Des luttes locales dans le 15ème pour 2011

6 Janvier 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

Des luttes locales dans le 15ème pour 2011

 

2011 annonce la poursuite et l’intensification d’importantes luttes dans nos quartiers.

 

Contre la spéculation immobilière et ses effets, notre soutien restera entier aux riverains de Beaugrenelle.

110106_Beaugrenelle.jpgLeur mobilisation ne se dément pas, bien au contraire. Près de 300 personnes ont fait le déplacement à la Mairie du 15ème le 9 décembre 2010 pour la réunion spéciale du Conseil d’arrondissement que les associations ont réussi à obtenir. Le Parisien en a même compté précisément 160. La principale responsable, côté mairie de Paris, Anne Hidalgo, a « séché » la séance.

Avec des années de retard, qui ont confirmé tous les doutes sur la viabilité du projet officiellement annoncé d’immense centre commercial, l’opération est entrée dans une nouvelle phase depuis 2009 et surtout 2010.

Les riverains subissent toutes les nuisances du plus important chantier en cours à Paris, qui plus est en zone inondable, pour un projet qu’ils n’ont pas souhaité et qui ne leur apportera rien de positif. Il est impensable que le promoteur Gecina et la municipalité de Paris qui lui a laissé les terrains et toutes les autorisations ne fassent rien pour réduire les nuisances et ne pensent même pas à les dédommager. Il s’agit d’une opération de plusieurs centaines de millions d’euros conduite par une société dont le patrimoine s’élève à 11,4 milliards d’euros. Une pétition circule, nous la soutenons et la relayons.

La suppression des équipements publics révoltent les habitants, alors même que la fréquentation du site est censée être décuplée. Seule leur lutte a permis de retrouvé un bureau de Poste (mais trop petit et sans receveur).

Le centre de santé conventionné, ouvert à tous (tiers payant, CMU), a été rasé. La Ville n’y voit toujours rien à redire. Les promoteurs sont prêts à installer un nouveau centre ailleurs dans le quartier, mais un centre lucratif, à honoraires libres ! La filiale de santé de Gecina, Gecimed, pèse déjà 700 millions d’euros. Le combat continue et rejoint une priorité pour tout Paris.

Le commissariat de police n’a toujours pas été rétabli depuis mars 2007. La vidéosurveillance, coûteuse et inefficace (ce sera aussi une de nos luttes d’ensemble à Paris cette année), 180 caméras à Beaugrenelle, co-décidée par la droite et le PS (la préfecture de police et la municipalité) ne saurait le remplacer. Pour rassurer, le commissaire principal du 15ème a repris une vieille promesse de la Préfecture de réouverture, mais maintenant, ce serait pour début 2012 au lieu de la mi-2011, toujours sans fonctionnement après 19h00… On y croira quand on l’aura vu. Qui plus est, ce serait la collectivité qui paierait pour les locaux et non le promoteur.

Sur les conséquences sociales et économiques de l’implantation du centre, promoteurs et Ville de Paris gonflent encore un peu plus les chiffres d’arrivée d’emplois en 2014 (on est passé de 800 à 1200) en ignorant les 700 emplois détruits et délocalisés depuis 7 ans et tous les emplois qui disparaîtront dans les autres commerces du 15ème. Comme les associations le dénonçaient, les équilibres du quartier commencent à être bouleversés, notamment rue Saint-Charles. La lutte que nous avons alimentée de notre côté a permis de préserver la propriété publique des emprises foncières des ensembles de HLM. Mais la vigilance s’impose.

 

La bataille contre la politique qui fait le jeu de la spéculation, dans le cadre de la concurrence des capitales européennes de la finance, est une bataille d’ensemble.

triangleLe 15ème, par sa localisation est durement frappé, avec l’avancée aussi du projet d’immense tour Triangle à la Porte de Versailles auquel nous continuerons à nous opposer à 2011. Ici, c’est le promoteur Unibail qui sévit, celui qui est gavé par le projet choisi de restructuration des Halles.

 

La question de la défense des centres de santé ne se pose pas qu’à Beaugrenelle. La fermeture du centre de santé de Balard, avenue de la Porte d’Issy, est annoncée avant la fin de l’année dans le cadre du projet immobilier du « Pentagone ». Les salariés et les patients ont rassemblé des milliers de signatures. Ce centre doit être maintenu ou réimplanté sans interruption de fonctionnement.

 

Avec le projet de « Pentagone », le 15ème va être le lieu d’un des plus grands scandales immobiliers de l’ère Sarkozy.

 110106_pentagone.jpgLa démolition des bâtiments a déjà commencé (dont celle du bassin des carènes historique). En 2011, le gouvernement va choisir la firme privée de BTP qui va bénéficier du « partenariat public privé », en or pour elle. Le patrimoine du ministère de la défense dans tout Paris (comme le superbe Hôtel de la Marine, place de la Concorde) est en train d’être bradé à des fonds de pension et autres prédateurs. Les investissements des dernières années auront été financés à perte. A Balard, le ministère de la défense sera locataire pendant 30 ans d’un groupe privé qui assurera aussi la maintenance des locaux. Celui de Bouygues, Vinci ou Eiffage qui se verra attribuer la construction récupérera plusieurs fois sa mise, entre 600 millions et 2 milliards d’euros, aux frais de l’Etat. Comme si le ministère de la défense avait vocation à être aussi privatisé. Même la Cour des comptes s’est émue de ce gâchis des deniers publics. En 2011, nous serons au premier rang pour dénoncer cette opération, aux conséquences nationales, encore bien plus grave que le scandale de la vente et du rachat par l’Etat, quatre fois le prix, de l’Imprimerie nationale que nous avions été malheureusement les seuls à dénoncer dès le départ.

 

En 2011, nous devrons aussi relancer la bataille pour la sauvegarde du Patronage laïque du 15ème.

090723_PL15.gif10 ans après, la « gauche », que nous avions entraîné en 2001 à défendre le Patronage, reprend le projet de la droite. Le projet de démolition a déjà été voté. Qu’on ne s’y trompe pas, la reconstruction d’un « patronage laïque du 21ème siècle », agrémenté de peur de notre lutte, de quelques logements pour travailleurs, signifie la fin du Patronage actuel, du bâtiment historique et l’éviction de l’association, qui l’a construit en 1907 et qui fait de ce lieu un espace unique de liberté dans le 15ème au service de la vie culturelle, sociale et démocratique. La logique est la même que celle qui a conduit la municipalité de Paris à permettre un projet de centre de conférence de luxe à la place des salles de réunion accessibles de la Mutualité. La droite du 15ème enrage de ne pas mettre elle-même la main du le Patronage. Evidemment, nous ne nous faisons pas d’illusion sur sa prétendue opposition. Pour la défense du Patronage, pour le maintien des activités de l’association, 2011 sera une année décisive.

 

Sur le logement, les services publics, l’école, les crêches, l’emploi, nos luttes locales dans le 15ème s’inscrivent dans nos luttes générales.

 

Il y aura beaucoup à faire pour les communistes en 2011 dans les quartiers du 15ème !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article