Hôpital Pompidou: mobilisation contre la suppression des 100 emplois de la filière hôtelière

30 Mars 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie

La bataille contre le plan de « restructuration » de l’AP-HP  s’étend et gagne en détermination.

 

Officiellement, le plan de regroupement des 37 hôpitaux en 12 groupes hospitaliers, avec suppression notamment de 4000 emplois d’ici 2012, est « suspendu » à la suite de la manifestation du 12 mars et l’occupation du siège par des agents.

Personne, en premier lieu, les organisations syndicales de l’AP-HP, ne se fait d’illusion sur l’objectif de la direction, qui essaie de les impliquer dans le projet avec des négociations faussées. Mais c’est aussi le signe que le pouvoir doit tenir compte de la mobilisation des personnels.

 

Elle progresse partout. Dans plusieurs hôpitaux, l’action des agents, à l’initiative de leurs organisations syndicales, passe à un autre niveau.

Le 18 mars, plusieurs centaines d’agents de Charles Foix ont interrompu la commission de surveillance de l’hôpital pour exprimer leur refus de l’absorption (disparition) de l’hôpital par celui de la Pitié-Salpétrière. A René Muret (Sevran), les personnels sont en grève depuis le 22 mars. Le 24 mars, les agents de Cochin, ont (également) retenu un membre de la direction. Le 26 mars, devant le siège, plus de 1000 agents se sont rassemblés.

 

Pendant les « négociations », en effet, la casse continue ! Au Comité technique d’établissement de Cochin, l’ordre du jour restait la restructuration et la suppression de 600 emplois. C’est pareil partout.

La réunion du Conseil d’administration du 27 mars (un samedi !) a dû acter que 597 emplois équivalents temps plein, avaient déjà été supprimés en 2009.

 

HEGP: mobilisation contre la suppression des 100 emplois de la filière hôtelière

 

Ce 30 mars, à l’HEGP, a lieu une manifestation au sein de l’hôpital contre la suppression programmée des 100 emplois de la filière hospitalière (à 14 heures pendant la réunion de la Commission de surveillance). Comme le rappelle le communiqué des syndicats CGT et SUD, les personnels « hôteliers » sont des soignants qualifiés en lien direct avec les patients. Leur travail contribue à la lutte contre les maladies nosocomiales. Le but de la direction est de donner au privé leur activité de « bio-nettoyage » tout en augmentant, encore, la charge de travail des aides-soignants et infirmières. Les agents hôteliers, titulaires ou CDD, sont en action depuis 15 jours. Ils reçoivent un soutien croissant des autres catégories.

 

Les forces existent pour mettre en échec le plan de démantèlement de l’AP-HP, pour mettre en échec l’application de la Loi Bachelot.

Les convergences d’intérêt avec les salariés mobilisés notamment contre la casse des emplois publics à l’éduction ou pour les retraites, sont évidentes. Elles peuvent aboutir aux convergences de luttes décisives.

Le 23 mars, 800.000 salariés et retraités ont manifesté lors de la journée d’action interprofessionnelle.

Le 21 mars, aux élections régionales, le parti au pouvoir n’a même pas obtenu le soutien d’un électeur sur 6 !

 

Notre tract de mars sur l’hôpital : Hôpital, AP-HP: l'heure de la riposte

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article