras, ou bien, au lendemain des attentats de novembre 2015, de se ranger dans « l’Union sacrée » derrière Hollande. Sur le même sujet qu’aujourd’hui, il récidive après son choix unilatéral, en janvier 2016, d’engager le PCF dans les appels pour des primaires à gauche (Cohn-Bendit etc.), choix qui a pollué le 37ème congrès du Parti.

Il semblerait qu’il y ait contradiction entre ce choix d’hier et le soutien à Mélenchon aujourd’hui. Pas si sûr, à écouter les comptes-rendus du CN du 4 novembre ! L’annonce de Pierre Laurent est guidée par la préoccupation de mieux préparer tous les cas de figures issus des primaires du PS. Si Montebourg (ou Hamon) l’emporte, Pierre Laurent sera plus en mesure de faire pression, au nom de l’unité, pour un ralliement de partisans de Mélenchon à la candidature du PS. Et si ce n’est pas le cas, Pierre Laurent aura quand même placé des billes sur Mélenchon. Dans le même temps, il aura contenu les divisions politiciennes entre les clans de la direction, apparus au grand jour au congrès.

Ces calculs politiciens, exposés au CN, dégoûtent à juste titre les camarades. Ils sont mortifères pour le Parti.

Nous rejetons la « consultation » des 24, 25 et 26 novembre (nous enregistrerons les votes éventuels des camarades cependant) parce qu'elle ne pose pas de choix définitif, ni dans l’option 1, ni dans l’option 2.

L’option 1, celle du soutien pour l’instant à Mélenchon, reste subordonnée aux « efforts pour une candidature commune ».

Indépendamment de cela, comme avant 2012, nous refusons toute assimilation du PCF aux postures populistes, aux déclarations chauvines, au mitterrandisme, à l’anticommunisme de Mélenchon. Sa posture est la caricature de la personnification de la politique que nous rejetons. Sa personne, sans véritable parti, ne représente rien dans la société en termes de classe sociale. Il est amusant de voir qu’une partie des thuriféraires de JLM d’avant 2012 se rallient maintenant à nos dénonciations d’hier.

Pour autant, nous comprenons, mais nous ne partageons pas, le choix de certains camarades « JLM par défaut ».

Nous dénonçons les calculs électoralistes opportunistes de certains dirigeants du PCF qui misent sur JLM pour leur circonscription ou leur règlement de compte au sein des clans de la direction du PCF.

Nous appelons les camarades qui voient en Mélenchon « une gauche alternative à l’austérité » à analyser la continuité de ses positions. Un homme qui se voit Président ne peut avoir été le porte-parole du PS au Sénat en faveur de Maastricht en « faisant erreur » sur ce que l’UE ferait de ce traité…

Nous comprenons, mais ne partageons pas, le raisonnement de certains de nos camarades qui jugent que, puisque toute possibilité de candidat PCF sur des positions communistes a été rendue impossible, la candidature de Mélenchon, même malgré lui-même, pourra être un facteur de rassemblement à gauche contre le système et un point d’appui pour la suite. Au contraire, nous pensons que son populisme est dangereux, prépare le terrain à la droite, sinon à l’extrême-droite, et que ce choix risque de compromettre le relèvement nécessaire du PCF.

L’option 2, celle d’une « candidature issue des rangs des communistes » est essentiellement virtuelle, éjectable. La formulation ne trompe pas. Il s’agit de ne pas complètement disparaître en ce début de campagne. Elle prévoit clairement le retrait de cette candidature.

Nous rejetons cette supercherie et ses conséquences.

Nous comprenons mais ne partageons pas les positions de certains camarades qui espèrent, par ce moyen, même en connaissance de cause, défendre une certaine identité communiste et ne désespèrent pas de pousser cette candidature factice à devenir réelle et à aller jusqu’au bout.

Nous pensons que cette fiction est dangereuse. Il ne peut pas y avoir de candidature du PCF utile et crédible – comme candidature communiste – sur la base des compromissions avec le PS, sur la base des théories économistes fumeuses et réformistes de réorientation de la Banque centrale européenne ou des aides au profit capitaliste. 2002, 2007 nous l’ont montré : des candidatures issues du PCF sur des positions et des pratiques contraires à ce qu’on attend du PCF conduisent à la liquidation pure et simple.

