Beaugrenelle : inauguration d’une « passerelle » vers … nulle part

2 Octobre 2013 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #BEAUGRENELLE

Beaugrenelle : inauguration d’une « passerelle » pour l’instant vers … nulle part

Pcf Paris 15, 2 octobre 2013

 

A quoi sert la Sempariseine ? A servir d’entremetteur entre la Ville de Paris et des promoteurs et de groupes commerciaux privés puis à faire la promotion de leurs projets spéculatifs ?

C’est à quoi à nouveau la direction de cette société d’économie mixte s’est livrée le 7 septembre lors de « l’inauguration » d’une « passerelle » au-dessus de la rue Linois à Beaugrenelle.

Toute la direction de la Sempariseine était là, sur son 31 : le président Brossat, le vice-président Dargent, la directrice de l’aménagement Bouleau. Avec leurs employés réquisitionnés, leurs cameramen et photographes, les intermittents embauchés pour la soi-disant « Fête Côté Seine », ils devaient représenter la moitié de la maigre affluence, l’autre moitié étant principalement composée de riverains en colère.

Avec les associations, il a fallu se battre pour obtenir une passerelle entre les deux parties de la dalle, séparées par le trou béant percé par le nouveau centre commercial, et définitivement privées de toute fonction urbaine. Il a fallu se battre pour que le projet intègre une autre passerelle que celle, privatisée, interne au centre commercial.

130907_inauguration_passerelle_Beaugrenelle.pngRiverains, associations, avec notamment notre appui, ont obtenu, mieux que rien, une structure légère en bois qui mène, pour l’instant, à un chantier, à un nulle-part : la dalle publique en déshérence sous la tour Beaugrenelle.

Autant dire qu’il n’y avait vraiment pas grand-chose à inaugurer. Il s’agissait seulement de donner le change médiatiquement, côté public, avant la pompeuse inauguration de l’immense centre commercial du promoteur Gecina le 23 octobre prochain.

Fidèles à leur esprit, M. Dargent et Mme Bouleau – M. Brossat s’étant rapidement éclipsé – ont organisé une énième présentation de leur plan de restructuration des parties subsistantes de la dalle. Surtout, ils ont laissé une tribune aux patrons de Monoprix pour faire la promotion de leur magasin agrandi. Monoprix a obtenu, comme Gecina, grâce à la Sempariseine, la pleine propriété de son emprise foncière aux dépens du patrimoine de la collectivité

En fait la passerelle « publique » conduira principalement au 1er étage du Monoprix !

Dans leur conception de la concertation, les dirigeants de la Sempariseine n’avait pas prévu de laisser les militants associatifs prendre la parole. Ils n’ont pas pu les en empêcher, tout en les privant, lamentablement, de micro.

« Pourquoi cette publicité pour Monoprix ? », ont-ils demandé.

Surtout, ils sont revenus sur l’exigence de réouverture d’un centre de santé conventionné à Beaugrenelle. M. Dargent leur a répondu, en langue de bois, que le centre de la rue Viala – hors quartier - aurait été ou serait soutenu par les promoteurs. Mon œil ! Il décline et ne saurait répondre à la demande du secteur Beaugrenelle.

Et comment imaginer que le promoteur Gecina va financer, comme ça, un quelconque projet d’intérêt public ou social alors qu’il vient de mettre en vente – avant même son ouverture – le nouveau centre commercial ?

L’annonce de cet été a de quoi scandaliser riverains et contribuables. Gecina va empocher des centaines de millions d’euros de plus-value en « partant comme un voleur ». Comme on est loin de l’investisseur intéressé par le développement durable du quartier que présentait Mme Hidalgo !

Se contredire n’est pas ce qui dérange M. Dargent. Le 7 septembre, il n’hésite pas à présenter Gecina comme un simple aménageur qu’il félicite. Pour 10 ans de chantage, de mépris et de pressions sur la population ?

Si Gécina, qui n’a aucune compétence dans le BTP, fait seulement fonction d'aménageur, alors à quoi sert la Sempariseine ?

Cette dernière est issue de la fusion en 2007 de la Sempariscentre et de la Seméa15, sociétés d’économie mixte justement créées pour aménager des quartiers pour le compte de la Ville de Paris, notamment les Halles et Beaugrenelle.

Si la Sempariseine est incapable d’aménager, elle devrait être dissoute ! Si elle n’est bonne qu’à servir d’intermédiaire pour livrer des biens publics à la promotion immobilière privée et faire « passer la pilule » aux populations : qu’elle soit dissoute ! Si elle sert seulement à distribuer des places, qu’elle soit dissoute ! Et que la collectivité et ses instances démocratiques reprennent possession directement dans leur politique d’aménagement ! Communistes, nous avions déjà combattu pour ses raisons la création de la SEMEA15 dans les années 60 – maintenant la municipalité n’a plus de retenue !  

Voilà une des questions, et non des moindres, que nous soulèverons avant les élections municipales, en lien avec la poursuite des luttes dans nos quartiers.

 

PS : Mme Hidalgo a fait un petit tour sur le Front de Seine le 7 septembre, mais seulement après l’inauguration. De peur des interpellations des habitants ? Ou bien pour s’assurer que cette coûteuse opération de marketing ne soit pas imputée à ses comptes de campagne électorale ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article