Beaugrenelle : rassemblement le 4 février à 11h30 à l’occasion de la « pose de la 1ère pierre »

3 Février 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #BEAUGRENELLE

Beaugrenelle : rassemblement le 4 février à 11h30 à l’occasion de la « pose de la 1ère pierre »

 

Le PCF Paris 15 plus que jamais avec la population et ses associations contre la spéculation immobilière à Beaugrenelle !

 

Vendredi 4 février 2011, le promoteur Gecina organise une réception somptuaire pour faire la promotion de son projet de nouveau « centre Beaugrenelle ». Anne Hidalgo, première adjointe PS au Maire de Paris, prêtera ses compétences pour poser une « première pierre » sur un terrain que les bulldozers n’ont pas fini de creuser, en zone inondable.

 

La section du PCF Paris 15ème soutient totalement l’initiative du Comité de défense de Beaugrenelle – Front de Seine – Charles Michels invitant les riverains à s’inviter à la manifestation des promoteurs et de leurs clients.

 

Rendez-vous : 11h30 devant le Monoprix

 

Nous reproduisons ci-dessous le texte du dernier tract du Comité auquel nous adhérons à 100% avec nos camarades du secteur. 

 

Nous rappelons à cette occasion que la section du PCF Paris 15ème dénonce et combat avec constance les projets des promoteurs encouragés par la municipalité de Paris depuis 2003.

Ils n’ont à rien à voir avec la réhabilitation souhaitée par les riverains et envisagée en 2002.

Il s’agit au contraire d’une des plus grosses opérations immobilières spéculatives en cours à Paris. La firme Gecina n’a cessé d’accroître ses prétentions. La municipalité de Paris a cédé à toutes ses demandes : zone d’exception dans le PLU, vente des terrains en pleine propriété privant la collectivité de tout contrôle sur les activités et les constructions…

 

Communistes, nous sommes conséquents. Nous combattons toute politique qui va à l’encontre des travailleurs, de la population, d’où qu’elle vienne. Nous avons sans cesse interpelé la municipalité de Paris, les élus de « gauche », en conseil de quartier, en conseil d’arrondissement, en conseil de Paris, dans les comptes-rendus de mandat de M. le Maire. A chaque fois, on nous a opposé la même langue de bois, sinon le même mépris que rencontrent les riverains.

La justification du projet au nom de l’emploi ne tient pas. S’il fallait bétonner tout Paris pour en finir avec le chômage ! Les 1200 emplois promis aujourd’hui par Mme Hidalgo (800 hier pour le même projet), ne compensent pas les emplois détruits depuis 7 ans et les destructions d’’emplois dans la concurrence. 

Nous sommes désolés de cette situation mais ce n’est pas parce qu’une municipalité se dit de « gauche » que nous cesserons de nous positionner sur le fond et de combattre ses projets à Beaugrenelle. Que nous importe qu’électoralement ce quartier ne compte pas pour beaucoup sur la « gauche » !  

 

Non ! Il n’y a aucune raison « d’intérêt public » de livrer le Front de Seine au promoteur Gecina. Son seul souci est le profit. Cette firme a distribué, pour 2009, 300 millions d’euros à ces actionnaires. Son patrimoine dépasse les 11 milliards d’euros, en pleine croissance. 

 

Les conséquences du projet d’hyper-centre commercial à Beaugrenelle sont déjà sensibles, sans parler de l’immense et déplorable chantier pour lequel Gecina refuse jusqu’à présent les aménagements et dédommagements auxquels ont droit les habitants.

Les équipements publics sont ravagés : une poste réduite, plus de commissariat, plus de centre médical conventionné… La pression est déjà sensible sur le commerce de proximité. La mixité sociale est menacée, même si les associations que nous avons soutenues ont gagné le maintien de la propriété publique des assises foncières des immeubles HLM et le maintien d’un bureau de Poste.

 

Avec la population, ayant participé à toutes les étapes de la lutte, nous sommes toujours autant sidérés devant la pratique du mensonge et du mépris par les promoteurs et les élus représentant la municipalité, en premier lieu Mme Hidalgo.

Nous le disons franchement. On ne nous fera pas prendre l’opération Beaugrenelle, la privatisation de toute la dalle, pour une mesure de « gauche ». On ne nous fera pas taire pour protéger telle ou telle place détenue par un élu de gauche ou d’un autre ensemble politicien.

 

Avec la population et les associations, nous réclamons :

- Le maintien, la restitution et l’amélioration des équipements et services publics et culturels.

Le dédommagement des riverains du chantier qui n’ont rien demandé et ne profiteront de rien.

- Une remise en question complète du projet. Les promoteurs accumulent les retards (4,5, 6 ans), obtenant toujours plus de la municipalité, attendant les évolutions du marché de l’immobilier pour fixer leur projet. Les grands centres commerciaux sont en crise dans pratiquement toutes les villes de France. A Beaugrenelle, le site est très mal desservi par les transports et a déjà fait la preuve de l’échec dans les années 90.

 

Non à la fuite en avant vers la spéculation ! Oui à la réponse aux besoins et au respect des habitants du 15ème, des Parisiens, des contribuables !

