Pass Navigo au tarif unique de 70 euros: le patronat n’aura rien à payer ! Qui va payer alors ?

1 Décembre 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #REGIONALES 2010

Pass Navigo au tarif unique de 70 euros: le patronat n’aura rien à payer ! Qui va payer alors ?

PCF Paris 15, 1er décembre 2014

141201_pass_navigo.jpgLe président de la région Ile-de-France et du Syndicat des transports STIF, le PS Jean-Paul Huchon en a fait l’annonce, en compagnie du président de la Chambre de commerce et d’industrie, Pierre-Antoine Gailly : en 2015, sera mis en place le tarif d’abonnement unique pour tous les transports en commun d’Ile-de-France, sans zonage, à hauteur de 70 euros par mois.

Huchon se vante de tenir une promesse électorale faite pendant la campagne des régionales de 2010, avant une nouvelle campagne qui s’annonce bien plus difficile en 2015. A l’unisson avec lui, les élus de sa majorité, EELV ou Front-de-Gauche se réjouissent bruyamment d’une mesure qu’ils présentent comme écologique et sociale.

Communistes, nous ne voyons aucune raison de partager cet enthousiasme. Pendant la campagne des régionales de 2004, c’est Jean-François Copé qui portait le plus fort la proposition de l’abonnement à tarif unique…

Pour notre part, nous ne cessons de militer pour un abaissement des tarifs des transports publics franciliens et pour une mise à contribution bien supérieure de ceux qui profitent le plus des réseaux publics, de ceux qui déportent les salariés de plus en plus loin en grande banlieue : les patrons. A nouveau, ils sont épargnés par Huchon et sa majorité, par Manuel Valls qui a donné son approbation aux changements législatifs nécessaires à l’établissement du tarif unique (ils seront votés dans le collectif budgétaire de fin d’année par le Parlement). Epargnés, les patrons ? Choyés plutôt!

Huchon se flatte d’un dispositif « gagnant-gagnant ». Evidemment, pour les Franciliens habitant le plus loin de leur lieu de travail ou du centre de Paris – en zone 5 notamment -, la mesure sera bienvenue : 42 euros en moins par mois, donc 21 euros pour la part salariés.

Mais qui va payer la note globale estimée entre 300 et 500 millions d’euros selon les estimations et la date de référence ?

Huchon a bien calculé avec le Medef, pour le Medef. Les patrons consentent à une augmentation moyenne annoncée de 0,13% des taux du versement transports, modulée suivant une formule opaque. Mais la somme, estimée globalement entre 100 et 210 millions d’euros par an (notons l’écart dans les prévisions), est doublement compensée pour le patronat. D’une part, l’abaissement proportionnel des remboursements aux salariés (50%) des Pass Navigo, devenus moins chers devrait leur économiser au moins 90 millions d’euros par an. D’autre part, Huchon et Valls leur offrent le maintien de l’exonération de la redevance sur la construction de bureaux dans le cadre d’opération de démolition-reconstruction.

En résumé, le patronat francilien, pris globalement, gagne le maintien de facilités pour des opérations de spéculation et un réservoir de main d’œuvre plus étendu dans la région. Observons déjà que, sur le plan « écologique » et humain, cette tendance n’est pas de nature à limiter l’étalement urbain et les temps de transport subis.  

Patrons gagnants, cela veut dire salariés, population et collectivités perdants !

Il n’aura pas échappé aux habitants des zones 1 et 2 qu’ils ont été durement mis à contribution depuis 2009. Le prix de leur Pass Navigo est augmenté fortement chaque année. A 70 euros en 2015 par mois, on atteindra un cumul de 27% de hausse depuis 2009, contre une inflation générale de 7% ! Depuis 2004, l’ex-carte orange deux zones se sera élevée de 45 à 70 euros, soit de 56% contre une inflation officielle cumulée de 18%... Ce sont pourtant les travailleurs de ces zones qui subissent les loyers et charges les plus élevés. Habiter en zone 1 ou 2 devrait devenir de plus en plus un privilège pour lequel il faudrait tout accepter! Nous ne l’acceptons pas !

Au bas mot, selon ses initiateurs, l’application du tarif unique prévue laisse encore au moins 190 millions d’euros par an non financés. Va-t-on renoncer à étendre le réseau, à le moderniser ? Huchon et ses amis jurent que non ! Son porte-parole à l’Assemblée, le député PS de Seine-et-Marne, Olivier Faure, promet que l’on ne touchera pas aux investissements mais que l’économie sera réalisée sur « le budget de fonctionnement ». Voilà qui annonce de nouvelles pressions, de nouvelles coupes, via appels d’offres, sur les dépenses de maintenance et d’entretien, de sécurité pour les usagers et les agents des transports, de nouvelles attaques antisociales.

Patrons gagnants, usagers globalement perdants, contribuables perdants, agents des transports perdants : et Huchon espère se faire passer de « gauche » avant les prochaines régionales !

Communistes, nous avons d’autres propositions pour faire avancer le service public, pour la réponse aux besoins des habitants et de l’économie, pour développer les transports publics, pour baisser réellement les tarifs :

-          Il faut réellement rehausser le versement transport et l’étendre à toutes les entreprises

-          Le taux de remboursement du Pass navigo, au nom du trajet domicile/travail, doit être relevé de 50% à au moins 75%. Ces abonnements ne sont le plus souvent souscrits par les salariés que parce que leur travail le nécessite.

-          Il est anormal que ce soit la collectivité – en l’occurrence la Région – qui finance les tarifs spéciaux pour les transports des chômeurs. Ils doivent être payés par l’Unedic grâce à une hausse correspondante des taux de cotisations chômage patronales.

-          La réalisation d’un service optimal, au meilleur prix, dans les meilleures conditions d’emploi et de sécurité, passe enfin par le rejet des logiques de mises en concurrence et de privatisation, au profit de groupes privés, par la défense et l’extension du monopole public RATP/SNCF sur l’ensemble des transports urbains franciliens.

-          Sur un autre plan, la lutte contre la spéculation immobilière entretenue par de nombreuses municipalités dont celles de Paris est directement liée avec notre objectif d’harmonisation des lieux de vie, de travail et de loisirs dans la région, donc à une réduction des besoins de transports tels que le patronat et le capital les envisagent pour leurs profits.

Si la campagne des élections régionales doit servir à quelque chose, nous l’utiliserons entre autres pour avancer ces positions !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article