Obsèques de notre camarade Camille Covacho - Lundi 15 mai, à 14h30 au cimetière de Grenelle, 174 rue Saint-Charles, métro Javel ou Balard. Nous déposerons une couronne, au nom de la section.

7 Mai 2017 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PCF 15ème

Obsèques de notre camarade Camille Covacho - Lundi 15 mai, à 14h30 au cimetière de Grenelle, 174 rue Saint-Charles, métro Javel ou Balard. Nous déposerons une couronne, au nom de la section.

PCF Paris 15ème, 7 mai 2017

La section du PCF Paris 15 a la tristesse de vous informer du décès, dans la nuit du 6 au 7 mai 2017, de notre camarade Camille Covacho, à l’âge de 85 ans. Nous avons adressé à son frère, inséparable, Paul, toutes nos condoléances et notre témoignage de soutien.

Camille nous a rejoints en 1994 lorsqu’avec Paul, ils durent quitter leur terre natale, l’Algérie et s’installer dans le 15ème arrondissement de Paris. Dans cette décennie tragique de terreur fasciste islamiste, leurs voisins et amis étaient désolés de ne plus être en état d’assurer leur sécurité.

Camille était né à Rio Salado – Oued El Malah, à 50 km à l’ouest d’Oran, dans une famille de tonneliers d’origine espagnole. Son père était militant communiste. Camille a grandi au milieu des durs affrontements contre les grands colons, les fascistes, les franquistes, les pétainistes.

Leurs parents ont poussé Camille et Paul à faire des études. Ils sont allés au lycée Lamoricière d’Oran et sont devenus, tous les deux, instituteurs et professeurs. Camille a été cruellement enrôlé, malgré lui, dans la guerre d’Algérie, à l’autre bout du pays.

A l’indépendance, Camille, Paul et leur mère ne voient aucune raison de quitter leur pays, leurs voisins, leurs élèves arabes. Juste avant 1962, Camille achète un appartement à Oran. Paul, à Rio Salado, Camille à Oran, font la rentrée scolaire 62/63. Ils resteront 30 ans encore. Tant d’élèves et d’amis algériens leurs apportent encore leurs témoignage de reconnaissance pour leur enseignement éclairé.

En France, Camille trouve les communistes de la section du 15ème et vient naturellement avec les militants de son quartier et de l’arrondissement. Mais vite, comme nous, il est déçu et révolté, dans ses conceptions comme dans son idéal, par la ligne molle, les reniements de Robert Hue, Marie-George Buffet et de la direction du Parti, lui, qui avec Paul, mesure aussi le rôle du mouvement communiste international dans l’émancipation algérienne, eux qui sont allés, enthousiastes, visiter l’URSS.

Camille a ensuite constamment soutenu l’action et les positions de notre section du PCF, dans tous les milieux où il évoluait.

Tous les camarades, qui l’ont cotoyé, garderont le souvenir d’une personne ouverte, amicale, subtile, délicate et cultivée.  

Il y a dix jours, sur son lit d’hôpital, il s’évadait à l’écoute de la Tosca de Puccini à la télévision.     

Salut Camille ! Courage Paulot ! Nous sommes avec toi.

Adressez vos condoléances à PCF Paris 15ème, 130 rue Castagnary, 75015 PARIS et Paul Covacho, 129 rue Saint-Charles, 75015 PARIS

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article