Ça y est : le centre commercial Beaugrenelle déjà revendu à 700 millions d’euros (sans attendre les municipales). Une spéculation éhontée grâce à la Ville de Paris.

26 Février 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #BEAUGRENELLE

Ça y est : le centre commercial Beaugrenelle déjà revendu à 700 millions d’euros (sans attendre les municipales). Une spéculation éhontée grâce à la Ville de Paris.

Pcf Paris 15, 24 février 2014

A 550 millions d’euros, le PDG du promoteur Gécina estimait faire « une bonne affaire, sans plus ». Alors à 700 millions d’euros, autant dire qu’il est ravi d’annoncer à ses actionnaires la signature de la promesse de vente du Centre commercial Beaugrenelle, à peine 4 mois après son ouverture. Pour eux cette bonne nouvelle s’accompagne d’une augmentation de 5% - encore – de leur dividende calculé sur l’année 2013. L’année 2014, l’année 2015 s’annoncent très bien !

Entre 250 et 300 millions d’euros de plus-value : voilà ce qu’aura empoché le groupe Gécina, une foncière, un promoteur, qui s’est contenté d’acheté à vil prix, de faire travailler les autres, puis de revendre. Gécina aura bénéficié de bout en bout de la collaboration soumise de la municipalité de Paris, de celle de la Sempariseine dirigée longtemps par Anne Hidalgo qui osait présenter d’aplomb le promoteur « d’investisseur durable soucieux du développement du 15ème ».

140225_beaugrenelle.jpgGécina a mis en vente le Centre Beaugrenelle avant même son ouverture. On a médiatisé l’arrivée possible du fonds d’investissement chinois SAFE qui en aurait fait un trophée sur Seine et qui aurait payé cash. Cette annonce a servi à doper la valeur financière, virtuelle, du centre.

En fait c’est un consortium hasardeux de négociants aux reins fragiles, mené par le groupe Apsys, partenaire mineur de Gécina, qui rachète, grâce à la banque Natexis. Fin 2012, l’ensemble des « actifs immobiliers » nationaux et internationaux inscrits au bilan d’Apsys ne représentait que le quinzième du prix d’achat du centre Beaugrenelle. On remarquera que les banques privatisées trouvent toujours à prêter à ces parasites, pour quelque chose qui existe déjà, alors que les investissements productifs sont délaissés. Nous avions relevé que le PDG d’Apsys, M. Bansay, avait été soupçonné par la justice italienne d’arrangements frauduleux avec les firmes de Berlusconi et alors assigné à résidence…

Les actionnaires de Gecina sont gorgés.

Après cette première distribution, à Apsys de tirer le maximum de profit du centre pour son propre compte, celui de ses partenaires et pour le compte de Natixis. A des montants aussi surévalués, le Centre Beaugrenelle ne pourra chercher que les activités flambantes dirigées vers le luxe et le tourisme international pour rapporter du cash. Rien à voir avec le centre de proximité promis par Hidalgo (accessible en vélo !) ! Les loyers des commerces sont au plus haut parisien pour les enseignes – qui ne tiendront pas toutes longtemps-, les prix aussi. La fréquentation des premiers mois, dopée par les fêtes et les soldes atteint la médiane des estimations des promoteurs : entre 12 et 18 millions de visiteurs annuels. L’avenir est incertain.

Pour assurer les profits, Apsys et les enseignes vont miser sur des recettes connues : la surexploitation des travailleurs, les pressions sur la future municipalité pour faire payer aux Parisiens le maximum en comptant sur la continuité de la politique docile de la municipalité sortante Delanoë/Hidalgo. L’ouverture le soir –la nuit pour les boîtes branchées - le dimanche sont sur les rails quelle que soit l’élue. Tous les aménagements, parkings, circulation, seront – s’ils sont faits – aux frais de la collectivité.

Avec cette actualité, couplée avec celle de la campagne des municipales, nous ne pouvons qu’appuyer les revendications des associations qui, comme nous, depuis 10 ans, dénoncent ce scandale financier. Gécina et ses actionnaires vont toucher des centaines de fois le montant qui permettrait de reconstituer le centre de santé conventionné Beaugrenelle que l’opération a détruit, d’agrandir bureau de poste et commissariat qu’elle a réduit à portion congrue, d’organiser circulation et stationnement, aussi les livraisons, de manière moins erratique.

Les intérêts des spéculateurs écrasent le 15ème et tout Paris. Gécina annonce – à côté des dividendes à ses actionnaires – son projet de construire encore des bureaux, alors qu’il y en a 4 millions de m2 de trop, inoccupés intra-muros.

Communistes, depuis 10 ans, nous dénonçons l’asservissement de Delanoë/Hidalgo aux puissances d’argent – la droite ferait évidemment pareil -, nous soutenons les luttes pied-à-pied des associations de riverains pour le logement social, pour les services publics, pour le cadre de vie, pour les finances municipales.

Nous allons continuer, renforcés par l’indignation devant ce scandale financier et le mépris des élus sortants.     

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Julien Delahaye 26/02/2014 07:55


Vous ne servez tellement à rien...
Merci à Genica et Apsys pour ce superbe équipement !