Ne laissons pas la SNCF et les régions faire rouler des TER sans contrôleur !

4 Juin 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #SNCF

Ne laissons pas la SNCF et les régions faire rouler des TER sans contrôleur !

Pcf Paris 15, 4 juin 2014

140604_controleur_TER.jpgLa direction de la SNCF avec son PDG Pépy se préparent à la grande course au moins disant public et social que la « réforme ferroviaire » doit rendre possible avec l’ouverture totale à la concurrence. Le transport régional de voyageurs doit être le premier touché.

Avec la mise en service des nouvelles rames de TER (celles dont les autorités découvrent soudain qu’elles sont trop larges pour les quais), Pépy escompte se débarrasser des contrôleurs dans les TER. Un nouveau dispositif technique (nom de code : EAS pour « équipement en agent seul ») transférerait la charge du contrôle de la fermeture des portières au conducteur. Les autres missions des contrôleurs seraient déplacées ou purement et simplement supprimées.

Les syndicats de cheminots, des associations d’usagers pointent les dangers de la suppression des contrôleurs dans les TER.

-          Dangers pour la sécurité : le conducteur ne peut s’occuper à la fois de ce qui se passe devant lui sur la voie et derrière lui. En cas d’incident ou d’accident, il se retrouverait seul agent à bord pour faire face.

-          Déshumanisation du transport : le rôle d’accompagnement – par exemple de voyageurs handicapés ou malades –, le rôle d’information du contrôleur sont éliminés.

-          Dangers pour la sûreté : la présence du contrôleur limite les usages abusifs du signal d’alarme, les incivilités, les dégradations volontaires du matériel etc.

Quant à la fonction même de contrôle des billets, la direction de la SNCF propose de substituer aux contrôleurs, des brigades intervenant inopinément. Dans le même temps, elle avance l’idée de quadrupler le montant des amendes.

A l’esprit de service public, certes déjà fort malmené par la politique de privatisation rampante, le pouvoir et son serviteur Pépy veulent substituer une logique de répression.

Des pétitions de cheminots et d’usagers ont déjà recueilli des dizaines de milliers de signatures. Elles s’adressent autant à la direction de la SNCF qu’aux présidents et vice-présidents des Régions qui signent des conventions d’exploitation avec elles.

On ne peut plus être dupes de l’objectif de la régionalisation des transports ferroviaires. Elle ne vise pas à améliorer la définition des besoins des populations et des territoires pour mieux y répondre. Elle contribue à attaquer le service public national SNCF, à faire pénétrer la concurrence suivant les directives européennes. Avec les grandes « euro-régions » que Hollande tentent d’imposer, ce sera encore pire. Il s’agit de mettre en scène, dans le cadre d’une politique générale de cadeaux au patronat et au capital, de pénurie organisée des moyens financiers, une opposition entre contribuables et usagers régionaux d’une part, service public nationalisé et agents SNCF d’autre part, pour le plus grand profit de groupes privés.

Le président PS des régions de France, président de l’Aquitaine, Alain Rousset affiche la couleur : « Il faut un coût de maintenance correspondant à ce que peut faire le privé, parce que sinon, un jour, la maintenance, quand nous deviendrons en totalité autorités organisatrices, nous la mettrons en concurrence » (avec la réforme ferroviaire).

Le « manifeste » des Régions de France (21 sur 22 de « gauche ») sur le « renouveau du système ferroviaire » va dans le même sens, réclamant toujours plus d’éclatement du rail, notamment le « libre choix » dans « l’attribution des contrats aux transporteurs », dans le cadre du 4ème paquet ferroviaire européen.  

La région Centre, son président  PS François Bonneau, son vice-président aux transports FdG Jean-Michel Bodin, viennent de signer une nouvelle convention TER avec la SNCF. Dans la presse régionale, Guillaume Pépy se réjouit, à la suite de cette signature, que les TER pourront circuler sans contrôleur (La Nouvelle République du 14 mai).

Les régions PS participent logiquement à la politique poursuivie par le gouvernement PS, après l’UMP, de casse du service public SNCF. Il n’y a rien d’autre à attendre de ces institutions politiques dans la situation actuelle. Mais il y a à attendre des élus qui se disent « vraiment de gauche » qu’ils ne collaborent pas au processus mais y résistent du côté de ceux qui luttent.

Avec les agents SNCF, leurs syndicats, les associations d’usagers, faisons monter, dans les régions, la mobilisation contre la suppression des contrôleurs dans les TER, contre la « réforme ferroviaire ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article