Régionales 2010 : assez d’argent public distribué par les régions, même de « gauche », aux lycées privés !

18 Février 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #REGIONALES 2010

Régionales 2010 : assez d’argent public distribué par les régions, même de « gauche », aux lycées privés !

 

A la rentrée 2009, un nouveau lycée « Jean-Paul II » a été ouvert à Sartrouville dans les Yvelines. Cette structure privée confessionnelle a été créée pour répondre à la demande de familles de villes voisines bourgeoises comme Maisons-Laffitte ou Saint-Germain-en-Laye.

 

Les responsables du diocèse n’ont pas manqué lors de l’inauguration de remercier chaudement Jean-Paul Huchon, président sortant PS du Conseil régional.

On comprend leur gratitude. Le Conseil régional d’Ile-de-France est le premier donateur. Il a contribué pour plus du tiers aux 6,5 millions d’euros qu’a coûtés la construction du lycée JP2, soit autour de 2,2 millions d’euros dont 780.000 au titre de l’apprentissage.

 

JP2 n’est qu’un exemple parmi d’autres d’un choix de fond revendiqué par Huchon et sa majorité en Ile-de-France. Ils ont décidé de financer les établissements privés très au-delà des obligations légales. Le vote du Conseil régional a été obtenu avec les voix du groupe PS (et des élus pg qui en faisaient partie), de l’UMP, de l’UDF-Modem et du FN. Seul le MRC a voté contre. Les élus Verts et communistes et apparentés se sont simplement abstenus.

lycee-prive.JPG 

Il est difficile de mesurer l’ampleur des subventions publiques. La plupart des chiffres communiqués par le Conseil régional s’abstiennent de différencier public et privé. Mais ce qu’on retrouve indique qu’il s’agit de sommes importantes.

 

Contrairement à certaines dépenses de fonctionnement, rien n’oblige les régions à accorder des aides à l’investissement du secteur privé.

Ces dispositions ne sont d’ailleurs possibles qu’au bénéfice des lois réactionnaires successives qui n’ont cessé d’attaquer l’éducation nationale. Il est utile de rappeler comment la loi Debré de 1959 a autorisé un soutien public à la rénovation des écoles privées jusqu’à 50% de son montant. La vieille loi Falloux (1850) avait autorisé ces aides à hauteur de 10% du chiffre d’affaires des établissements. On se souvient de la manifestation immense pour la laïcité, pour l’école publique qui avait réussi à mettre en échec la révision de cette Loi Falloux (son aggravation) en janvier 94 contre les projets de Balladur et de … Bayrou, alors ministre de l’éducation.

 

Mais Huchon est ses amis ne sont visiblement pas dans le camp des défenseurs de l’école laïque. Dans le budget francilien pour 2010, 12 millions d’euros apparaissent pour la rénovation des lycées privés, mais aussi 2 millions pour leur équipement et 5 millions pour des créations de places. Des sommes importantes sont distribuées aussi sous forme d’aides matérielles par élève.

 

Ce qui est présenté comme une mesure « d’égalité » conduit au contraire à aider le secteur privé à concurrencer le secteur public, à écrémer les lycées publics, à aggraver la logique de ségrégation, à affaiblir l’enseignement laïque et gratuit. Ce que le pouvoir sarkoziste tente avec la baisse des moyens du public, la suppression de la carte scolaire, l’autonomisation des établissements etc.

 

Les élections régionales doivent être l’occasion de pointer cet aspect de la politique de Huchon, pour que cela ne continue pas avec la « gauche » de la même façon qu’avec la droite.

 

L’argent public à l’école publique ! La ligne de clivage est entre ceux qui sont d’accord avec cette formule de bon sens, se battent pour son application et les autres !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article