La RATP aide à marchandiser l'électricité et à privatiser EDF: ne laissons pas faire!

23 Décembre 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Service public en général

La RATP veut choisir des fournisseurs privés contre EDF : quand les directions des entreprises publiques s’entraident pour marchandiser et privatiser

 

101223_rails_metro-.jpg

La direction de la RATP a annoncé le 17 décembre 2010 qu’elle n’achètera plus son électricité à EDF dès le 1er janvier 2011. Elle se fournira pour 90% auprès du groupe autrichien Verbund et du groupe allemand E.ON. Le montant de ces contrats précipités mais considérables (le métro !), n’a même pas été dévoilé.

 

Cette décision, prise dans le dos du pays, par une direction nommée par le pouvoir, s’inscrit dans la politique visant à forcer l’intrusion de la concurrence et à détruire le monopole public et le service public nationalisé d’EDF.

 

Elle correspond pleinement dans l’esprit et le contenu avec la loi NOME, « Nouvelle organisation du marché de l’électricité », que le Parlement vient d’adopter définitivement.

 

Cette loi NOME prévoit que 25% de l’électricité d’origine nucléaire produite par EDF (à relativement bas coût) sera livrée aux groupes privés, à un prix légèrement supérieur au prix coûtant, pour qu’ils en situation de la revendre sur le marché, aux cours bien plus élevés du marché dérégulé.

Les futurs fournisseurs de la RATP seront parmi les premiers bénéficiaires.

 

La firme Verbund est le principal actionnaire de l’entreprise privée française Poweo dont elle vient de récupérer les quelques capacités de production. Jusqu’à présent, Poweo n’a été qu’un acteur assez insignifiant, ayant principalement un rôle de propagande politique. Demain, Poweo et les activités françaises de Verbund vont pouvoir se développer considérablement avec la loi NOME et le concours de la RATP.

 

E.ON pourra s’étendre sur le marché français de la même façon. Mais le trust allemand bénéficie déjà d’une solide tête de pont en France avec les accords conclus avec EDF au début 2010 qui lui confère d’importants « droits de tirage » sur le nucléaire français.

 

Du côté de la direction d’EDF en effet, la stratégie de marchandisation, de privatisation et de casse du service public est bien la même. La perspective est de transformer progressivement l’entreprise publique en multinationale privée.

L’accord avec E.ON développe les activités d’EDF en Allemagne où elle jouera le même rôle néfaste qu’E.ON en France.

La loi NOME va s’accompagner d’une très forte hausse des tarifs sur le dos des usagers professionnels et domestiques français dont la direction d’EDF va profiter pour financer ses investissements financiers à l’étranger.

Cette logique lucrative menace aussi l’avenir de la production en France, la capacité à répondre aux besoins, la sûreté des installations…

 

Les monopoles publics et les entreprises nationalisées, conquis, édifiés depuis la Libération, ont fait la preuve de leur efficacité économique au profit de tous. Ils conservent une cohérence, un ancrage considérables dans le pays, technologiques, politiques, sociaux, culturels.

 

Le processus de démantèlement mis en œuvre par les gouvernements successifs depuis des années se heurte à cette réalité. Les coups fourrés de ces dernières semaines en sont encore le signe. 

 

Aujourd’hui, plus que jamais, l’heure est à la résistance et à la reconquête. Unemobilisation considérable est possible sur la base de l’intérêt immédiat des usagers, du refus de l’augmentation des tarifs, de l’expérience des privatisations passées.

Il n’y a aucune raison d’accepter la fatalité de l’application directives européennes de marchandisation auxquelles se plie la grande partie de la gauche.

 

Plus que jamais, exigeons

-         le rétablissement du monopole public d’EDF sur la production, le transport et la distribution d’électricité,

-         l’abrogation de la loi NOME,

-         la renationalisation intégrale d’EDF et de GDF, la fusion des deux opérateurs publics historiques,

-         des coopérations entre services publics nationaux d’Europe et d’ailleurs.

 

Les salariés de la RATP subissent de plein fouet la dégradation de leurs conditions de travail et d’exécution du service public suivant la même logique de concurrence et de privatisation qu’à EDF. Avec les électriciens (et les gaziers), des mobilisations convergentes peuvent et doivent se construire.