Au CN des 24 et 25 septembre puis à la télévision, André Chassaigne a fait don de sa personne pour être éventuellement le candidat provisoire. En 2011, sa personnalité bonhomme et encore méconnue avait servi déjà à faire passer, au sein du parti, la candidature Mélenchon dans l’illusion du « Front de gauche ». Le député Chassaigne incarne le consensus extrême à « gauche », soutenant Tsipras, s’abstenant en 2014 sur la dissolution de la SNCF, rentrant totalement dans « l’Union sacrée » après les attentats de 2015, allant aussi jusqu’à imaginer siéger dans un même groupe parlementaire que son ami Jean Lassalle, député Modem (qui a appelé à voter Sarkozy en 2012). Nous ne voyons aucune utilité à ce qu’une candidature Chassaigne aille jusqu’au bout !

Dans la suite du 37ème congrès, délibérément précipité et bâclé, le risque existe en 2017 de voir le PCF devenir encore un peu plus un deuxième « parti radical de gauche » satellisé à la social-démocratie, dans le cadre d’une recomposition politique à gauche aux contours encore imprécis. Il resterait un identifiant historique, bien plus fort que celui du PRG, utilisable pour cautionner, notamment dans les syndicats de tradition révolutionnaire, une gauche réformiste faisant entendre un semblant d’opposition à la droite revenue au pouvoir, pour redonner aussi de la légitimité à l’UE. Le PCF serait réduit à un appareil, à des élus, des personnalités, des positionnements symboliques. L’exemple de ce que nous ne voulons pas nous est donné par la caution à Paris, contre l’octroi de places en vue, à la municipalité social-libérale d’Hidalgo.

Devant ce danger, nous appelons, dès à présent, à rejeter tout accord national ou départemental en vue de candidature unique de la gauche aux élections législatives, d’une répartition des places, même sous le prétexte de faire barrage au FN.

A la « conférence nationale », notre camarade de l’Isère, Dominique Negri, a demandé qu’une troisième option soit ajoutée au bulletin et soumise au vote.  Elle seule aurait donné un sens au vote. La direction l’a évacuée.

« Option 3 : considérant que la priorité est à donner au rassemblement dans les luttes sur des perspectives de ruptures anticapitalistes, refusant l’impasse trompeuse des recompositions politiciennes « à gauche » de la social-démocratie, rejetant les pédagogies de la résignation à l’austérité et à l’UE du capital version Tsipras/PGE, décidés à montrer que le PCF existe dans la continuité de son histoire dans la lutte des classes en France, les communistes jugent nécessaire, en 2017, de présenter une candidature communiste, sur un programme communiste, dans le cadre d’une reconstruction du PCF comme Parti de classe. »       

Devant le refus peureux de la direction de soumettre cette véritable alternative au vote des communistes, nous appelons les communistes à se détourner du vote bidon des 24, 25 et 26 novembre pour lui laisser aussi peu de légitimité que possible.

A notre niveau, nous userons de tous les moyens, devant les dangers pour l’avenir du Parti, en vue d’obtenir le respect des statuts et de la démocratie dans le Parti.

Dans les entreprises et les quartiers du 15ème, pendant la campagne électorale et non dans la campagne, nous continuerons à soutenir et alimenter les luttes alors que la « gauche » au pouvoir a préparé comme jamais le terrain aux pires contre-réformes de la droite, a fait le lit du détournement de la colère populaire à l’extrême-droite, a aggravé une politique de répression et de guerre.

Nous invitons largement au meeting que nous organisons le 11 décembre avec Dominique Negri et Emmanuel Dang Tran (10h45, 61 rue Violet, Paris 15e) qui sera suivi d’un banquet fraternel.

Alimenter l’espoir, ce n’est pas entretenir des illusions. L’heure appelle à renforcer, reconstruire le PCF comme parti de classe, à donner la priorité au rassemblement dans les luttes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

SNOWDEN 28/11/2016 11:36

EN fait Fillon a fait le plein de voix de Chouans, de notaires, de petits et grand patrons, de gros agriculteurs, de PDG du CAC 40 et donc il a triomphé de la primaire de la droite, avec un programme que Thatcher et Reagan n'auraient pas osé sortir du chapeau : fin de l'ISF, fin des 35 h00, privatisation de ce qu'il reste à privatisé y compris la sécu, 500 000 fonctionnaire en moins, j'en passe et des meilleurs.
Avec un tel programme il ne fera pas une voix de plus au premier tour de 2017 et donc on aura un second tour Le Pen (qui va se faire un plaisir de dénoncer ce programme anti populaire...vu de Montretout) et Mélenchon (vu du 5e Art, le plus cher de paris).
Bref ya plus qu'à attendre que les Chinois nous rachètent tous dans tous les sens du terme (comme ACCOR, Hilton, l'aéroport de Toulouse, le Club Med, etc..;, j'en passe et des meilleurs). Nous n'aurons plus longtemps à tendre: 1 à 2 ans tout au plus.

