Municipales: S’aligner derrière le PS à Paris montrera l’inutilité du PCF-FdG nationalement

4 Octobre 2013 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PARIS

S’aligner derrière le PS à Paris montrera l’inutilité du PCF-FdG nationalement

Pcf Paris 15, 4 octobre 2013

131003_municipales.jpgLe mardi 2 octobre, une assemblée départementale des communistes parisiens était organisée à propos des municipales.

C’est 6 mois trop tard, au moins, pour cette réunion qui a réuni 200 camarades, pendant plusieurs heures.

Les questions municipales, les positionnements des élus au niveau parisien, sont traités en dehors des communistes. Mandature après mandature, cela se confirme et s’aggrave.

D’ailleurs, mardi, personne ou presque, n’a discuté du programme ou du bilan de l’équipe des élus sortants, présenté unilatéralement comme globalement positif par les intéressés eux-mêmes. Un projet de programme était bien parvenu aux camarades dotés d’internet … mais le lendemain de la  désignation des chefs de file par arrondissement, le 7 septembre. Un programme très prospectif !

La question des noms des prétendants élus étant déjà réglée au préalable, la réunion du 2 a porté sur celle de l’alliance électorale avec Hidalgo, laissée prudemment en attente depuis trois mois et l’annulation de la consultation de juin.

Avec sa pédagogie propre, lors d’une longue intervention de fin de séance, Pierre Laurent, secrétaire national, a clairement laissé voir vers quel choix son cœur et sa raison balançaient. De l’ancienne école, Henri Malberg, ancien secrétaire fédéral, ancien conseiller de Paris – pendant de 36 ans - a été plus direct.

Au bout de plusieurs mois de négociations, le PS est prêt à attribuer au PCF-FdG, dans le cadre de listes uniques dès le 1er tour, 13 places éligibles de conseiller de Paris (à la fois conseillers municipaux centraux et conseillers généraux), contre 8 sortants (7 adhérents du PCF et un qui a quitté le Parti après son élection, Pierre Mansat du 20ème). Dans ce cas, le PG-FdG, qui a deux sortants de son côté, se présenterait seul. En cas de fusion entre les deux tours, les 4 premiers sièges de conseiller de Paris du PG seraient pris sur le contingent du PS et non sur celui du PCF-FdG, ce qui sécurise les 13 premières places…

Le PS s’attend à ce que le choix de l’autonomie à Paris des écologistes, qui participent au gouvernement avec, leur coûte des plumes.

Dans le cas d’une liste Front de gauche avec le PG, même avec un score correct, 6 ou 7%, la direction du PCF ne se retrouverait qu’avec quelques sièges, probablement 3 seulement, à la suite de fusions dans des conditions défavorables et du partage obligé des places avec les partenaires du FdG…

13 ou 3 ? C’est vite réfléchi, d’autant que la répartition des postes d’adjoints, de secrétaires de groupe dans les arrondissements, des postes d’administrateur des sociétés d’économie mixte etc. suivra.

Ce choix est fortement aidé par le choix de Mélenchon et de ses relais parisiens du PG d’attaquer frontalement – haineusement - les communistes. Il ne semble pas qu’ils aient grande envie de partir avec les élus PCF ! Une posture « radicale » autonome les arrange visiblement avant la réconciliation prévisible pour les élections européennes.

Au cours de la réunion, quelques voix discordantes se sont fait entendre et ont relayé les réticences exprimées dans les assemblées de section. Comment peut-on aller, dès le 1er tour, avec le Parti qui poursuit la politique d’austérité au gouvernement que l’on est censé combattre ? Surtout qu’à Paris, ville capitale, les questions locales et nationales se confondent plus que partout ailleurs. Delanoë, Hidalgo, socio-libéraux, ce n’est vraiment pas une découverte avons-nous répété.

Le malaise restera, même après la consultation des 17, 18 et 19 octobre.  

Un groupe d’anciens élus et d’anciens dirigeants du Parti a désespérément proposé de continuer le débat quelques semaines encore pour essayer d’aboutir à des listes Front de gauche. Un camarade a exprimé la crainte que l’on risque de laisser paraître l’échec du Front de gauche.  

Communistes de la section du PCF Paris 15ème, ces négociations, manœuvres, mises en scènes politiciennes se situent à l’opposé de la raison d’être du Parti communiste, à Paris comme ailleurs.

En s’alignant sur le PS à Paris, la direction du PCF va peut-être conserver voire gagner des postes mais va déconsidérer à nouveau le Parti.

L’alternative, comme nous l’avons souligné, ne peut consister à s’aligner sur un autre socialiste, Mélenchon, opportuniste débridé, ouvrant ses portes à l’anticommuniste Noël Mamère après ses offres à Cohn-Bendit.

Un autre choix s’impose pour les municipales Paris et nationalement, adaptable selon les réalités locales : celui de listes de rassemblement initiées par le PCF sur la base d’un programme de résistance à la politique nationale au service du capital.

On en est tellement loin !

Dans les quelques minutes accordées, nous avons essayé de revenir au principal.

Le bilan de la municipalité Delanoë-Hidalgo, c’est celui de 12 ans de soumission aux intérêts de la finance, à peine maquillée sous une campagne de publicité sociétale.

