RENCONTRE PUBLIQUE - PCF 15 - 1er AVRIL - ELECTIONS/UE

18 Mars 2017 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #"Europe": NON à l'UE du capital

RENCONTRE PUBLIQUE - PCF 15 - 1er AVRIL - ELECTIONS/UE

25ème anniversaire de Maastricht, 60ème du traité de Rome: communistes plus que jamais en lutte contre l’UE du capital! 

INVITATION : Rencontre publique samedi 1er avril 2017

· Campagne des présidentielles: ne nous laissons pas voler les débats de fond, élevons la riposte à la politique du capital pour après le scrutin!

· Nécessaires ruptures avec l’UE: les positions du PCF Paris 15
 

Samedi 1er avril à 10h45 -  Patronage laïque, 61 rue Violet, Paris 15
(métro Emile Zola ou Commerce)

 

Cette campagne électorale est mise en scène par les médias du système de façon à ce qu’on oublie les sujets principaux, à faciliter la politique antisociale du futur président qui sera élu.

Les histoires de Fillon, pour peu reluisantes qu’elles sont (mais il n’a pas le monopole), sont très secondaires devant la gravité de la politique qu’il prône. C’est elle que nous entendons combattre, notamment le démantèlement des prestations de la sécurité sociale. Les polémiques en cours risquent au contraire, si jamais il est élu, de renforcer l’autorité de Fillon.

La démagogie pseudo-sociale des millionnaires Le Pen, toujours couplée avec leur discours de division des travailleurs et de haine, sert plus que jamais à détourner les colères sociales. Ils servent plus que jamais de repoussoirs pour faire accepter le choix du moindre mal.

Les médias du système ont incarné ce « moindre mal » en la personne « marketing » du banquier Macron. L’opposition Macron/Le Pen est bien orchestrée. La personnalité de Macron présentée comme « nouvelle ». On nous ferait oublier que Macron représente la poursuite exacte de la politique désastreuse du sortant Hollande.

Nous ne tirons pas un trait d’égalité entre tous les candidats et les programmes. Chacun d’entre nous, individuellement, fera son choix du « moindre mal ». Mais, en tant qu’organisation (Section PCF Paris 15e), nous ne donnons pas de consigne de vote. Notre priorité est de contribuer à élever le niveau des luttes sociales, à préparer la riposte. Cela ne passe pas pour nous dans le soutien aux candidats de « gauche » socio-démocrates, très proches, Mélenchon ou Hamon. Nous avons refusé déjà, au contraire d’eux, de propager des illusions sur Hollande en 2012. Une cure d’opposition, une recomposition, un gauchissement des discours, pour mieux préparer une future alternance : ce n’est pas le « rassemblement » que nous recherchons. D’autant que nous jugeons dangereuses des propositions comme le «revenu universel» de Hamon ou la fusion CSG-impôt sur le revenu de Mélenchon, pour rester sur le thème de la Sécurité sociale.

Un des points communs fondamentaux des gouvernements, de droite ou de « gauche », qui se succèdent depuis 30 ans, pour casser les acquis sociaux et démocratiques de notre pays, est leur adhésion à l’Union européenne des capitalistes. Hamon et Mélenchon ont été des propagandistes de Maastricht et tentent toujours de défendre une légitimité de l’UE (à la Tsipras ?) alors que les peuples, les travailleurs la rejettent, pays par pays.

La rupture avec les politiques au service du patronat et du capital passe par une rupture avec les politiques de l’UE. Même si, dans l’autre sens, la rupture avec l’UE, telle que la défendent les nationalistes, ne changera rien au sort des travailleurs.

Nous vous proposons de venir en débattre, de discuter de nos positions contre l’UE du capital, de notre refus de l’application des directives et règlements européens (notamment pour nos services publics), - de la rupture avec la PAC qui démolit la production agricole pour les marchés mondiaux après avoir tué l’agriculture familiale, de la rupture nécessaire avec l’euro (supposant nationalisation des banques et remise en cause des dettes publiques indues et de la liberté de circulation des capitaux). Ces positions vis-à-vis de l’UE sont, pour nous, indissociables de l’animation des luttes présentes.

Une bonne mobilisation s’est développée contre le projet improbable de traité commercial transatlantique TTIP. Mais les mêmes logiques néfastes, la même mise en concurrence des travailleurs de chaque pays au profit des exploiteurs, sévissent déjà et sont la raison d’être d’une UE irréformable.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

SNOWDEN 22/03/2017 19:32

Maastricht qui a té voté des 2 mains par le trés droitier arriviste anticommuniste Mélenchon.