Le cas de l’immeuble du 180 rue de la Croix-Nivert : évitons les diversions politiciennes sur la question du logement

8 Juin 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

Le cas de l’immeuble du 180 rue de la Croix-Nivert : évitons les diversions politiciennes sur la question du logement

 

Comme nous l’avons déjà écrit dans un précédent article, le cas du bel immeuble du 180 rue de la Croix-Nivert, scandaleusement vide depuis 25 ans, revient périodiquement dans l’actualité, cette fois plus fortement que d’habitude.

Il en a encore été question au Conseil de Paris et dans la presse ces 7 et 8 juin 2010.

 

L’association « Droit au logement » (DAL) a lancé une nouvelle action depuis le 9 mai pour dénoncer la situation présente, poursuivre sa bataille pour le relogement de ménages en grande difficulté et notamment pour l’application de la loi sur le « droit au logement opposable » (DALO)  et pour des réquisitions.

 

Nous lui avons apporté notre soutien en soulignant qu’il ne s’agissait que d’un cas très particulier soulignant un aspect des problèmes de logement qui pèsent sur une large part de la population parisienne et de la politique qui en est la cause.

 

Depuis, l’affaire est montée en épingle à droite et à gauche, de façon malheureuse.

 

Une section du PS et ses satellites se sont emparés de l’affaire pour attaquer l’Etat (qui pourrait seul réquisitionner).

Le retour de bâton n’a pas manqué. Comme nous le signalions dans notre tract, la municipalité de Paris a enlevé la réserve « logement social » dans la révision du PLU de 2009 et renoncé à son droit de préemption sur l’immeuble.

 

La droite l’a bien sûr repris. Elle a l’occasion de dénoncer la « gauche » et de faire oublier ses déclarations honteuses contre l’extension du parc social dans l’ouest parisien.

 

Par ailleurs, les propriétaires, responsables de la déshérence du bâtiment pendant 30 ans, ont fini par faire réellement des travaux lourds, de toute évidence pour vendre l’immeuble, appartement par appartement, au prix fort du marché.

 

C’est l’issue hautement probable de l’affaire. Les propriétaires, défaillants, coupables, vont réaliser une très belle affaire. L’immeuble ne sera certes plus vide mais pas un logement social supplémentaire sera venu détendre le marché immobilier spéculatif dans le 15ème. Ce ne sera pas une victoire pour les défenseurs du droit au logement !

 

Sur la question du logement, si sensible, au moins autant que sur les autres, la bataille politique ne saurait se réduire à jeu de postures.

 

Pour notre part, nous continuons à demander, entre autres, que tous les programmes municipaux dans le 15ème intègrent 100% de logements sociaux, que soient abandonnées les opérations immobilières spéculatives, démesurées à Beaugrenelle et à la Porte de Versailles.

Le droit de préemption doit être exercé avec beaucoup plus d’efficacité, comme cela aurait pu être le cas pour la tour Flatotel, sur le Front de Seine, en 2005 (350 logements laissés à Pierre et Vacances pour une résidence hôtelière de luxe).

Nous continuons aussi à combattre l’application de la loi Boutin qui sape les fondements mêmes de la définition du logement social et le détournement du financement du logement social via le Livret A.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article