Défense du Patronage laïque : une lutte doit reprendre.

20 Avril 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

Défense du Patronage laïque : une lutte doit reprendre.

 

Le plan de démolition du Patronage laïque du 15ème, 72 avenue Félix Faure, se précise et se précipite.

Le 24 mars 2011, la municipalité de Paris tenait une réunion « d’information ».

 

Convoquée en quelques jours à peine, comme une formalité auto-justificatrice, elle a pourtant rassemblé plus de 150 personnes, principalement des riverains très inquiets, les usagers n’ayant souvent pas pu être prévenus.

Ici comme ailleurs, les méthodes de « concertation » de Mme Hidalgo ont déchaîné la colère. Elle s’adresse à la population, assistée de ses « experts » et de son cabinet d’architecte, quand tous les plans sont déjà décidés jusqu’au moindre détail (une architecture d’ailleurs d’une très banale laideur).

 

La municipalité a certainement des raisons de redouter celles et ceux qui ont sauvé déjà plusieurs fois le Patronage laïque des démolisseurs, la dernière en 2001. La gauche les avait alors rejoints, avant les élections municipales.

 

Nous sommes intervenus lors de la réunion pour défendre le patronage et exprimer notre désaccord avec le projet.

 

Il ne s’agit pas d’un projet de démolition-reconstruction. Il s’agit de détruire et de supprimer le Patronage et de construire, fort cher, un bâtiment d’une fonction très différente.

 

Sous le vocable ronflant de « patronage laïque du 21ème siècle », la municipalité de Paris veut créer un équipement de prestige, à la fois salle de spectacle, maison des associations et sorte de temple de la laïcité. Le calendrier est calculé pour coïncider avec les élections de 2014.

Pourquoi pas un nouvel équipement de ce type mais pas à la place du Patronage laïque !

 

090723_PL15.gifLe Patronage laïque est accessible à tous. Il compte 24.000 usagers. Chargé d’histoire, animé par l’association qui l’a construit et le fait vivre depuis 1907, il répond aux besoins de la vie sociale, culturelle, associative, démocratique du 15ème. Cela, cet esprit de liberté, de pluralisme, c’est aussi une conception de la laïcité dans laquelle nous nous reconnaissons.

Décidément, cette indépendance est insupportable aux municipalités qui se succèdent.

 

Pour aller dans son sens, Mme Hidalgo a sollicité l’ex-patron de FO, Marc Blondel, « libre-penseur », et l’a placé à la tête d’un « comité de pilotage » dénué de toute validité. Le 24 mars, il est venu infliger un lourd pensum idéologique sur la laïcité, avant de se déconsidérer en admettant qu’il ne connaît rien au 15ème arrondissement.

 

Quelques logements sociaux dans un foyer de travailleurs sont prévus au dessus du bâtiment projeté. Ils servent de prétexte « social » à la municipalité parisienne de « gauche » et d’épouvantail à la municipalité d’arrondissement de droite. Ici comme ailleurs, le discours insidieux de cette dernière, excitant les fantasmes de la partie la moins éclairée de la population sur un lien imaginaire entre insécurité et logement social, est intolérable.

Pour notre part, évidemment, nous sommes pour le développement du logement social, instrument également pour lutter contre la spéculation immobilière, mais pas sur le terrain du Patronage laïque du 15ème ! La Ville laisse le promoteur Unibail construire 80.000 m2 de bureaux à la Porte de Versailles avec la Tour Triangle.

 

L’éviction de l’association du Patronage laïque, indissociable du bâtiment dont elle a financé la construction par souscription populaire avant de le donner à la Ville, est bien programmée. Le nouvel équipement fera l’objet d’une attribution par « appel d’offre ». C’est un point inacceptable. C’est la remise en cause de tout ce qui existe d’inappréciable dans l'identité du lieu.

 

Soutenant l’association, nous restons sur notre position de base.

Nous nous opposons à la démolition et demandons une simple réhabilitation. Après 2001, les structures du bâtiment historique étaient jugées saines par les experts. Il n’y a pas de raison qu’ils changent d’avis.Il est injustifiable que la municipalité ait laissé l'immeuble dans cet état.

 

On voit que le souvenir de la lutte de 2001, le rapport de force que nous contribuons à animer, continuent de marquer.

Le 24 mars, nous apprenons que la Ville est prête à accorder un local, rue Violet, pour le relogement provisoire de certaines activités du Patronage. Mais c’est l’Association qu’il faudrait reloger avec un bail en bonne et due forme et les moyens qui lui permettraient de fonctionner pleinement. En 2010, la subvention municipale se monte à zéro euro !

 

Nous voulons avoir l’assurance que l’Association du Patronage laïque fera fonctionner tout nouvel équipement, 72 avenue Félix Faure.

Nous ne l’avons pas. La bataille ne fait que commencer pour sauvegarder un équipement unique dans le 15ème et même à Paris au service de la vie associative, culturelle et démocratique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article