CN du PCF des 19 et 20 juin 2009 - Intervention d'Emmanuel DANG TRAN

26 Juin 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Conseil national du PCF des 19 et 20 juin 2009 

 

Intervention d’Emmanuel DANG TRAN, fédération de Paris, section Paris 15ème

 

Dans la période, plus que jamais, nos priorités doivent être d’alimenter la contre-offensive idéologique face à la politique du gouvernement, de créer les conditions de rassemblements pour mettre en échec ses contre-réformes, tout cela passant par le renforcement du PCF.

J’ai bien entendu ces objectifs repris par le rapport et par plusieurs interventions.

 

Mais la stratégie du Front de gauche telle qu’elle a été appliquée et telle qu’on a déjà annoncé qu’on la prolongerait n’y correspond pas.

 

Je reviens sur trois points :

 

1- D’abord, l’interprétation du résultat électoral.

Il vaut mieux éviter de se payer de mots. Le rapport abonde de superlatifs. Mesurons précisément les choses !

Le résultat des listes du Front de gauche marque une faible progression par rapport aux listes présentées par le PCF en 2004. L’action des militants communistes - et pas seulement dans le cadre de la campagne - les ressorts du vote communiste, ont été déterminants pour maintenir ce chiffre [comme aux cantonales de 2008 : 9%]. Les résultats dans le détail le montrent indiscutablement.

Mais ils n’ont pas suffi globalement à faire du Front de gauche une alternative à l’abstention, notamment parmi les jeunes, les milieux populaires, le monde ouvrier. Malgré l’action du Parti en 2005 dans la campagne du NON, malgré le développement des luttes à un niveau sans précédent depuis le début de l’année, malgré la crise du capitalisme, malgré le discrédit du PS. C’est un constat.

 

2- Ses causes sont notamment à rechercher dans les orientations nationales du Front de gauche. Il s’est globalement détourné des luttes, des préoccupations et des perspectives immédiates qu’elles portent.

Dit rapidement, la campagne a été enfermée dans des perspectives institutionnelles (importance disproportionnée du Parlement européen) sinon politiciennes (peser sur la « gauche », forcément dans l’attente de 2012).

Sur l’Europe, elle a été en retrait sur la dynamique du NON à l’UE du capital que nous avions fortement contribué à animer en 2005.

 

3- Contrairement à ce qui est mis en avant, notamment par le rapport, le Front de gauche, avec ces orientations, ne correspond pas à une démarche véritablement unitaire.

L’unité, ça se construit, entre différentes organisations politiques, sur la base d’accords, même de compromis, discutés en vue d’objectifs politiques bien déterminés.

 

Avec le « Front », nous avons une union décrétée en préalable par la direction du PCF, le 24 octobre 2008, sans d’ailleurs avoir demandé leur avis aux communistes alors en pleine préparation du congrès.

Nous sommes face à une union pour l’union. Il a fallu attendre plusieurs mois avant d’avoir une plateforme politique un peu identifiable qui ne concerne qu’un objectif : les élections européennes.

Nous avons une soi-disant union avec des organisations qui, au sens propre du terme, sont non significatives : des groupes dissidents du PS et du NPA, à peine créés, comptant selon leurs propres chiffres quelques centaines d’adhérents [2800 pour le Pg, 200 à 300 pour la « Gauche unitaire].

 

On est très loin d’un processus politique répondant à l’aspiration à la convergence des luttes et à la perspective politique qu’elle ouvre !

On est bien plus près de la poursuite du processus d’effacement du PCF auquel les communistes viennent encore de montrer leur opposition.

 

Être la voiture balais, à « gauche », du PS, de la social-démocratie en général et de l’intégration européenne, c’est sans doute le rôle que Mélenchon s’est assigné dans ou hors du PS. Ce n’est pas le rôle de notre parti, le PCF !

 

En Allemagne, le nouveau parti « die Linke », partenaire du PGE et modèle affiché de Mélenchon, affiche franchement son option sociale-démocrate. L’expérience s’essouffle déjà électoralement avec un résultat national décevant et des reculs à l’est.

 

Pour la suite, impulsons, en s’appuyant sur les communistes et le parti, atout en tant que tel, les campagnes nationales, les Fronts de lutte qui peuvent mettre en échec le pouvoir et débloquer la perspective politique ! La situation et même ces élections montrent qu’il existe des forces et une attente pour cela.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

