4ème semaine de grève des facteurs du 15ème. Nouveaux soutiens : vers le « tous ensemble ! ». L’emploi plus que jamais au centre.

12 Juin 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

4ème semaine de grève des facteurs du 15ème. Nouveaux soutiens : vers le « tous ensemble ! ». L’emploi plus que jamais au centre.

Pcf Paris 15, 12 juin 2014

140612_greve_poste.pngLa grève des facteurs de Paris 15 est rentrée dans sa quatrième semaine. Elle est toujours aussi suivie (entre 30 et 40%, avec des plus et des moins chaque jour).

La direction locale de La Poste n’hésite pas, dans l’illégalité, à recourir à des intérimaires et à forcer la main à des cadres pour effectuer les tournées des grévistes.  Mais elle n’arrive pas à jouer sur l’épuisement du mouvement. Au contraire, elle se disqualifie complètement. On vient d’apprendre que la direction centrale a dû désigner des « médiateurs » pour tenter de « gérer » la suite du conflit.

Mardi 10 juin, la grève à Paris 15 a effectivement commencé à prendre une autre dimension.

Les syndicats des postaux de Paris CGT et SUD avaient appelé les salariés des centres de distribution parisiens à faire une grève de soutien au mouvement du 15ème. Des tracts ont été distribués dans les autres arrondissements. Une centaine de militants et d’agents sont venus en délégations au piquet de grève de Paris 15, non seulement apporter leur soutien, mais aussi témoigner des convergences d’intérêt et de lutte. Partout, les « réorganisations » ont les mêmes effets dévastateurs pour l’emploi, les conditions de travail, le service public.

Un responsable syndical CGT des cadres de La Poste a fait état du refus de nombreux cadres de se laisser rendre complices de la casse des mouvements sociaux. Un responsable syndical SUD des services financiers a montré combien la politique de casse de l’emploi, de renforcement de l’exploitation, de privatisation était appliquée dans toutes les branches de La Poste.

Des camarades des Hauts-de-Seine étaient aussi présents. Un message des facteurs d’Ajaccio, eux-mêmes en grève reconductible depuis le même jour que ceux de Paris 15 a été lu.

Ce 10 juin démarrait la grève reconductible des cheminots contre la « réforme ferroviaire ». Un responsable syndical CGT des cheminots de Versailles a résumé l’objet de leur lutte, souligné les convergences avec les postiers.

Visiblement encore plus fébriles que d’habitude, les cadres dirigeants de Paris 15 ont piqué une crise à propos … de notre tract, le tract de la section du PCF Paris 15ème. Ha, ha ! Hommage du vice à la vertu, des sous-fifres de la privatisation à des militants de la défense du service public !

Ils ne veulent « pas de politique » à Paris 15 ! Sous ce prétexte, ils ont refusé de reprendre les négociations mardi matin. Notre tract (en lien) expliquait justement pourquoi ils ne pouvaient pas négocier, faute de « grain à moudre ».

La direction de Paris 15 ne peut rien concéder aux facteurs en lutte sur leurs conditions et leurs calendriers de travail. S’ils maintiennent les rares week-ends complets des facteurs, les journées travaillées, notamment les lundis et samedis, s’alourdiront d’heures supplémentaires de travail gratuit. Inacceptable ! S’ils ne chargent pas les journées de travail, ils devront réduire les jours de repos, les week-ends, porter atteinte encore davantage à la vie de famille. Quant à dégrader encore la qualité du service rendu, c’est presque devenu impossible : les effectifs ont déjà fondu de 40% depuis 2000 pour une population nettement en hausse dans le 15ème comme le montre notre tract, au grand dam de ces cadres.

Il n’y a qu’une solution à l’équation : revenir sur les 22 suppressions de poste programmées,   10% des effectifs des facteurs !

Les cadres locaux n’ont visiblement ni le mandat, ni la capacité d’imagination suffisante pour cela. Espérons que les médiateurs centraux seront plus lucides devant la détermination des facteurs en lutte et les possibilités, très réelles, d’extension du mouvement.

Quant à empêcher l’expression politique, impasse Bourseul, notamment celle des communistes : la direction peut toujours rêver ! Elle-même ne se gêne pas pour détourner les moyens du service public pour sa propagande, très politique !  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article