SNOWDEN 28/11/2016 07:21

Par votre Passivité, en n'appelant pas à voter Chassaigne, vous avez offert ce qui reste du PCF à l'arriviste Mélenchon, et aux Bobos liquidateurs, c'est à dire les Tartignole, les Vieu, les Laurent, les Buffet, etc tous partisants d'une candidature Mélenchon, et d'une liquidation du PCF. Bravo.

SNOWDEN 27/11/2016 14:27

Par votre passivité vous avez permis qu'une faible majorité d'adhérents du PCF soutiennent la candidature de l'arriviste bobo anticommuniste Mélenchon, avec le soutien de toute la droite liquidatrice du PCF dont le maire de Montreuil qui avait organisé il y a quelques années la chasse aux militants rouges vifs dans la fédération de Paris.
Vu le faible écart de voix c'est vous qui avvez permis cette trahison. je me demande fiinalement pour qui vous roulez en fait.

SNOWDEN 26/11/2016 23:18

Vous auriez du appeler à voter pour Chassaigne, président du groupe communiste à l'AN, et président du groupe d'amitié franco-cubain à l'AN et qui connait bien plus cuba et castro que le matamore Mélenchon.

SNOWDEN 25/11/2016 20:55

Pour Chassaigne, un ralliement communiste à Mélenchon porterait un coup fatal au PCF

Par Aymeric Misandeau Mis à jour le 24/11/2016 à 11:36 Publié le 23/11/2016 à 17:29

André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon s'étaient déjà affrontés en vue de la présidentielle 2012.

94
Facebook
Twitter
Google +
Linkedin
E-mail
Imprimer
Remonter au début de l'article

LE SCAN POLITIQUE - Le candidat déclaré à l'investiture communiste regrette aussi «un culte de la personnalité» autour du candidat de la France insoumise.

Le 5 novembre, un véritable psychodrame se nouait place du Colonel Fabien. Pour la première fois, les délégués communistes désavouaient leur secrétaire national Pierre Laurent concernant l'orientation future du parti. Alors qu'ils devaient choisir entre une candidature autonome, qui n'était «pas l'option privilégiée» par leur dirigeant, et un soutien à Jean-Luc Mélenchon, le parlement du PCF a rejeté la seconde option. Pour trancher définitivement cette question, les militants communistes sont à leur tour appelés à écarter une de ces deux options de jeudi à samedi.

Pour dissuader les siens d'opter pour le candidat de la France insoumise, André Chassaigne a brandi la menace de l'extinction du parti. «Si ce choix de rallier Jean-Luc Mélenchon est fait, je le dis avec une conviction voire une forme d'émotion dans la voix, je crois que c'est véritablement un coup fatal qui sera porté au Parti communiste», a expliqué le président du groupe communiste à l'Assemblée nationale, invité de l'émission Questions d'info, diffusée sur LCP. «Nous n'aurons plus droit à la parole dans cette campagne présidentielle, on (ne) sera absolument porteurs de rien, je suis très inquiet par rapport à ça», anticipe l'élu.

«Tous ceux qui s'élèvent contre le candidat autoproclamé “JLM” sont considérés comme étant des ennemis à abattre».
André Chassaigne sur Jean-Luc Mélenchon

Il critique d'ailleurs le choix de Pierre Laurent et de la direction. D'après lui, ils «se sont ralliés à la candidature de Mélenchon, non pas par conviction sur la conception de (sa) pratique politique ou du rassemblement» mais par «crainte que les candidats de (la France insoumise) aux élections législatives puissent empêcher certains candidats communistes de reprendre des sièges qui ont pu être perdus par exemple en 2012». Une perspective qui n'effraie pas l'élu communiste, candidat à sa succession aux législatives de juin 2017. «Je sais que j'aurai un candidat de la France insoumise contre moi puisque tous ceux qui s'élèvent contre le candidat autoproclamé “JLM” sont considérés comme étant des ennemis à abattre», a-t-il déploré,avant d'ajouter qu‘au Parti communiste, «on a vu le résultat du culte de la personnalité». Et d'attaquer: «Moi, je n'ai pas l'habitude de vendre mon âme pour un plat de lentilles».

Cette prise de position n'est pas anodine. Rival de Jean-Luc Mélenchon en 2011, lorsque le PCF s'est allié au leader du Parti de Gauche au sein du Front de Gauche, la candidature d'André Chassaigne à la présidentielle avait été écartée par les membres de son parti. De nouveau candidat dans l'hypothèse d'une candidature autonome du PCF, l'élu «considère qu'il faut qu'on présente un candidat du Parti communiste français» car il croit «qu'on a encore besoin dans ce pays d'un parti communiste, parce que ce parti a marqué l'Histoire».