La folie des hauteurs reprend à la Porte de Versailles.

20 Août 2013 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

La folie des hauteurs reprend à la Porte de Versailles.

 

130820_Tour_Triangle.jpgRalenti par la crise en 2009/2010, le projet du promoteur Unibail de construction d’une tour de 180 mètres, la « Tour Triangle », dominant le Parc des expositions avance à nouveau. Le Conseil de Paris a voté le 8 juillet la procédure de révision simplifiée du Plan local urbain (PLU).

Nous n’avons aucune opposition de principe aux tours dans la mesure où elles pourraient améliorer notamment la situation du logement. Mais nous combattons ce projet, nuisible aux riverains, aux salariés et aux contribuables parisiens, destiné avant tout à alimenter la grande spéculation immobilière.

Anne Hidalgo a décidé de faire de la perspective de construction de tours à Paris un axe de sa campagne électorale. A la Porte de Versailles, ses arguments avancés sont encore moins recevables qu’en 2009.

Hidalgo vante un « geste architectural » qui améliore l’image de modernité et l’attractivité de Paris. Pour notre part, nous refusons cette concurrence internationale des capitales pour séduire des multinationales et devenir les villes les plus chères du monde.

Sur le plan architectural, nous sommes heureux de voir reconnu, enfin, que la « Tour triangle » ne sera pas transparente et aura bien une ombre (et oui! on nous avait expliqué qu’avec sa forme, le géant édifice n’en aurait presque pas).

L’argument « de gauche » de la municipalité, c’est l’emploi. L’ouverture de 88.400 m2 de bureaux nouveaux créerait 5.000 emplois. Fumisterie et cynisme ! Il y a plus de 1,5 millions de m2 de bureaux vides à Paris. A compter comme Hidalgo, cela ferait 100.000 emplois vacants !

L’argument primitif de la complémentarité avec le Parc des expositions est aussi complètement tombé. Au contraire, une partie importante du Hall 1 pourra être détruite et la tour ne comprendra quasiment que des bureaux « pour des entreprises performantes d’envergure internationale » et non des équipements complémentaires. Viparis est d’ailleurs de plus en plus tenté de délocaliser les salons sur ses autres sites (Le Bourget).

Par rapport aux annonces de 2009, l’espace public est encore réduit de moitié, à 2% de l’ensemble : un jardinet-fumoir, des commerces, un cabinet médical et une garderie… insuffisants même pour les 5.000 salariés éventuels. On ne peut que s’étonner que les élus PCF-FdG se soient satisfaits de cela pour apporter l’appoint de voix nécessaire et pallier la défection des Verts. L’engorgement des services publics et notamment des transports est inévitable.

Au même Conseil de Paris, plus discrètement, Unibail et Viparis ont obtenu, dans des conditions très avantageuses, le renouvellement pour 50 ans de la concession du Parc des expositions. Le concurrent dans l’appel d’offres, GL Events (qui a pris le contrôle du Palais de la Mutualité), s’est contenté de faire de la figuration.  

Unibail-Viparis, comme Gecina à Beaugrenelle, gagne à tous les coups depuis 10 ans à Paris. Il jugera seul, d’ici 2016, s’il a suffisamment de profit à faire avec la Tour triangle.    

 Nous avons toutes les raisons de continuer à dénoncer ce projet asservi à la finance immobilière. Il est loin d’être fatal.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article