 

PCF Paris 15, le  3 Février 2011

 

 

TRACT DU COMITE DE DEFENSE DE BEAUGRENELLE - FRONT DE SEINE - CHARLES MICHELS

logo.png

Beaugrenelle - 4 février 2011 

Pose d’une « première pierre » : 

C’est une provocation!  

On apprend par la presse que le promoteur Gecina organise la pose de la « première pierre » de son nouveau centre Beaugrenelle, vendredi 4 février 2011 entre 11h30 et 14h00. Avec barnum et petits fours. Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, devrait tenir la truelle devant les journalistes.

Mais comment peuvent-ils poser une « première pierre » ? La démolition n’est pas terminée. Les bâtiments sont loin de « sortir de terre ». Au contraire, le chantier s’enfonce en zone inondable alors que n'est pas encore autorisée l'évacuation future des eaux souterraines. Bien plus le cabinet d'expertises, pourtant payé par le promoteur évoque lui-même des risques de tassements des bâtiments anciens du voisinage, notamment des HLM de la rue des 4 Frères Peignot.  

On comprend l’empressement des promoteurs à faire cette mise en scène. Il faut qu’ils rassurent leurs actionnaires. Beaugrenelle est  un projet immobilier de plusieurs centaines de millions d’euros, 400 millions prévus en 2004, au moins 500 à 600 avec les quatre ans de retard. L’arrivée des grandes enseignes commerciales n’est pas encore pour demain.

De son côté, Mme Hidalgo a hâte de classer cette affaire mal ficelée dès l’origine. La municipalité de Paris, avec ses sociétés d’économie mixte, soutient depuis le départ les promoteurs, de façon inconditionnelle. Elle s’est mise au service de leur projet spéculatif (privatisation des emprises foncières, modifications du PLU, et du PPRI …) qui va pourtant à l’encontre de tous les objectifs proclamés par le maire de Paris  hausse de la circulation, menaces sur l’environnement, sur les équipements publics, le commerce de proximité, la mixité sociale…

Pour nous riverains, cette pose de la 1ère pierre est une provocation. Depuis 2003 .... et jusqu'en 2013, nous subissons les inconvénients et les nuisances du plus grand chantier en cours à Paris pour un projet qui ne nous apportera rien.. 70% des habitants les plus proches ont signé une pétition pour que les travaux respectent le plus possible leur vie et que les promoteurs, comme cela est possible nous dédommagent en prenant en compte ces nuisances.

Tout ce que le Comité de Défense a dénoncé depuis le début se produit. La spéculation a déjà éliminé le  centre de santé conventionné, le commissariat, les cinémas,… Le bouleversement des équilibres de cette partie du 15ème (rue Saint-Charles, même rue du Commerce) est largement amorcé. Quoiqu’en dise Mme Hidalgo, le solde des emplois  est largement négatif et le restera avec la destruction d’autres commerces environnants. La continuité de la dalle est rompue, ce qui lui fait perdre toute fonction urbaine..

Tout ce que nous avions dévoilé se vérifie, notamment les dimensions réelles du centre commercial projeté, 42.000m2, deux fois la surface et quatre fois le volume de l’ancien centre Beaugrenelle qui a pourtant déjà été un échec. Le gâchis s’annonce pour les Parisiens. Pas pour  les promoteurs qui ont maintenant les mains libres avec la propriété totale des terrains et la possibilité de construire dans un secteur hautement spéculatif en Front de Seine.

Tout ce qui a été concédé aux riverains, nous l’avons arraché par la lutte : le maintien de la propriété publique des emprises foncières des HLM, la réouverture d’un bureau de Poste, le raccordement au réseau de climatisation souterrain Climespace (alors que les promoteurs prévoyaient l'installation de tours aéroréfrigérantes, potentiellement porteurs de légionellose), le respect de la sécurité du chantier…

La pose de la « 1ère pierre » est le nouvel avatar d’une politique de « com. » qui tient lieu de concertation.

Assez de mépris, assez de mensonges !

Le vendredi 4 février 2011, invitons-nous, nous qui sommes à l’épicentre du projet, chez le promoteur et Mme Hidalgo !

Rendez-vous à 11h30 devant le Monoprix !

 

Portons haut et fort nos exigences et propositions!

Comme nous l’avons fait à 300 lors de la réunion spéciale du Conseil d’arrondissement du 9 décembre 2010. Elles sont plus que légitimes !

 

Þ Pour la réduction des nuisances du chantier, de son amplitude horaire.

Þ Pour un juste dédommagement des riverains touchés.

Þ Pour une nouvelle expertise et la garantie absolue de la sécurité des immeubles avoisinants.

Þ Pour le rétablissement au plus tôt des équipements publics et culturels, notamment immédiatement du centre de santé conventionné.

Þ Pour des garanties sur l’avenir de la dalle, la reconstitution de sa continuité, le financement de son entretien.

Þ Pour une refonte du projet afin qu’il respecte les équilibres du quartier, mixité sociale, cadre de vie, commerces… et les intérêts du contribuable parisien.

 

Beaugrenelle: 500 millions pour la spéculation, les pots cassés pour les Parisiens : ça suffit !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cotty jean-Louis 03/02/2011 22:29



Assez  des socio-démocrates qui font le lit des promoteurs immobiliers et qui vident Paris de son contenu populaire, pour faire place aux affairistes et politiciens qui méprisent le peuple.