Patronage Laïque. Longue lutte : Un répit de gagné !

20 Mars 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

La municipalité Delanoë/Hidalgo a renoncé à inaugurer son nouvel équipement de prestige, 72 avenue Félix Faure, avant les élections. Pourtant, ils s’étaient précipités pour détruire le patronage historique, évincer l’association historique, supprimer un des seuls lieux de liberté de réunion et d’expression existant dans le 15ème et à Paris. Mais Delanoë et Hidalgo ont dû juger que le nouveau bâtiment était trop moche et trop rejeté pas les riverains. Pas de doute là-dessus même si l’on peut espérer qu’à l’intérieur, malgré des espaces réduits, il soit correctement fonctionnel.


Surtout, ils ont objectivement redouté la colère et la mobilisation des amis du vrai Patronage laïque, qu’ils ont dû reloger – provisoirement – 61 rue Violet. Cela n’aurait pas fait bonne image de laisser voir des centaines, des milliers de personnes rejeter le plan de la municipalité.


Notre action a été déterminante pour dénoncer ce que la « gauche » à Paris poursuit là où la droite avait échoué. Nous ne rejetons pas le nouvel équipement : un centre d’animation, comme il en existe bien d’autres, doublé d’un « temple de la laïcité ». Nous exigeons le maintien du Patronage laïque du 15ème, association qui a fait don historiquement de son bâtiment à la Ville, dans un local viable.


Sous une pression, à laquelle nous avons grandement contribué, l’équipe Hidalgo/Dargent s’est sentie obligée de concéder, avant les élections, le maintien du PL 15 au 61 rue Violet jusqu’en août 2016. Ce premier recul nous incite à accroître la mobilisation des usagers, des associations.


Nous ne pouvons que condamner la conception Delanoë/Hidalgo de la « laïcité » consistant à distribuer « également les subventions publiques à toutes les communautés religieuses, y intégrant les sectes et loges libres-penseuses ». Les subventions, au-delà des obligations légales, aux écoles confessionnelles, aux crèches intégristes « Loubavitch », aux espaces culturo-cultuels des établissements islamiques, la création de l’esplanade Jean-Paul II sont autant de signes d’une conception de la laïcité profondément contradictoire avec la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Anne Hidalgo avait justifié en 2003 la transformation des bains-douches de la cité des 4 frères Peignot par ce souci de soutien municipal égal aux officines religieuses.

C’est tout le contraire de la laïcité au quotidien pratiquée par le Patronage laïque du 15ème depuis des dizaines d’années que nous prônons et que nous continuerons à défendre avec opiniâtreté.  

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article