La Jet Set de l’immobilier se donnait rendez-vous à Beaugrenelle : Anne Hidalgo plus que jamais dans le camp de l’argent !

6 Février 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #BEAUGRENELLE

La Jet Set de l’immobilier se donnait rendez-vous à Beaugrenelle : Anne Hidalgo plus que jamais dans le camp de l’argent !

 

On se serait cru à l’entrée d’un club privé  select un vendredi soir.

 

Une dizaine de jeunes travailleurs précaires avaient été revêtus d’un uniforme de voiturier, complétant les escadres de grooms à l’intérieur. Les traiteurs s’affairaient à l’arrière. Une solide équipe de videurs gardait l’enceinte, cernée de palissades de 3 mètres de haut dans laquelle les promoteurs avaient installé un immense barnum.

Les services de sécurité de la Ville de Paris et une quinzaine de policiers avaient été réquisitionnés pour compléter le dispositif destiné à contenir la population. Au nom de quoi ? Puisqu’il s’agissait d’une fête privée !

 

Normalement, la « pose d’une première pierre », qui plus est pour un si gros chantier, fait l’objet d’une manifestation largement ouverte à la population. Les élus serrent des mains, se paient un petit bain de foule.

Ce 4 février 2011, la bonne centaine de riverains en colère a vécu un tout autre événement. Avec eux, nous avons été physiquement écartés, nos revendications encore davantage.

 

Il faut dire que « poser une première pierre » sur un chantier où l’on n’a pas fini de démolir et de creuser, cela demande un petit trucage visuel et de la discrétion!

Il faut dire surtout que cette cérémonie n’était rien d’autre qu’une opération de marketing du promoteur Gecina à l’attention de la jet set de l’immobilier, des « investisseurs » commerciaux , de quelques « personnalités » du monde de la finance.

Pensez-vous ! Une opération de 600 millions d’euros qui a pris 5 à 6 années de retard à cause de « problèmes techniques » (financiers ! pardi), cela demande bien de tranquilliser un peu les investisseurs !

 

Anne Hidalgo a essayé de se faufilé discrètement jusqu’à la porte étroite, en évitant tout contact avec la population. Mauvaise conscience ou peur du débat ? Mépris total en tout cas comme depuis le début en 2003 !

 

Tous les slogans des riverains en colère ne pouvaient qu’embarrasser une municipalité qui se prétend de « gauche ». « Les spéculateurs invités, les habitants évités, écrasés ! ». « Hidalgo au service du profit ! ». « Où sont nos équipements publics, notre centre de santé ? ». « 600 millions pour l’opération, rien pour nous dédommager ! ». « Assez de mépris ! ». « Halte à la spéculation ».

 

La droite, la municipalité du 15ème, qui ne sont pas aux manettes dans ce dossier, ont été avisés de boycotter la dégustation de petits fours. Avec le PCF Paris 15, quelques écologistes étaient présents.

 

On retiendra de cette journée un symbole. Deux camps étaient matérialisés : celui de la population et celui de l’argent. Les élus de la municipalité de Paris ont choisi le second.

 

La lutte continue comme Marie-Claude Beaudeau, présidente du Comité de défense de Beaugrenelle – Front de Seine – Charles Michels, l’a expliqué en détaillant chaque aspect.

 

Devant tant de mépris, « on ne peut pas se laisser faire » pensent beaucoup de riverains. « C’est une question de dignité ».

 

Le PCF Paris 15 continuera à les soutenir, à porter le débat au niveau parisien, parce que pour nous la « gauche », cela ne peut pas être qu’une étiquette.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article