La cité des 4 Frères Peignot au Conseil de Paris – 10 mai 2010

11 Mai 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

La cité des 4 Frères Peignot au Conseil de Paris – 10 mai 2010

 

Récemment, à nouveau, nous nous faisions l’écho des inquiétudes, que nous partageons, pour l’avenir de l’ensemble HLM des 4 Frères Peignot, 613 logements situés dans le secteur sensible, hautement spéculatif, du Front de Seine.

 

Le 10 mai 2010, le Conseil de Paris a abordé la situation de la « Cité des 4 » en adoptant une délibération pour le financement d’un programme de réhabilitation des logements. La discussion a eu rapport avec certains de nos sujets de préoccupation mais la vigilance va encore être de mise.

 

D’abord, le programme de réhabilitation des logements (intérieurs) s’annonce lourd : 5.690.000 euros, soit près de 10.000 euros par logement. Jean-Yves Mano, adjoint au maire, le justifie par la mauvaise qualité de la réhabilitation des années 86/89, les travaux successifs de 2000 et 2009 n’ayant pas concerné les logements eux-mêmes.

Paris-Habitat et la Ville s’engagent à ce qu’il n’y ait pas d’augmentation de loyer à la suite de ces travaux qualifiés « d’amélioration » et non de « mise aux normes ». Nous prenons note et nous saurons le rappeler.

 

Une de nos inquiétudes porte aussi sur le nombre, anormalement, élevé de logements vacants.

Une élue de droite (G. Poirault-Gauvin) les chiffre à 25. Des riverains en ont dénombré beaucoup plus. Elle s’élève contre la durée excessive des procédures d’attribution. On ne peut qu’être d’accord.

On croit saisir du débat que les logements sont laissés vacants pour permettre le relogement sur place des personnes déplacées, à tour de rôle, le temps des travaux. Ceci dit, cela dure depuis des mois et les travaux ne vont pas commencer avant des mois, sinon plus.

Les rumeurs de transformation de certains appartements en duplex semblent donc démenties, également par le maintien annoncé du nombre de logements.  Là aussi, nous ferons attention.

 

Nos craintes d’une modification de la population de la cité, dont certains habitants ont déjà été contactés pour laisser la place, ne sont ni démenties, ni attestées. On notera seulement que la Ville de Paris disposera en direct (hors Paris-Habitat) de 20% des attributions pendant 20 ans, en contrepartie de sa garantie financière.

 

Le débat en Conseil de Paris a également abordé la question de la sécurité dans la « rue des 4 ». L’adjoint minimise les problèmes actuels, pourtant réels. L’UMP voit dans la vidéosurveillance, idée déjà reprise par la municipalité de Delanoë, la solution imparable. Toutes les expériences montrent au contraire qu’elle s’avère très coûteuse pour le contribuable, très profitable pour quelques sociétés privées et qu’elle ne fait que déplacer la délinquance éventuelle de quelques dizaines de mètres. 

 

Enfin, il y a eu aussi un échange sur la situation des commerces. La perspective de l’implantation à proximité de la Cité de l’immense nouveau Centre commercial Beaugrenelle, opération spéculative que nous ne cessons de combattre, a déjà causé une désertification commerciale, un « mitage » dans la rue. Il y aura bientôt plus de lieux de cultes (« église » évangéliste dans la rue et lieu de prière musulman mis à disposition par Paris-Habitat dans les anciens bains-douches) que de commerces du quotidien. L’adjoint au maire promet que Paris habitat va y réfléchir…

 

Comme toujours, seule la vigilance permanente permettra de garantir l’intérêt des habitants, du quartier et du logement social. Ils savent qu’ils peuvent compter, depuis des décennies, sur l’action des communistes. Que la municipalité de « gauche » cesse  de prendre nos interventions pour des attaques, elles visent à ce que sa politique soit de gauche.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Rachid 24/05/2010 19:42



Les promesses de Paris Habitat ne valent que dans les oreilles de celles qui les écoutent... Il y a quelques mois, Paris Habitat a racheté mon immeuble. Depuis, il met des cas sociaux dans chaque
appartement qui se libère. Ils s'étaient engagés à préserver le calme et rénover l'immeuble. Les travaux n'ont toujours pas été planifiés et c'est de plus en plus le bordel chaque jour. Alors ces
promesses?