Delanoë célèbre Ben Gourion : notre indignation est sans réserves !

17 Avril 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Solidarité internationale

Delanoë célèbre Ben Gourion : notre indignation est sans réserves !

 

BenGourion-bb617.jpgBertrand Delanoë et Rachida Dati ont inauguré en compagnie de Shimon Peres, président israélien, une « promenade David Ben Gourion » dans le 7ème arrondissement de Paris, mercredi 14 avril 2010. Notre parti a exprimé sa consternation et son indignation devant cette décision de la municipalité de Paris. Notre section du PCF s’est jointe à différentes initiatives de protestation.

 

Fondateur de l’Etat d’Israël en 1948, Ben Gourion fait partie de ceux qui ont traduit l’idéologie sioniste en une pratique de colonisation, d’oppression et de crime contre un peuple. Il a organisé l’expulsion massive des Palestiniens, la destruction de leurs villages, plusieurs massacres.

Les autorités parisiennes déshonorent notre ville en célébrant ce personnage. Dans la situation actuelle, elles commettent un acte politique lourd de signification.

 

Le gouvernement israélien poursuit sa politique impérialiste d’écrasement du peuple palestinien, de guerre dans toute cette région du monde. Les cicatrices du Liban et de Gaza sont encore béantes. Pas une semaine ne se passe sans que l’on annonce la destruction de maisons arabes à Jérusalem, l’établissement de nouvelles colonies en Cisjordanie, de nouveaux crimes de l’armée ou des services spéciaux israéliens.

Le pouvoir politique israélien surenchérit sans fin. Il viole à tour de bras les résolutions de l’ONU, le droit international. Il bloque obstinément toute avancée vers la paix.

 

En apportant un soutien fort et symbolique à l’initiateur et aux représentants de cette politique, Delanoë choisit son camp, celui de l’impérialisme. A son tour, après le président de la République, il envoie un signal de désespoir aux populations juives et arabes de Palestine qui aspirent à la paix, à l’entente entre les peuples.

 

Pour se justifier, il s’enfonce dans l’indécence en promettant, pour compenser, d’inaugurer une place au nom de Mahmoud Darwish. Nous boycotterons l’inauguration de cette place en l’honneur du magnifique poète palestinien puisqu’elle n’est décidée que pour mieux justifier l’injustifiable.

 

Notre indignation est sans réserves. Elle ne souffre d’aucune circonstance atténuante.

 

Aussi, nous sommes malheureusement contraints de faire une clarification.

Nous tenons à exprimer aux représentants de l’Autorité palestinienne en France, dont le siège est dans notre arrondissement, parmi lesquels plusieurs amis, et aux combattants de la cause palestinienne que les propos de M. Ian Brossat, président des élus « communistes et parti de gauche » au Conseil de Paris n’engagent que lui. M. Brossat a osé dire à la presse : "J'avais moi-même soutenu que la ville ne pouvait envisager de dédier un espace à David Ben Gourion sans faire de même pour Yasser Arafat".

 

Comparer un chef de guerre, un colonisateur, un oppresseur à un patriote, défenseur inlassable des droits de son peuple opprimé, c’est indigne, irresponsable. Nous demandons à M. Brossat de s’excuser publiquement ou, à défaut, de cesser de s’exprimer au nom des communistes et de déconsidérer notre parti, uni dans son soutien au peuple palestinien et dans son combat pour une paix juste et durable en Palestine.

 

Emile Torner, ancien déporté résistant, responsable "Paix et mémoire" de la section du PCF Paris 15

emile_shahid.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article