Soutenons les facteurs du 15ème en grève !

20 Octobre 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

Soutenons les facteurs du 15ème en grève !

 

 

La direction de La Poste programme à nouveau 24 suppressions d’emploi de facteur sur à peine 300 au centre de distribution du 15ème.

A 70%, les facteurs du 15ème se sont mis en grève depuis le mercredi 19 octobre, parce que la coupe est pleine !

Au fil des restructurations depuis 2000, si on laisse faire, le nombre de facteurs aura été divisé par deux dans notre arrondissement. Pourtant la population a augmenté de 10.000 habitants et le nombre d’entreprise a également crû. Au plan national, tous les discours des privatiseurs sur le déclin du courrier sont démentis par les faits. Malgré internet, le volume de courrier diminue à peine (-0,5% par an à population égale, sans compter la « crise ») et celui des colis croît rapidement.

Nous assistons à rien d’autre qu’à un nouvel épisode du sabotage délibéré du service public de La Poste. Après l’an 2000, la « deuxième tournée », celle des recommandés, a été sacrifiée. Maintenant, les conditions de distribution du courrier du jour même pour le lendemain sont plus que menacées.

C’est clair, dans un objectif de profit pour le compte du privé, cette fonction structurante pour l’économie et la vie du pays, n’a plus d’intérêt.

Usagers particuliers, mais aussi professionnels, entreprises, commerçants, nous en sommes tous les victimes. Le courrier arrive de plus en plus tard dans la journée, part de plus en plus tôt. Là où la norme, avec confiance était le J+1, à la satisfaction de tous, la réalité devient aléatoire. Nous devons sans cesse payer plus cher le timbre, des services spéciaux pour avoir moins qu’avant. Et des profits sont dégagés: pour casser le service public aujourd’hui, pour quels actionnaires demain ? Le nouveau timbre « vert », 57 cts pour du J+2 est l’illustration de cette politique de repli. Quant au rôle social du facteur, par exemple auprès par exemple des personnes âgées, il passe dans les souvenirs.

Dans tout le pays se développent des luttes parmi les facteurs et les agents du tri ou des guichets. Les suppressions d’emploi se traduisent par une dégradation intolérable des conditions de travail, l’extension et l’éclatement des tournées, tout cela pour des paies de misère. Par l’impossibilité aussi de faire bien son travail conformément à la mission de service public.

Par millions en 2009, usagers des villes et des campagnes, nous avons exprimé notre refus de la privatisation de La Poste et du saccage du service public postal lors de la transformation de La Poste en société anonyme. Le prétexte du gouvernement – injecter 2,7 milliards d’euros – n’a servi qu’à casser davantage d’emploi et transformer de plus en plus la Banque Postale en banque privée.

STOP ! Le rapport de force existe toujours dans le pays pour défendre le service public postal. Les luttes, à l’appel des organisations syndicales, comme celle des facteurs du 15ème, ou le mouvement des agents des services financiers de la rue Bourseul, après le suicide dramatique d’une employée, se développent partout. Cette semaine sont en action les facteurs de Bédarieux dans l’Hérault, les guichetiers de Morlaix dans le Finistère, les facteurs de Trélazé dans le Maine-et-Loire, de Ganges dans l’Hérault, de Grenoble dans l’Isère…

Les conditions d’une convergence dans l’entreprise pour un mouvement général, avec les autres services publics, notamment avec les cheminots fortement mobilisés le 11 octobre, avec les usagers enfin, existent.

Le service public fait face à la même logique défendue par les deux forces politiques de l’alternance, la droite et le PS (et ses satellites) qui se relaient depuis les années 80 pour démanteler les grandes entreprises publiques de service public. L’Union européenne, ses traités et directives, l’euro sont leurs instruments au service du capital.

Ensemble, nous avons la force de dire NON, de gagner des ruptures : NON à la privatisation, à l’application des directives européennes de marchandisation, OUI à la défense de La Poste, à la reconquête du monopole public, à la défense des statuts et des conditions de travail des personnels. Seule la lutte sera décisive, avant comme après les élections de 2012.

APPUYONS MASSIVEMENT LA GREVE DES POSTIERS DE PARIS 15 !

AUCUNE SUPPRESSION D’EMPLOI A PARIS 15 ! EMBAUCHE SOUS CDI DES 19 CDD ET DES SALARIES NECESSAIRES AU BON FONCTIONNEMENT DU SERVICE !

La honte : la direction du courrier de Paris Sud fait appel des agents d’autres centres pour faire les « jaunes ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article