Le SNJ-CGT dénonce le choix de la direction de France 3 de ne pas envoyer de reporters à Gaza ou en Ukraine

9 Août 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #France-télévisions - audivisuel

PCF Paris 15, 9 août 2014

« Pour la première fois dans l’histoire de la rédaction nationale, aucune équipe n’a été envoyée pour couvrir un événement majeur en Israël/Palestine » dénonce le syndicat SNJ-CGT de France 3 dans son communiqué du 6 août. « Pas plus en Ukraine, en Irak ou en Libye etc., seulement au Mali pour le crash de l’avion d’Air Algérie parce qu’il y avait 51 morts français ».

Le prétexte avancé par la direction est lamentable : il n’y aurait pas assez de moyens à cause du paiement avantageux des heures supplémentaires… Le SNJ-CGT refuse la tentative de culpabilisation des personnels et rappelle que les heures supplémentaires sont imposées par cette même direction.

Ce choix exprime en réalité la nouvelle vocation assignée par la direction et les gouvernements successifs à l’information sur France 3 : se concentrer sur « la neige en hiver, le soleil en été, les chiens écrasés et les faits divers » comme le résume le SNJ-CGT.

C’est ce qui correspond aux priorités éditoriales des plus mauvais quotidiens régionaux qui lorgnent précisément sur les rédactions régionales d’une France 3 démantelée. On n’est pas encore en Grèce mais…

D’ici là, la politique de coupes dans les dépenses et les effectifs réduit encore la diversité des sources d’information françaises. Elle affaiblit une mission de France 3 qui continue, et c’est sans doute aussi pour cela, d’être effectuée dans un esprit de service public, qui peut – pas toujours - résister aux pressions de l’argent et de l’Etat.

C’est un pas de plus vers la pensée unique dans les médias majeurs. On peut en juger sur Gaza ou l’Ukraine. Un reporter, digne de ce nom, envoyé dans l’est de l’Ukraine, aura plus de mal qu’un journaliste resté dans les studios à Paris à reprendre les versions officielles de Kiev ou de l’OTAN…

Avec le SNJ-CGT, communistes, nous dénonçons l’abaissement des ambitions et des moyens de la rédaction nationale de France 3.

 

Nous dénonçons indissociablement la baisse du budget du ministère de la culture consacré à l’audiovisuel public que le gouvernement veut tout simplement supprimer d’ici 2017. Nous dénonçons le choix confirmé de la ministre Filipetti de poursuivre ce que la « gauche » avait dénoncé du temps de Sarkozy: la suppression de la publicité sur les chaînes publiques, autrement dit l’attr²’ibution du monopole de cette ressource aux chaînes privées.   

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

rio paul 10/08/2014 04:44


soutien l'action cgt de france 3