Le bilan des élus communistes, partie prenante de l’exécutif de Delanoë, c’est 12 ans d’asservissement pour apporter une caution de gauche, labellisée « communiste », à la politique de Delanoë.

L’externalisation de services publics, le ramassage des ordures dans 2,5 arrondissements supplémentaires, l’adhésion à la politique de casse de l’Assistance publique, rendue évidente depuis l’arrivée de Hollande au pouvoir et les positions dégoûtantes de Le Guen, conseiller d’Hidalgo à la santé (Hôtel-Dieu) font partie des exemples les plus frappants. Sans parler du sport ou de la culture, ou des rythmes scolaires…

Sur le logement, qu’on arrête de rentrer complaisamment dans le jeu de la municipalité ! Depuis 2001, comme depuis 2008, la situation réelle des travailleurs, des locataires s’est aggravée. Les sortants se prévalent de 70.000 logements sociaux « produits » depuis 2001. « Produits » ? Cela ne veut pas dire construits ou créés !      

Le chiffre ne compense même pas la baisse du nombre de « logements sociaux de fait ». D’étonnantes opérations de passe-passe ont, au prix fort, au détriment souvent des locataires et des contribuables, transformé des chambres de foyer en logements, des logements à loyer modéré mais non conventionnés, en logements conventionnés mais plus chers etc.

La bête noire des associations en lutte contre les ventes à la découpe, le groupe Gécina a bénéficié de cadeaux royaux à Beaugrenelle, ou dans les reventes de ses immeubles de placement. Idem pour Unibail !

En acceptant d’être promu Président de la plus grande SEM de Paris, la Sempariseine, qui couvre des deux plus scandaleuses opérations spéculatives organisées par Delanoë-Hidalgo, Ian Brossat a choisi de lier ses mains à la social-démocratie. Pas les nôtres !

Partant de cette réalité, réplique à l’identique de la politique nationale, refusant de restreindre l’alternative entre Hidalgo et Mélenchon, refusant de laisser à la droite et à l’extrême-droite le soin de détourner la colère populaire, la section du PCF Paris 15 continue à porter sa proposition de constitution de listes communistes de rassemblement, branchées sur les luttes, ouvertes à tous ceux qui combattent la politique au service du capital.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nafissatou 27/10/2013 20:47

Si j'ai bien compris, vous réfutez toute alliance du PCF, que ce soit avec le PS ou le FdG. Cette stratégie d'autonomie est légitime, mais me parait peu crédible dans le 15e où les adeptes de la
lutte des classes, et même ceux qui savent ce que cela signifie, ne sont pas assez nombreux pour vous donner la moindre chance d'aborder le deuxième tour. A qui vous rallierez-vous alors? A l'UMP
comme à Brignoles, ou aux abstentionnistes, au bénéfice du FN? Par ailleurs, votre défiance vis à vis du FdG me laissent penser que vous ne défendez pas le programme l'Humain d'abord.
Pourriez-vous, dans un prochain communiqué, en souligner les défauts, et partager vos propositions?

Robespierre 09/10/2013 22:01


Sauf si Mélenchon monte une liste à Paris où il habite et fait 15 ou 20% alors que Le PS+PCF+MUP¨PRG+MRC ne dépasse pas les 20% ce qui est trés probable vu le résultats des partielles où le PS
comme le PCF soutenu par le sommet du PS ont pris des claques monumentales.


Et là c'est Mélenchon qui aura eu raison camararade, et Pierre Laurent devra viser un autre point de chute pour sa retraite que le Sénat dans 3 ans...

ZAPATA 09/10/2013 21:51


Sauf si Mélenchon monte une liste à Paris et fait 15 ou 20% des voix alors PS+PCF+MUP reste endessous de 20% comme dans le Var.


Là Pierre Laurent devra se trouver un autre point de chute que le Sénat dans 4 ans.

ZAPATA 07/10/2013 00:16


Dans le Var le FDG/PCF soutenu nationalement par le PS s'effondre, et grâce au candidat vert soutenu par le PS local, on aura un second tour FN qui monte en flèche à plus de 40%, contre UMP à
20%.


Sur France Culture ce midi Robert HUe le chouchou de cette radio PS, a tapé adonf sur Mélenchon, soutenu la direction du PCF pour sa volonté d'avoir des listes communes au premier tour avec le
PS, et applaudit le dessin de Plantu du Monde qui Compare la CGT et les islamiste dans l'affaire du travail du Dimanche!


Tant que le PCF ne dira pas ce qu'est devenu le PS, un parti de droite ultralibéral, Hyper atlantiste, le FN aura un boulevard devant et va conquérir des dizaines de villes au PCF comme au PS....

ZAPATA 04/10/2013 20:51


Il est évident que les liquidateurs droitiers bougistes, sur les mêmes positions que Hue, vous rejoindre le PS tout aussi droitier et dès le premier tour, carriérisme oblige.


Ne faudrait-il pas se présenter avec le PG au premier tour sur Paris même si personnellement je n'ai pas une grande confiance dans Mélenchon qui reste un cacique miterrandien et trés
anti-communiste.


Mais à la base du PG c'est différent.