Législatives 2012 : plus que jamais, nous condamnons le régime présidentiel et le quinquennat

10 Juin 2012 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Législatives 2012 : plus que jamais, nous condamnons le régime présidentiel et le quinquennat

 

Pcf Paris 15 – 8 juin 2012

 

La campagne des élections législatives tire à sa fin dans un climat de large indifférence. Il y a pléthore de candidats, notamment à Paris – une vingtaine par circonscription -, de partis avides de financement public pour les cinq prochaines années.

Mais le résultat semble écrit d’avance, à raison ou peut-être à tort, après la victoire des partis de gauche rassemblés derrière François Hollande à la présidentielle et la défaite de Sarkozy.

Dans le 15ème, par un savant charcutage de nos deux circonscriptions, la droite au pouvoir a, à peu près, assuré la réélection de ses sortants UMP, Philippe Goujon et Jean-François Lamour.

Elle a savamment retranché à la 13ème circonscription des cités HLM (Bertillon/Pitard par ex.) qui votent très à gauche pour les associer à la masse bourgeoise dominante dans la 12ème circonscription, également élargie à une petite partie de l’ultra-réactionnaire 7ème arrondissement.  

En échange, la 13ème circonscription s’est agrandie sur les quartiers mixtes du Front de Seine (de la rue de Javel à la rue Linois, une partie de Beaugrenelle) où la politique de la municipalité PS en faveur des promoteurs et spéculateurs immobiliers suscite un mouvement profond de rejet de toutes les couches de la population.

Anne Hidalgo, 1ère adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris ne s’y est pas trompée. Elle a préféré jeter l’éponge pour préserver un peu de légitimité si jamais elle devait succéder au maire de Paris, appelé au gouvernement. Ce schéma semble improbable d’après les dernières annonces, contradictoires, de Delanoë.

Mme Hidalgo a laissé la place au discret et courtois Gilles Alayrac, adhérent au PRG, comme candidat de la gauche. Du moins est-il moins directement engagé dans les opérations immobilières spéculatives que ce soit la Tour Triangle à la Porte de Versailles ou le centre Beaugrenelle. Des formules qui collent à l’histoire du vieux Parti radical, l’une lui correspond mieux que l’autre. Ce n’est pas celle-ci : les radicaux, c’est comme les radis, rouges à l’extérieur, blancs à l’intérieur. Dans ce cas, on ne voit guère le rouge même en surface. Plutôt celle-là : les radicaux sont insubmersibles tellement ils sont creux.

C’est donc bien à un vote sans illusions à gauche que nous appelons les électeurs du 15ème.

 Nous alertons les salariés et les habitants du 15ème depuis le début de la campagne électorale : l’heure est à préparer la riposte, par les luttes, à la nouvelle version de la politique au service du capital que la future majorité de gauche se prépare à relayer en France sous l’égide de l’UE.

Pas d’illusions mais de la clarté y compris sur le plan électoral.

Après la défaite chèrement acquise de Sarkozy, localement et nationalement, il faut continuer à faire reculer le résultat de la droite et encore davantage celui du FN. Les campagnes anti-logements sociaux de MM. Lamour et Goujon assimilant logement social, immigration et délinquance, en particulier à propos des quartiers de la Porte Brancion ou de la cité Aristide Maillol ne supportent aucune tolérance.

Cette année 2012, il n’y a pas de candidat du PCF dans les circonscriptions du 15ème arrondissement. Les directions départementale et nationale, suivant leur stratégie de Front de gauche derrière le sulfureux Jean-Luc Mélenchon, ont décidé d’ignorer les statuts de notre Parti et d’empêcher les communistes de désigner leurs candidats. Dans le 15ème, des candidats Front de gauche, alignés sur la municipalité PS, comme au plan national canalisant pour la majorité PS, ont été imposés. Il s’agit pour l’une de la candidate de la « gauche populaire et antilibérale » de 2007 dans la 13ème circonscription et pour l’autre d’une transfuge de la CFDT arrivée dans une officine de « gauche » non identifiée. L’opération Front de gauche, l’OPA de ces socio-démocrates bon teint sur le PCF, feront long feu.

Vous pouvez et pourrez toujours compter sur l’action des communistes du 15ème dans vos entreprises et vos quartiers contre les politiques au service du capitalisme et leurs conséquences.  

L’essentiel pour nous est de faire monter la riposte à la politique du patronat et du capital d’où qu’elle vienne, telle qu’est est répartie, avec l’alternance, entre la droite et la gauche social-démocrate.

Concernant les élections et la « démocratie », la situation nous ramène à une lutte que nous avons menée, malheureusement avec peu d’organisations du PCF, alors que nos dirigeants Hue/Buffet/Borvo avaient décidé de s’aligner derrière le gouvernement Chirac/Jospin/Buffet/Mélenchon.  

Cette lutte, c’est celle contre l’établissement du quinquennat en 2000.

Comme nous avions raison de dénoncer une opération concertée dont la réalisation, que nous subissons, était de réduire l’intervention populaire électorale à une seule consultation tous les cinq ans d’une part, d’autre part à subordonner les élections législatives au vote présidentiel, personnel, le plus réducteur en termes de choix de programme politique.

Nous en voyons pleinement les conséquences. La caricature est atteinte par les coalitions politiques qui ne trouvent comme identifiant national que la figure de leur candidat médiatisé à l’élection présidentielle. Ce constant lamentable doit devenir une incitation à s’organiser dans des partis complètement différents des mangeurs de soupe ou de caviar de droite et de gauche.

Dans le 15ème arrondissement, le PCF est votre parti pour une totale alternative.

Dès demain, nous continuons nos batailles.

Ceux qui faisaient semblant de soutenir le mouvement pour la défense des retraites et qui aujourd’hui nous expliquent que c’est impossible doivent être disqualifiés et combattus. Oui, pour la retraite à 60 ans, alors que 210.000 jeunes arrivent sur le marché du travail sans avoir d’emploi chaque année et que le chômage des plus de 55 ans augmente, le retour aux 37,5 annuités et au financement solidaire par le travail, sans exonérations de cotisations patronales, est possible et nécessaire.

Oui, quand 70% de la population s’est mobilisée contre la casse sur service public de La Poste, la transformation de la Poste en société anonyme privatisable et la concurrence libre et non faussée européenne, les politiciens du PS, des Verts et de Front de gauche nous ont renvoyés à leur élection. C’est fait ! Maintenant la mobilisation doit détruire leur hypocrisie pour conserver les services publics si essentiels à la réponse à nos besoins.

Nous pourrions multiplier les exemples. La voie de la lutte n’est pas la plus facile en politique. Elle n'est pa de celles qui rapportent en places dans les municipalités.

C’est celle qui rapporte le plus pour la société et l’épanouissement dans le combat émancipateur contre le capitalisme.      

Rejoignez le PCF dans le 15ème arrondissement de Paris !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article