Les agents de l’AP-HP passent à un autre niveau d’action

12 Mars 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie

Les agents de l’AP-HP passent à un autre niveau d’action

 

100312_manif_AP_2.jpg

Le rassemblement de ce 12 mars 2010, à l’appel des organisations syndicales, avenue Victoria, devant le siège de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris n’avait rien d’une manifestation de témoignage.

Par le nombre : plus de mille agents ont pu y participer, malgré les réquisitions.

Par la combativité : des slogans offensifs se sont succédés, à mesure qu’arrivaient les délégations des différents hôpitaux. Non aux suppressions d’emplois à l’AP-HP ! Non au démantèlement des hôpitaux avec le projet regroupement en 12 groupes ! Non à l’éclatement de l’AP-HP ! Aussi, abrogation de la loi Bachelot !

La colère monte dans tous les hôpitaux devant le plan de restructuration, directement liée aux choix politiques nationaux. L’occupation d’une partie du siège, qui se poursuit, donne le signal d’une détermination à passer à un autre niveau de lutte.

Les larges conditions de convergences d’action, observées au printemps dans l’opposition à la loi Bachelot, sont en train de se concrétiser. La journée de grève et de manifestation interprofessionnelle du 23 mars est dans tous les esprits.

Les hôpitaux du 15ème, HEGP, Necker et Vaugirard étaient représentés. Nous avons diffusé notre tract de masse. Des militants communistes de plusieurs sections étaient également présents.

 

A deux jours des élections régionales, c’est de bonne guerre, outre Pierre Laurent, une belle brochette de candidats se sont pointés, dont Olivier Besancenot, Anne Hidalgo (assez furtive)…  L’accueil n’a pas été très chaud. Une fois de plus s’est vérifié combien les salariés en lutte recherchent une perspective politique très éloignée des calculs électoraux.

L’appui du PS, de Bertrand Delanoë, de Jean-Marie Le Guen est toujours bienvenu, mais personne n’oublie qu’on leur doit la réforme hospitalière, les Agences régionales de l’hospitalisation, ancêtres des Agences régionales de santé de Bachelot. C’est aussi un socialiste, Claude Evin, qui a été nommé président de l’ARS d’Ile-de-France qui doit présider au démantèlement de l’AP-HP.

Pour les élus parisiens et franciliens, c’est bien facile de s’engager sur les sujets qui ne relèvent pas de la prérogative directe de la Ville et de la Région. On attendrait plutôt de Delanoë une autre politique contre la fermeture des centres de santé. Pour la région, certains promettent des financements régionaux pour les hôpitaux. Surtout pas ! Ne laissons pas dédouaner le pouvoir du détournement de l’argent de la sécurité sociale et de l’assurance maladie !

 

Une rumeur a circulé toute la journée. Le directeur de l’AP-HP, Benoît Leclerq, pourrait déjà faire les frais de sa langue de bois méprisante, de son annonce maladroite, du plan de restructuration de l’AP-HP.

 

Un autre signe que les choses peuvent et vont bouger !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article