Hausse de la taxe de balayage à Paris : injuste et inefficace !

23 Octobre 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PARIS

Hausse de la taxe de balayage à Paris : injuste et inefficace !

 

Pcf Paris 15, 21 octobre 2011

 

La municipalité de Paris a voté le 27 septembre 2011 un nouveau mode de calcul de la taxe de balayage. En fait, il s’agit d’aligner les différents tarifs actuels, définis suivant une qualification des rues, sur le montant maximal existant.

 

Pour une grande majorité des Parisiens, cela veut dire la hausse d’un impôt particulièrement injuste. En moyenne, chaque foyer paiera 26 euros de plus par an, la somme pouvant atteindre 45 à 50 euros. Au total, 30 millions d’euros de rentrées supplémentaires sont attendus par la Ville.

 

Nous constatons que M. Delanoë ne respecte pas son engagement de ne plus augmenter les impôts locaux après le coup de bambou des deux dernières années. Il ne peut ignorer le niveau des loyers, des charges, la cherté de la vie à Paris, ville où les promoteurs immobiliers réalisent des profits impressionnants.

 

L’augmentation de la taxe de balayage est prétextée par les besoins du service public de la propreté. N’imaginons pas que cet impôt corresponde réellement au budget de la propreté (200 millions d’euros) et que son augmentation répondra aux besoins.

 

111022_eboueurs.jpgLa propreté des trottoirs et des rues est une préoccupation exprimée largement par les habitants et les salariés parisiens. Elle laisse clairement à désirer, ce qui ressort de tous les conseils de quartier.

 

Cette situation provient largement d’un déficit des budgets d’investissement et de fonctionnement décidés par la municipalité de Paris. Il manque au moins 500 agents, avec une disparité selon les arrondissements (le 15ème particulièrement pénalisé). Les engins, les bennes ne sont pas renouvelés. Les pannes se multiplient. Les services de maintenance ne peuvent plus faire face. Etc. 

 

Le plus inacceptable, c’est que la municipalité de « gauche » joue de la dégradation qu’elle organise elle-même du service public pour livrer au privé, « externaliser », des pans entiers de l’activité, comme le ramassage des ordures dans 3 arrondissements supplémentaires en 2008.  

 

Nous payons plus cher, pour les profits des firmes privés, pour un service dégradé vu les conditions de travail indignes que subissent leurs salariés. Le 6 juillet 2011, une grève des éboueurs du 15ème du groupe Pizzorno, un des bénéficiaires des contrats de la mairie, a laissé entrevoir cette réalité.

 

La politique « libérale » de la municipalité de M. Delanoë conduit à un gâchis complet, social et économique.

 

Des syndicats conséquents de la Ville (dont la CGT nettoiement), des associations conséquentes de locataires et de consommateurs (dont la CNL), interviennent contre la hausse de la taxe de balayage et pour une autre politique de propreté.

 

Pour notre part, communistes du 15ème, nous dénonçons la politique municipale actuelle. Les habitants et contribuables, soucieux de la propreté de Paris, doivent avoir tous les éléments d’information.

 

Nous demandons :

-          L’annulation de la hausse de la taxe de balayage. A terme, sa suppression pure et simple.

-          Un prélèvement au niveau équivalent sur les droits de mutation (ventes immobilières) avec un prélèvement spécial sur les groupes immobiliers qui tels Gecina à Beaugrenelle, Unibail aux Halles et à la Porte de Versailles profitent de la politique de la Ville pour des opérations extrêmement juteuses.

-          Le renforcement du service public avec l’embauche immédiate de 500 agents et un plan de renouvellement du matériel.

-          La remunicipalisation effective de l’ensemble des activités de la propreté et du nettoiement.

 

Assez d’effets d’optique sur la remunicipalisation en trompe-l’œil de l’eau à Paris ! Une vraie politique publique d’intérêt parisien pour la propreté !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article