PrensaPopularSolidaria_ComunistasMiranda 05/07/2009 15:58

EL PARTIDO DE UNIFICACIÓN DEMOCRÁTICA RECHAZA EL GOLPE FASCISTA Y SE COLOCA AL FRENTE DE LA RESISTENCIA Y LAS LUCHAS POPULARES
Hemos publicado anteriormente dos informaciones procedentes de Honduras enviadas por el Partido Unificación Democrática, donde se da cuenta de la creciente movilización del pueblo hondureño, incorporado a la huelga general de combate contra el golpe fascista que ha sido rechazado unánimemente en el mundo, de acuerdo a las Resoluciones de la ONU y la OEA, y el clamor mundial de apoyo al pueblo Hondureño y el Presidente Zelaya.El Partido de Unificación Democrática es la Organización Política reconocida como la de representación de las ideas más progresistas y revolucionarias de Honduras, producto de la unificación de los Partidos y Organizaciones Revolucionarios : Partido para la Transformación de Honduras, Partido Revolucionario Hondureño, Partido Morazanista de Liberación Nacional, yPartido Renovación Democrática, éste último originado del Partido Comunista de Honduras.El Partido de Unificación Democrática, representativo de los sectores de la izquierda hondureña, con participación parlamentaria en el Parlamento de Honduras, se opuso a la medida por la que el Congreso destituyó ilegalmente y sobre la base de una carta falsa al Presidente Zelaya, como máscara para darle "legalidad" ficticia al golpe.
Por la actitud consecuente de los congresantes del Partido Unificación Democrática (PUD) los golpistas tenían preparada su detención, pero dichos parlamentarios no asistieron a la reunión del Congreso, sino que se resguardaron como medida de precaución y se colocaron al frente de las movilizaciones populares, por cuya razón el grupo faccioso fascista procedió a la emisión de órdenes de captura contra dichos dirigente populares, diputados y diputadas del Partido Unificación Democrática: Silvia Ayala, César Ham, Marvin Ponce, Marleny Paz y Óscar Mejía.
Los diputados y dirigentes del Partido Unificación Democrática están sometidos a persecusión, e incluso se difundió la noticia de que de ellos, había sido asesinado César Ham, lo cual ha sido desmentido en fuentes del PUD.
Fuente: Partido Unificación Democrática/ Ediciónde:PrensaPopularSolidaria_ComunistasMiranda.
http://prensapopular-comunistasmiranda.blogspot.com

PrensaPopularSolidaria_Comunistasmiranda.blogspot.com 04/07/2009 21:08

PUEBLO HONDUREÑO SE MANIFIESTA A PESAR DE REPRESIÓN Y PERSECUSIONES
A pesar de la represión activada por el gobierno de facto en Honduras, el pueblo hondureño continúa este sábado la manifestación multitudinaria en contra de los golpistas y a favor de la restitución del presidente constitucional, Manuel Zelaya.Así lo expresó este sábado Rafel Alegría, dirigente campesino de Honduras, en un contacto telefónico con la Televisora del Sur (Telesur), quien también agregó: "El pueblo de Honduras se manifiesta cada día más contra el gobierno usurpador, estamos a la espera de que los golpistas rectifiquen y se vayan".Dijo que lo mejor que pueden hacer los golpistas, cuyo cabecilla es el derechista Roberto Micheletti, es que sea restituido de inmediato Zelaya. "Vamos a resistir hoy, mañana y todos los días a pesar de la represión activada por los golpistas", destacó. Miles de ciudadanos hondureños de distintos puntos del país se trasladan por sus medios a la capital, Tegucigalpa, pese a que los efectivos militares mantienen bloqueadas las vías y detienen los autobuses donde viajan las personas que apoyan a Zelaya.Campesinos, obreros, amas de casa, estudiantes y organizaciones sociales continúan en las calles manifestando en contra del golpe de Estado, perpetrado el pasado domingo en Honduras por la extrema derecha y la cúpula militar del país centroamericano.Fuente: PrensaPopularSolidaria_ComunistasMirandahttp://prensapopular-comunistasmiranda.blogspot.com

Gilles Mercier 26/06/2009 22:07

Analyse claire et remarquable. Tout est dit et de façon concise.Le compte rendu du CN fait par l'Huma est très intéressant. La réserve semble de mise concernant les perspectives. Alors que tout le monde se congratulait le soir des élections la décision pour les régionales semble remise à septembre. Visiblement le FG a du plomb dans l'aile. Le résultat n'est pas à la hauteur des ambitions. Je ressents je peux me tromper un recentrage léger mais sensible vers le Parti. Personne n' a proné une évolution à la Die Linke. La liste unique qui a pour nom front de gauche se retourne contre ses auteurs. En effet, elle n'a de sens que si elle se perpétue et évolue vers la fusion de ses composantes. Elle éclate dès que le PCF se présente sous ces couleurs. Comme ce sont les communistes qui ont fait la campagne pour le soit disant front de gauche il ne va pas être évident de les convaincre d'effacer encore une fois l'identité de leur parti. Ce qui va se passer et qui traduit la réalité du parti, c'est la reproduction des municipales et des cantonales, chacun fera comme il voudra. Le front de gauche aura vécu l'espace d'un printemps!C'est l'écologisme qui constitue l'axe idéologique de la liquidation du PCF. Les forces à l'intérieur du parti qui cherche à le liquider profitent de la conférence de Copenhague pour se débarasser de ce qu'elles appellent "l'idéologie productiviste" c'est à dire la défense des moyens de production et créer une force sociale démocrate écologique (le créneau est déjà occupé par le NPA) avec le PG. La lecture de l'Humanité le journal de l'écologie eclaire l'opération en cours.