Régions/transports. L’alternative, c’est s’opposer au processus de privatisation et cesser de l'accompagner.

13 Mars 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #REGIONALES 2010

Régions/transports. L’alternative, c’est s’opposer au processus de privatisation et cesser de l'accompagner.

 

L’organisation des transports régionaux constitue l’une des principales prérogatives de la Région. En Ile-de-France, cette responsabilité est beaucoup plus considérable parce qu’elle recoupe celle des transports urbains de l’agglomération parisienne. Depuis 2005, le contrôle du Syndicat des transports d’Ile-de-France a été transféré au Conseil régional. JP.Huchon est devenu président du STIF.

 

Il ne faut pas se leurrer sur les objectifs de cette décentralisation depuis le départ telle qu’elle a été mise en place par les gouvernements successifs. Le souci « démocratique » du rapprochement des centres de décision des usagers n’est qu’un prétexte.

Le transfert de la charge financière de lourds investissements de transports sur les contribuables régionaux, notamment par la montée exponentielle de la dette publique régionale, est la première vraie raison. Elle conduit, et va conduire de plus en plus, à des ruptures d’égalité au plan national, suivant les moyens de chaque région.

La deuxième raison est de faire des régions « les autorités de régulation » de la concurrence dans le processus de marchandisation des transports orchestré par les directives et règlements européens.

L’éclatement et la privatisation de la SNCF est par exemple bien plus facile à amorcer par l’échelon régional. Avec le règlement européen sur les transports de voyageurs (dit « OSP »), applicable théoriquement depuis le 3 décembre 2009, l’exploitation des TER, déjà régionalisée, pourrait et même devrait être confiée à des groupes privés (par exemple des filiales privées de la SNCF…). La direction de la SNCF commence, en cohérence, à avancer l’idée d’un statut dégradé pour les cheminots affectés aux TER, etc.

 

Ce contexte, ses conséquences et les responsabilités passées et présentes des conseils régionaux sont largement esquivés de la campagne des élections régionales, notamment en Ile-de-France.

Le débat public sommaire s’attache aux questions d’aménagement et de politique tarifaire. Mais là encore, ses termes sont complètement tronqués.

 

Tout cela ne doit rien au hasard mais tout au profond consensus qui réunit la droite et la majorité régionale sortante de Huchon. Ce dernier ne s’abstient pas de se répandre sur le non sens de la propriété publique des services publics.

 

Alors que la victoire de la « gauche » semble jouée d’avance, malgré une abstention forte de rejet, la question est plus que jamais, notamment sur les questions de transport, de rompre avec les choix qui servent l’intérêt du patronat et préparent la privatisation de la RATP et de la SNCF.

Communistes, nous portons, de façon incessante, dans les luttes cet objectif d’alternative politique. Mais la question est aussi posée, avant le second tour, comme après le second tour : comment les élus PCF au Conseil régional vont-ils cesser de cautionner les choix de Huchon, que ce soit par le silence ou par la posture de témoignage gauchiste telle que les ex PS du Pg ou les NPA qui annoncent déjà leur ralliement à Huchon ne vont pas manquer de la pratiquer.

 

En lien, nos analyses (et celles de nos camarades du Collectif RATP Bus) sur les sujets suivants:

 

Les aménagements de transports en Ile-de-France : le « Grand Paris » placé hors débat électoral !

Politique tarifaire des transports en commun : pour la justice sociale et développement équilibré du territoire francilien !

Régionales 2010 : La région doit cesser d’accompagner le processus de mise en concurrence et de privatisation (Collectif PCF RATP BUS) !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article