Dans les ensembles HLM du 15ème : inquiétudes et mobilisations contre l’application de la loi Boutin.

4 Mai 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Droit au LOGEMENT

Dans les ensembles HLM du 15ème : inquiétudes et mobilisations contre l’application de la loi Boutin.

 

De nombreuses cités HLM du 15ème, comme ailleurs, monte un mécontentement croissant des locataires. La colère devant les augmentations de loyers et de charges, pour tous ou pour certains, les craintes pour l’avenir des ensembles s’ajoutent à tous les problèmes quotidiens. Les effets néfastes de l’application de la Loi Boutin commencent à se faire sentir.

 

Dernières nouvelles des ensembles HLM du 15ème :

 

Aux Périchaux (1700 logements), Paris Habitat prépare une réhabilitation des logements. Déjà, des locataires n’acceptent pas que la simple remise aux normes de l’électricité conduise à des augmentations de loyer. Ils refusent qu’elle entraîne des aménagements supplémentaires des appartements, non obligatoires et non souhaités, qui seraient mis à la charge des locataires.

 

Dans le groupe Convention-Croix-Nivert, les locataires, à l’unanimité moins une voix, ont refusé l’implantation d’antennes relais de téléphonie mobile. Paris-Habitat n’en a eu cure. Les locataires ont alerté Anne Hidalgo, 1ère adjointe de Bertrand Delanoë. A ce jour (avril 2010), elle n’a toujours pas daigné pas leur répondre, bien qu’elle ait été à la tête d’une mission d’information sur les dangers des antennes et à l’époque, fortement médiatisée pour cela.

Pour notre part, nous ne nous prononçons pas sur la dangerosité des antennes relais mais nous constatons qu’elles sont toutes disposées, dans le 15ème, sur les immeubles HLM et que le « principe de précaution » ne vaut que pour le secteur privé. C’est la raison de notre soutien aux locataires méprisés.

 

Aux Quatre-Frères-Peignot, nous avions déjà relayé l’inquiétude de locataires devant le taux anormal de vacances et la dépose de portes de sécurité aux appartements vides. Des bruits persistants évoquent la transformation de logements en (beaux) duplex. Ces dernières semaines, des locataires ont été directement abordés. On leur a proposé de quitter la cité pour que des cadres du Ministère des affaires étrangères, qui vient de s’installer à proximité immédiate, soient logés.

L’inquiétude enfle. Depuis des années, sinon des décennies, les promoteurs immobiliers exercent une pression contre les logements sociaux et leurs habitants dans ce quartier, si rentable pour eux, où ils développent l’opération immobilière scandaleuse du « nouveau Beaugrenelle » (voir notre dossier).

La rue des 4 frères est le symbole des populations qu’ils veulent évincer, qu’ils « stigmatisent ». Continuons à résister à cette pression !

Il est temps que Paris-Habitat et la municipalité de Paris confirment l’absence de tout projet de vente, réaffirment une fois pour toutes le maintien définitif du caractère HLM de la cité et s’engagent pour la défense de la mixité sociale de la population du Front de Seine.

 

L’opposition à l’application de la loi Boutin.

 

« La mixité sociale » gravement menacée par l’application de la loi Boutin.

Normalement, les logements sociaux ne sont pas destinés seulement aux plus pauvres mais à une majorité de salariés. Gardons en tête que le revenu médian en France est de l’ordre de 1200 euros par mois et que le loyer d’un studio à Paris dans le parc privé atteint facilement 550 euros pour 25m2. Ces niveaux spéculatifs sont inadmissibles.

 

Au sein même des cités, les nouvelles règles d’application des surloyers avec la loi Boutin menacent la « mixité sociale ». Tous les effets pervers, qui étaient recherchés par le gouvernement, commencent à se produire.

L’augmentation des barèmes, le caractère systématique de leur application au dessus de 20% de dépassement des plafonds et la baisse de ceux-ci (décrets été 2009), pénalisent très rapidement les ménages aux revenus « moyens ». C’est profondément injuste.

Les hausses, parfois vertigineuses, de leur loyer réel augmentent encore la pression sur le marché immobilier privé. Malgré la crise, en 2009, les loyers des studios et des 2 pièces nouvellement loués, ont encore augmenté de 6 et 4% à Paris.

Les surloyers conduisent à paupériser de nombreuses cités, qu’elles tendent à transformer en « ghettos » pour les plus démunis. Des retraités, des salariés aux revenus moyens, ont de plus en plus de mal à payer et sont incités à partir, notamment en province.

A l’inverse, les bailleurs sociaux, étranglés financièrement par la politique du pouvoir, trouvent un intérêt à maintenir et à installer des populations potentiellement plus solvables dans certains quartiers et certains ensembles, jugés plus attractifs, et à en évincer de plus pauvres. C’est peut-être ce qui est en train de se passer aux 4 frères Peignot.

 

Les amicales de locataires, notamment de la CNL (comme celle du groupe 3F Emériau-Saint-Charles) ont engagé une action contre les effets d’une autre disposition de la loi Boutin : les « conventions d’utilité sociale » (CUS).

Avec les amicales, alertons les locataires des HLM du 15ème pour qui le danger est maximal !

 

La Loi Boutin a rendu obligatoire la conclusion de ces CUS entre le bailleur social et le préfet.

Ces CUS doivent prévoir des objectifs de vente de logements sociaux. Cette mesure est inadmissible tant la pénurie est grande. Vu le niveau du marché immobilier dans le 15ème, la tentation va être encore plus forte pour les bailleurs d’y vendre des logements ou des immeubles.

Ces CUS, dans la suite du « conventionnement global » (qui était facultatif), permettent des augmentations de loyers différenciées, au sein du parc d’un même bailleur, selon l’environnement des ensembles, équipement en transports, services publics, commerces… c'est-à-dire suivant le niveau du marché privé. Autrement dit, les bailleurs vont pouvoir augmenter les loyers encore plus vite dans le 15ème qu’à Bagneux ou Gennevilliers. Là aussi, injustice totale, logique de ghettos, soutien éhonté à la spéculation !

 

Locataires, intervenez avant la signature des CUS de votre société HLM ! Combattez tous les projets de vente de logement et de hausse supplémentaire de loyer ! Intervenons en direction des bailleurs, des élus ! Le reste de la population est aussi concernée.

 

Le gouvernement endette le pays, à hauteur de dizaines de milliards d’euros, pour renflouer la finance, doper les profits. De l’autre côté, il vide les caisses du logement social et détourne l’épargne populaire qui lui est destinée, celle qui est placée sur nos Livrets A, vers les banques privées et la spéculation. Assez !

 

A tous les niveaux, dans notre immeuble, notre ensemble, notre quartier, notre ville, notre pays, opposons-nous à la loi Boutin qu’il faut abroger, à cette politique, qui fait du logement une source de profit pour la finance !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bob Morane 05/05/2010 11:48



Candide : Ou trouver de la drogue dans le 15e arrondissement ?


Bob : le plus simple est de se rendre à la Cité des Périchaux ou rue des 4 frères Peignot mais vous en trouverez aussi aisément Cité Modigliani Balard ou du côté des HLM flambant neuf de
Dupleix


Candide : Dans le privé je paie 1100 euros pour un F2, combien ça coute en HLM ?


bob : Comptez 550 euros et en plus vous pouvez tout dégrader c'est pas vous qui paierez