Aucune suppression d’emploi à l’AP-HP n’est acceptable !

26 Novembre 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie

Tract en PDF

Toutes les catégories de personnels sont engagés depuis le 23 novembre dans une grève reconductible contre les sous-effectifs à l'Hôpital Ambroise Paré (AP-HP - Boulogne-Billancourt).

"Déficit" annuel fabriqué de l’ensemble des hôpitaux publics de France: 800 millions d'euros

Perte pour les finances publiques et gains pour le patronat de la baisse de la TVA de 19,6% à 5,5% sur la restauration : 2,4 milliards d’euros par an!


Mettons un coup d’arrêt à la politique de déclin de l’offre publique de soins !

1150 suppressions d’emplois, médicaux, soignants et non soignants programmées pour 2010, 3500 d’ici 2012 : avec ce « plan stratégique » annoncé le 20 novembre, le gouvernement et la direction de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris ont décidé d’accélérer le déclin organisé de l’offre publique de soins en Ile-de-France comme dans tout le pays.

La coupe sombre dans les moyens humains est la meilleure traduction de la logique du plan de regroupement des 37 hôpitaux restants de l’AP-HP en 12 « groupes hospitaliers ».

Partout, les agents, médecins savent combien la situation est déjà à la limite du soutenable. Avec 3500 personnels en moins, s’ajoutant au 2500 suppressions de postes des années précédentes, il n’y aura pas d’autre solution que de tailler dans le vif, pendant que les conditions de travail seront encore davantage sous pression.

Cette perspective est inacceptable, comme les choix du gouvernement et de la direction de l’AP-HP répondant uniquement à la logique de marchandisation de la santé au profit du secteur privé et de la finance.

 

Pourquoi ces choix politiques destructeurs ?

 

Encore et toujours, la direction de l’AP-HP met en avant des prétextes financiers, sa logique de rentabilité financière contre le service public. 100 millions d’euros devraient être « économisés » structurellement chaque année.

Sauf que le déficit de l’AP-HP comme celui de l’ensemble des hôpitaux publics est complètement artificiel.

Après des années de sous-dotation, la T2A, tarification à l’activité, suivant des barèmes arbitraires, conçus pour justement défavoriser le secteur public, conduit à de nouvelles amputations budgétaires chaque année, même à un endettement sur les marchés financiers. Notamment les activités de recherche, d’enseignement, la prise en charge des pathologies lourdes, effectuées par le seul service public ne sont pas correctement financées. Le fait est bien connu mais le gouvernement se garde de le corriger.

De l’argent pourtant il y en a !

 

Depuis des années, les dépenses hospitalières de l’assurance  sont celles qui progressent le moins vite par rapport aux soins de ville et au médicament. Des chiffres permettent de relativiser les soi-disant déficits des hôpitaux publics, 800 millions d’euros par an pour l’ensemble.

Mais, Mme Bachelot sait trouver 1,4 milliard d’euros d’un coup pour acheter aux laboratoires privés dans des conditions très contestables 94 millions de vaccins pour la grippe H1N1.

Mais le total des exonérations de cotisations sociales patronales, qui pèsent directement sur les ressources de l’assurance maladie et que l’on retrouve dans les profits des grandes firmes, va atteindre 32 milliards d’euros en 2010, comme le projet de loi de financement de la Sécurité sociale l’a rappelé. Ou encore, le coût de la baisse de la TVA sur la restauration pour le budget de l’Etat sera de 2,4 milliards d’euros par an ! Question de priorité !

On ne peut pas dire que la santé est ce qui est le plus cher au gouvernement !

 

Les objectifs du pouvoir sur le long terme sont encore plus évidents depuis l’adoption de la loi Bachelot.

 

Il organise la pénurie de soins publics pour développer l’offre privée lucrative comme il organise l’assèchement des moyens financiers du secteur public pour les laisser au patronat et au secteur financier (complémentaires santé).

Les Agences régionales de santé qui se mettent en place seront l’instrument pour, sur un secteur géographique, diriger les soins les plus rentables vers le privé. La loi Bachelot a justement placé l’AP-HP sous la tutelle de l’ARS d’Ile-de-France. L’annonce de la fermeture (par décret!) de 182 sites chirurgicaux en France, effectuant moins de 1500 actes reflète directement cet objectif de donner au privé lucratif le monopole des activités les plus rentables.

« Patients, territoires, santé », personnels hospitaliers : tous sont perdants devant cette politique de marchandisation de la santé.

 

Les forces existent pour résister et faire échec tout de suite aux projets du gouvernement.

L’opposition à la loi Bachelot a été l’occasion de constater les très larges convergences d’intérêt et un début de convergence d’action entre les médecins hospitaliers, l’ensemble des personnels hospitaliers, les populations et leurs représentants, plus largement encore les salariés. Le gouvernement n’a dû qu’à la diversion constituée par les élections européennes et à sa stratégie du coup de force de faire passer sa loi au début de l’été.

Les conditions du rassemblement pour s’opposer et faire échec à ses conséquences sont toujours aussi fortes.

Les agents de l’Hôpital Ambroise Paré sont en grève reconductible à l’appel de leurs organisations syndicales depuis lundi 23 novembre contre les suppressions d’emplois. Des mouvements se développent en ce moment contre la perspective de fermeture de la maternité de Saint-Antoine.

Plusieurs professeurs de médecine, responsables des Comité médicaux de l’AP-HP ont, à nouveau, tiré des signaux d’alarme dans les media.

Dans des dizaines de villes de province, les mobilisations contre les fermetures d’hôpitaux de proximité et de services ne désarment pas, au contraire.

 

Rassemblées, ces forces sont considérables. Elles peuvent permettre d’arrêter tout de suite la spirale du déclin de l’offre publique de soin, notamment à l’AP-HP.

- Mettons en échec tout projet de suppressions de poste !

- Remettons en cause la T2A ! Rouvrons le débat sur le volet hospitalier de la loi Bachelot !

- Gagnons des financements d’urgence pour l’hôpital public notamment en remettant en cause, comme l’a fait même la Cour des comptes, les 30 milliards d’euros d’allègements annuels de cotisations sociales patronales !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

laborieux bénévole à l'APHP 26/11/2009 21:34


T2A - Nouvelle gouvernance et la constitution des pôles bidons ! la charge de travail augmente sans cesse, on ne compte plus nos heures,(voir les courbes d'activité depuis 10 ans). Travailler
dans le milieu hospitalier est un choix mais là on est tous au bout du rouleau à l'AP-HP ! les conditions de travail se sont gravement dégradées à cause du manque de personnel, de la
désorganisation que cela engendre. Je travaille dans un service logistique et je n'ai pas pu prendre tous mes congés et repos ! Il paraît que les compteurs seront mis à zéro en janvier ! Avec nos
maigres salaires, nous voilà revenus au temps de l'esclavage !!!
Enfin, au nom d'économie absurde  j'aimerais parler pour mes collègues aux cuisines, enfin si on peut appeler ça des cuisines, la nourriture arrive toute  préparée est infecte, quand je
pense à ce qu'avale les malades.... ça me rend malade !
A quand des salaires dignes pour les professionnels de santé que nous sommes ?
A quand du bio dans les assiettes ! L'hôpital n'est-il pas le meilleur endroit pour manger sain ?