Pourquoi les enseignants ont raison de s’opposer au projet de révision de leur évaluation

16 Décembre 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Education nationale

Pourquoi les enseignants ont raison de s’opposer au projet de révision de leur évaluation

 

Pcf Paris 15, 16 décembre 2011

 

Plus de 40% des enseignants du secondaire étaient en grève le 15 décembre 2011 à l’appel de la quasi-totalité de leurs organisations syndicales et de plusieurs associations. Ils s’opposent à un projet de décret modifiant l’évaluation de leur travail.

 

111215_manif_enseignants.jpgCommunistes, nous leur apportons notre entier soutien.

Car il ne s’agit pas du tout de dispositions anodines mais d’un élément grave de l’attaque générale contre le service public de l’éducation nationale.

 

L’évaluation des enseignants détermine leur évolution de carrière.

Pour l’instant, ils sont notés principalement sur leurs pratiques pédagogiques. L’évaluation est faite par des inspecteurs, anciens enseignants eux-mêmes de leur discipline.

Le gouvernement veut que demain ils soient évalués exclusivement par le principal du collège ou le proviseur du lycée où ils enseignent au cours d’entretiens tous les trois ans.

 

Cela change tout.

 

Dans le 1er cas, le critère est la qualité de la transmission du savoir aux élèves.

Dans le 2ème cas, le critère majeur sera l’obéissance aux consignes administratives.

 

Dans le 1er cas, l’évaluation est faite par une personne neutre vis-à-vis de l’enseignant.

Dans le 2ème cas, elle sera effectuée par un supérieur hiérarchique qui dispose de moyens de pression au quotidien sur l’enseignant et qui est directement chargé d’appliquer la politique de son administration.

 

La politique du pouvoir, on la connaît.

Son objectif, ce n’est pas le développement des connaissances et des compétences pour tous, pour répondre aux besoins du pays et à l’épanouissement personnel.

Derrière le modèle « managériale » vanté par le ministre Chatel, ancien DRH chez L’Oréal, se trouvent au contraire la réduction des financements publics, la marchandisation de l’éducation, la ségrégation scolaire. 

 

Les enseignants, l’éducation nationale sont globalement porteurs de l’esprit de l’esprit de service public. Le pouvoir veut le briser à l’école, comme à la Poste, à France Télécom, à EDF etc.

La pression sur leur évolution de carrière, sur leur rémunération sera un moyen d’associer les enseignants à la politique de déclin de l’école publique. Demain, plus ils accepteront d’abaisser le niveau d’enseignement, d’évacuer les élèves en difficulté vers des voies de garage, moins leur évolution de carrière sera pénalisée.

 

C’est peu dire que parents, élèves, citoyens, nous sommes concernés par la « réforme » de l’évaluation des professeurs.

 

Elle fait partie d’une logique d’ensemble, celle qui a amené depuis 5 ans à détruire 65.000 postes dans l’éducation, celle qui supprime des enseignements, celle qui attaque la cohésion de l’éducation nationale, les diplômes nationaux, celle qui veut mettre en concurrence les établissements.

 

Les grévistes du 15 décembre 2011, dans la suite du succès de la journée de mobilisation du 27 septembre sur l’ensemble des revendications, choisissent la bonne voie : celle de la lutte.

En 2012, au nom de la crise de la dette publique, que les gouvernements successifs ont eux-mêmes creusée, un plan de super-austérité se prépare quelle que soit la majorité élue en mai/juin. Ce sera l’occasion d’intensifier l’attaque l’école publique.

 

La promesse, modeste (gagée sur la remise en cause des redoublements!), de François Hollande de recréer les 65.000 postes supprimés risquent de s’envoler.

On a déjà pu constater comme l’autonomisation des universités en 2008 avec la loi LRU, en vue de leur mise en concurrence et de leur mise sous tutelle du patronat, n’a pratiquement pas suscité d’opposition à gauche.

 

Communistes, nous mettons toute notre énergie pour élever le rapport de force en faveur de la défense de l’éducation nationale.

Dans la suite du 15 décembre, nous appelons à signer la pétition pour le

 

RETRAIT PUR ET SIMPLE DU PROJET DE DECRET SUR L’EVALUATION DES ENSEIGNANTS !

 

http://retraitduprojetevaluation.net/

 

 

Lien vers notre tract général « Education » : 50% de grévistes chez les enseignants le 27 septembre : continuer !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article