"CONGRES" DU PCF : un texte alternatif pour un vrai débat dans le Parti

25 Mai 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Notre section du PCF Paris 15 appelle à signer le texte alternatif pour le "congrès" extraodinaire de juin 2010.

Nous rejoignons l'appel ci-dessous signé, entre autres, par notre secrétaire.

 

 

LE TEXTE ALTERNATIF EN PDF


LE FORMULAIRE DE SIGNATURE (ou renvoyer les mêmes infos à  besoin-du-pcf@laposte.net )

 

formulaire courriel

 

 

VIVE LE PCF!

 

 

FVER-PCF

Le 21 mai 2010 

 

Cher(e) camarade,

 

Le congrès extraordinaire de notre parti se tiendra les 18, 19 et 20 juin 2010 dans des conditions de précipitation et d’organisation contradictoires avec la vie démocratique et les statuts du PCF.

Début avril, 5 secrétaires de fédération ont demandé dans une déclaration le report du congrès à décembre. Bien qu’embarrassée, la direction a maintenu sa feuille de route.

Nous ne pouvons pas accepter que soit entérinée ainsi unilatéralement une stratégie, qui, sous la forme nationale du « Front de gauche » et par des « transformations » du parti, poursuit le processus d’effacement du PCF. Elle n’a pas été décidée au 34ème congrès.

Responsables d’organisations du PCF, nous avons envisagé ensemble quel serait le moyen le plus efficace d’intervenir des communistes.

Notre état d’esprit est d’abord de faire respecter la décision majoritaire des communistes au 34ème congrès, celle de maintenir le PCF.

Cela signifie pour nous aussi de le faire vivre et de le renforcer, de lui rendre son identité révolutionnaire de parti de classe.

En tout état de cause, nous refusons de rentrer dans une logique de tendance ou dans la personnification réductrice des débats existants dans le Parti.

Nous avons finalement décidé d’écrire un texte, tel que le prévoient les statuts du Parti, alternatif aux deux textes adoptés par le CN du 16 avril 2010 et envoyés aux communistes à partir du 28 avril.

Il nous semble dangereux de laisser faire un congrès bâclé, écartant le plus grand nombre des communistes.

Il nous semble important d’apporter une contradiction sur le fond à l’orientation de la direction, notamment pour les congrès départementaux et les assemblées de section.

Il nous semble important de faire respecter les statuts du Parti.

Tu trouveras ci-joint le texte alternatif tel que nous venons de le rédiger. Nous le soumettons à ton avis. Il correspond à la ligne que nous voulons défendre et que nous te proposons de défendre.

Nous t’envoyons aussi un formulaire de signature. Nous apporterons les 200 signatures de camarades de 10 fédérations différentes nécessaires à la validation du texte suivant les statuts.

Dans l’attente de tes réflexions, reçois, cher(e) camarade, nos salutations fraternelles,

 

 

Corinne Bécourt, section de Saint-Quentin, membre du CN (corinnebecourt@hotmail.fr) ; Frédéric Bernabé, secrétaire de la Fédération de la Haute-Saône, CN (pcf70@wanadoo.fr) ; Emmanuel Dang Tran, secrétaire de la section de Paris 15ème, CN (pcf15@wanadoo.fr); Fabienne Debeauvais, section d’Amiens, CN ; Claude Fainzang, section Paris 19ème , CN (claude.fainzang@wanadoo.fr) ; Eric Jalade, secrétaire de la fédération du Tarn, CN (eric.jalade@orange.fr); Dominique Negri, secrétaire de la section de Saint-Martin-d’Hères, CN (d.negri@wanadoo.fr); Christian Tabaglio, section de Jarny, CN (christian.tabaglio@wanadoo.fr)

 

 

 

 

PS1. Article 11.1 des statuts du PCF :

 

11.1. Adoption de la base commune de discussion

« Le conseil national décide de l’ordre du jour et lance un appel à contributions. Tout-e adhérent-e, individuellement ou collectivement, toute assemblée générale de section et tout conseil départemental peut proposer une ou des contributions, portant sur tout ou partie de l’ordre du jour. Toutes sont mises à la disposition des communistes. A partir de cet ensemble d’éléments, le conseil national élabore un projet de base commune de discussion portant sur l’ordre du jour du congrès. Sur une question particulière en débat, le texte comporte, s’il y a lieu, des choix alternatifs possibles qui feront l’objet d’un vote de congrès. Tous les efforts auront été faits pour aboutir à un texte permettant de rassembler la grande majorité des adhérent-e-s sur des choix élaborés en commun. Un délai de  cinq semaines au moins est ensuite donné pour faire connaître ce projet à tous les adhérent-e-s. A l’issue de cette période, deux cents adhérent(e)s issu(e)s d’au moins dix fédérations peuvent proposer une base de discussion alternative qui doit traiter de l’ordre du jour du congrès et respecter la cohérence de celui-ci. Sa dimension ne saurait excéder celle du projet adopté par le conseil national. Tout texte est accompagné d’un résumé de ses orientations essentielles. Les résumés sont de taille identique.

Une commission élue par le conseil national organise la transparence des débats. Elle valide les textes proposés.

Le ou les projets de base commune sont portés à la connaissance des adhérent-e-s et soumis à leur vote. Le texte qui a obtenu le plus de suffrages devient la base commune de discussion de tous les communistes. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article