Gestion des ressources humaines ou harcèlement à la RATP – Croix-Nivert ?

11 Décembre 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #RATP

Gestion des ressources humaines ou harcèlement à la RATP – Croix-Nivert ?

 

Un ouvrier de la RATP Croix-Nivert a été retrouvé dans une pièce du dépôt lundi 7 décembre 2009 les veines entaillées. Il va bien maintenant malgré le choc psychologique.

 

Mais partons du contexte dans l’entreprise.

 

depot---Cx-Niv.jpgDans les ateliers d’entretien des bus de la RATP (division MRB, pour Maintenance-Réseau-Bus), la privatisation rampante se traduit par l’externalisation de toujours plus d’activités professionnelles (ex : abandon des forges) et par la recherche de « gains de productivité » aux dépens, comme partout, de l’emploi, des conditions de travail et de la qualité du travail. L’augmentation du nombre de pannes en est un signe.

La direction de la RATP cherche à dégager des foyers de profit pour préparer la privatisation, acheter d’autres réseaux en province ou à l’étranger, etc.

Maintenant, depuis août 2009, ça s’appelle le projet « de modernisation des activités de maintenance en centre bus ».

 

Cette politique a un coût humain. Il est lourd pour la santé comme pour la vie des ouvriers : augmentation de la charge de travail, multiplication des horaires atypiques, baisse des rémunérations réelles… Depuis le 1er janvier 2009, les agents sont embauchés sous un statut dégradé qui ne prend plus en compte la pénibilité pour les retraites.

 

La gestion du personnel, pardon des « ressources humaines », relaie cette politique dans les dépôts. La pression augmente dans l’organisation du travail collectivement et individuellement.

 

L’ouvrier de Croix-Nivert a 54 ans. Il est à deux ans de sa retraite normale. Il travaille depuis des décennies au dépôt où sa personnalité est connue de tous, y compris dans ses traits que certains qualifient de « pittoresques ». Il est apprécié de ses collègues.

 

Depuis plusieurs mois, la direction tente de le révoquer, de le contraindre à un départ anticipé, pour un motif, non professionnel, contesté par l’organisation syndicale et ses collègues.

Cette situation, vécue comme une terrible injustice, est très vraisemblablement en lien avec son acte.

 

On peut se poser des questions. Son éviction signifierait-il la suppression d’un emploi au dépôt? Que gagne la direction de la RATP à remplacer un ouvrier sous l’ancien statut par un ouvrier sous le nouveau statut ? Que gagne la nouvelle caisse de retraite à ce type de départ anticipé ?

 

Ce que perdrait l’ouvrier de Croix-Nivert, dont les revenus seraient fortement amputés !

 

Précisons qu’il est marié et a quatre enfants qui ont entre 4 ans et 15 ans.

L’organisation syndicale CGT se mobilise pour son maintien à son poste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article