France-Télécom - Souffrance au travail: "En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte" (Didier Lombard, alors pdg) - La machine à broyer

8 Mai 2013 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #France Télécom

"En 2007, je ferai les départs d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte" (Didier Lombard, alors PDG de France-Télécom, extrait d'un document interne de 2006, révélé par la presse).

En 2006, le processus est déjà bien engagé par les prédécesseurs de Lombard, selon une méthode de "gestion du personnel" par la souffrance, connue, dénoncée et combattue.

Nous vous renvoyons ci-dessous à notre dossier et à nos interventions sur la question.

 

 

Souffrance au travail à France Telecom : toujours la machine à broyer le service public

 

Faire très attention lorsqu'on évoque les suicides "professionnels"

 

Dans les années 2003/2004, avec Marie-Claude Beaudeau, alors sénatrice communiste du Val d’Oise, nous avons été amenés à étudier le développement de la souffrance au travail à France Telecom et ses causes. Ce travail a conduit notamment à la plusieurs actions, et à la publication du livre de Dominique Decèze, « France Telecom, la machine à broyer », conçu comme témoignage et comme outil politique.

Nous sommes en effet arrivés à la conclusion que les méthodes de « gestion des ressources humaines » utilisées à France-Télécom, souvent aberrantes au premier regard quels que soient les critères d’efficacité envisageables, visaient avant tout à casser irrémédiablement le service public, sa culture et les personnels qui la portent, notamment vu la proportion, toujours majoritaire aujourd’hui, de fonctionnaires parmi eux.

Nous vous renvoyons vers plusieurs de nos tracts qui le décrivent et sont toujours d’actualité.

2004. Conditions de travail et privatisation: le personnel relève la tête!

France-Télécom: Résister à la privatisation, à la casse du service public et à l’écrasement des femmes et des hommes qui le font vivre

Lutter contre la souffrance au travail à France-Télécom, c’est toujours lutter contre le processus de privatisation, France-Télécom étant des grands services publics, l’un des premiers à avoir été attaqué, notamment à cause de la rapidité des changements technologiques.

 

Un point très important par rapport à la médiatisation, à nouveau, ces jours-ci des cas de suicides. Le suicide est à la fois un drame et un acte totalement contreproductif.

Rien n’est plus faux et irresponsable que de laisser courir l’idée que les suicides seraient des signaux d’alerte qui permettraient d’accélérer la recherche d’une solution. C’est le contraire.

Un suicide a toujours plusieurs origines, même quand une cause professionnelle est évidente. C’est un acte désespéré de renoncement, aussi à la lutte. Même s’il fait parler, il n’aide pas à la riposte collective mais contribue à aggraver le climat de fatalisme et de résignation.

Syndicalistes de terrain, médecins du travail, le savent et savent combien il est délicat d’accompagner le deuil des familles et des collègues tout en poursuivant et amplifiant l’action collective.

 

Aucun politicien responsable, même croyant bien faire, ne saurait utiliser les cas de suicides.

Seul le développement de la lutte dans et hors de l’entreprise, en pointant le processus de privatisation dans tous ses caractères, permet de contrecarrer la « machine à broyer ».

 

EDT pour section PCF Paris 15

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ZApata 25/05/2013 20:41


Je travaille à France Telecom, et le PS dans les télécoms avec ses ministres de tutelle tous plus ultralibéraux les uns que les autres, Pellerin, Montebourg, Moscovici, Duflot, Hamon, poussent à
la privatisation complète de France Telecom et sa casse en règle avec changement de nom en Orange, envue d'un démentellement et vente au profit des amis financiers du PS, Iliad, qui possède le
Monde, Vivendi et Bouygues qui ont de tout temps arrosé le PS.


La CGT PTT qui était réputé pour être en opposition à la ligne réformatrice de Thibault, est rentré dans le rang de CES pour être pour la concurrence libre et non faussée.


Une évolution d'espoir : La chine qui pour moi reste communiste parceque l'économie reste pilotée par l'Etat et le PCC, est devenu le premier pays pour les telecoms et l'internet et a doublé et
de loin les USA et l'Europe, grâce à une politique industrielle trés forte et une planification à long terme (rien à voir avec le conducteur de pédalo, qui avance gâce à montebourg qui souffle
sur sa marinière!