Luttes à Monoprix - L'exemple de Marseille

11 Novembre 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Luttes entreprises (services)

Notre 15ème arrondissement comprend 5 magasins Monoprix (+ les annexes), parmi les plus rentables de France. A la Motte-Piquet, à Convention, à Vaugirard, à Beaugrenelle, nous avons soutenus toutes les luttes des dernières années.

L'exemple de nos camarades de Marseille ne peut que nous donner à tous, plus d'énergie dans la bataille contre un patronat des plus rétrograde. Le respect des salariés, cela fait aussi partie de l'image d'une chaîne de magasins!

 

101111_monoprix.jpg

Lutte exemplaire à Monoprix !


Rien ne sera plus comme avant aux Monoprix de Marseille. Rien ne doit plus être comme avant dans tous les Monoprix de France.

Pendant 22 jours entre septembre et octobre 2010, les agents des magasins du Prado et de la Canebière, suivis par ceux de Castellane ont mené une grève active, gagnant la sympathie des clients, bloquant les livraisons quand il l’a fallu.

Les revendications étaient simples : l’augmentation générale des salaires, des contrats à des temps complets à la place des temps partiels subis (certains collègues demandent un 35h depuis 30 ans !!), une reconnaissance des classifications (prise en compte de l’ancienneté; assez des paies aux SMIC malgré 35 ans d’ancienneté,…), des tickets restaurants pour tous…

La direction de Monoprix n’a pas compris la profondeur du mouvement, l’ampleur du soutien populaire au moment de la mobilisation nationale pour les retraites. Elle a fait envoyer les gardes mobiles, a trainé les grévistes devant les tribunaux. Mais, en fin de compte, elle a dû reculer devant la détermination des caissières, de tous les salariés.   

Nous avons obtenu de nombreux passages à temps plein, les tickets restaurant, des places de parking, des augmentations, très insuffisantes, de salaires. Nous avons surtout fait la preuve qu’une tôle comme Monoprix ne comprend qu’un langage : la lutte !  

Notre lutte suit celles de collègues dans toutes la France, pour les conditions de travail, contre l’extension du travail du dimanche. Nous avons contacté les autres magasins des Bouches-du-Rhône (Aubagne, Aix). La multiplication des actions, des luttes globales sont plus envisageables que jamais.  L’existence, la création de sections syndicales est décisive, prioritaire, notamment devant la répression (menace de licenciement, avertissements abusifs, suppression des primes…).

Monoprix est devenu la vache à lait du groupe Casino et des Galeries Lafayette, avec un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros, une rentabilité en hausse de 5,9% en 2009. Les 20.000 salariés ne se laisseront pas traire !


Les « Monop’ » ne lâcheront rien… parole de caissière !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article