La section du PCF Paris 15 : fraternité de 17 à 97 ans !

16 Mars 2015 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PCF 15ème

La section du PCF Paris 15 : fraternité de 17 à 97 ans !

150316_Rabitchov.jpgLe 25 février dernier, dix camarades du PCF Paris 15ème, dont de jeunes syndicalistes cheminots et de jeunes militants des quartiers, sont allés remettre sa carte du Parti 2015 à notre camarade Madeleine Rabitchov dans la maison de retraite médicalisée Marcel Paul fondée par la fédération des déportés (FNDIRP) où elle réside maintenant.

Ils ont partagé leurs expériences. Ils ont écouté celle de Madeleine marquée à jamais par l’engagement communiste, l’action dans la Résistance, l’arrestation, la déportation à Auschwitz et Ravensbrück.  

Ils sont désormais « témoins et témoin », comme les définissent les associations d’anciens déportés.

Un de nos jeunes camarades relate sur son compte Facebook :  

« Aujourd'hui : rencontre exceptionnelle avec Madeleine Rabitchov, ancienne résistante et déportée, à l’occasion de la remise de sa carte du PCF de 2015. Arborant fièrement son numéro 78747 tatoué sur son bras avec le triangle des déportés résistants politiques, Madeleine, avec sa pêche d’enfer et sa joie de vivre, nous a tout raconté : l’arrestation de son père, communiste et résistant pendu à Majdanek, son arrestation comme membre d’un réseau de résistance de Saint-Étienne, les tortures de Klaus Barbie, qui lui brûle les jambes à la prison de Montluc à Lyon, sa déportation à Auschwitz, où sa sœur, son beau-frère et leur fils de 5 semaines ont été assassinés, la "marche de la mort" durant des jours dans la neige, l’internement à Ravensbrück, puis la libération par l’Armée rouge...

Moment exceptionnel de mémoire, toujours entre rires et larmes, Madeleine professe infatigablement son dégoût du racisme, sa foi communiste et la nécessité que la jeunesse reprenne le flambeau de la lutte de classe contre l’oppression et l’exploitation ! 

Merci pour ce moment, Madeleine ! »


Madeleine a tenu à leur rappeler qu’à tout moment, l’essentiel c’est la constitution du rapport de forces et de l’organisation pour lutter, toujours, y compris pour elle-même à 97 ans dans la situation de sa maison de retraite.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aragon 17/03/2015 16:25


Bonjour, j'aimerais beaucoup rencontrer cette dame afin d'avoir un témoignage direct d'une authentique résistante au nazisme.