RATP, EDF : solidaires contre la privatisation ! Ne laissons pas nos entreprises publiques être dévoyées pour privatiser d’autres entreprises publiques !

 

La RATP doit continuer à se fournir exclusivement chez EDF.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cotty jean-Louis 23/12/2010 23:49



Verbund et E.ON multinationales apatrides sont prêtes à dépecer le secteur public d'EDF avec le concours de la RATP, cela est le résultat depuis des années des différents gouvernements de droite
comme de gauche avec l'aval des communistes, sous la présidence Jospin avec des ministres communistes aux ordres du capitalisme, ou du moins complices.Le résultat un dépeçage sans précédent des
acquis obtenus par une lutte opiniâtre de la classe ouvrière et de ses alliés, et un parti communiste fort et influent. L'explosion du camp socialiste a précipité la débacle, de grands partis
communistes européens se sont sabordés. Et le résultat ne s'est pas fait attendre, les mêmes qui préféraient "Hitles au front populaire" les héritiers du CNPF, avec le Medef sont dans la même
lignée et préfèrent asservir les peuples européens et les traiter en esclaves. Hélas si les potentialités de résistances sont incommensurables, la machine de guerre est en place des
exploiteurs et ne fera aucun quartier. Les lois constitutionnelles sont bafouées. Le dernier exemple est la manifestation policière devant le tribunal de bobigny.Cela alors que leurs fonctions
les obligent à un devoir de réserve! de plus leur ministre se mets hors la loi en passant par dessus la chose jugée. Dans le même temps on expulse les roms, les sans papiers tous les jours, les
détentions arbitraires se multiplient, la menace devient réelle de crimininaliser les syndicalistes et opposants politiques, les grévistes, les enseignant-es, les laisser pour compte se compte
par millions. Les camps de rétention se multiplient, rappelant de sinistres souvenirs des réfugié-es républicains espagnols. La guerre en Afganistan continue de plus belle tuant des victimes
innocentes par milliers. Le peuple Palestinien est dans un vaste camp de détention à ciel ouvert dans des conditions de vie effroyable, le peuple haitien après trois cents mille morts ou
disparu-es dus au séisme est atteint par le choléra dans la plus grande indifférence générale! en France des milliers de personnes meurent dans la rue ou chez elles dans la plus grande des
solitudes exemple de la meurtrière canicule en plein Paris. Le prix du mètre carré atteint des sommes que les travailleurs-euses sont dans l'impossibilité de se loger ce qui les repoussent
toujours plus loin du centre de l'agglomération Parisienne. Les traders jouent au monopoly avec l'argent des contribuables. Mr Kerviel doit la modique somme de quatre milliards neuf cent millions
d'euros à sa banque. Les transports aériens ferroviaires, et routiers sont paralysés pour chute de neige. Notre pays va vers le chaos. Les salarié-es de carrefour sont astreints dans certains
magasins à travailler à deux heures du matin, sacrifiant leurs vies de famille pour les actionnaires qui en veulent toujours plus, les caisses de l'Etat sont vides, mais on trouve des milliards
d'euros pour les banques! et la spirale infernale continue, on fait payer aux peuples la note.....Le chomage est massif dans notre pays, beaucoup sont rayé-es des listes pour des motifs futiles!!
Les universités sont sous la coupe du patronat du moins c'est l'objectif de ce gouvernement  d'affairistes corrompus. La liste interminable s'allonge chaque jour. Alors faut-il attendre que
manifester soit un délit, le droit de grève interdit. L'expression démocratique baillonnée!La pensée unique fait des ravages, le conditionnemnt des cerveaux est à l'oeuvre,les pauvres sont des
voleurs selon certains, La violence raciste fait des ravages, et la fascisation des masses populaires est en cours.Il est important de se remémorer que les victoires ouvrières conquises de haute
lutte ont pu être réalisées avec un syndicat unifié des salarié-es et un parti communiste français puissant..Alors j'en appelle à La résistance contre ce système qui entraine des souffrances
inouies aux peuples. Jean-Louis