Tract POSTE/ELECTIONS/RIPOSTE

30 Mars 2012 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

LA POSTE/Elections : Bailly suspend sa politique de privatisation (actionnariat salarié) pour mieux la mijoter…

PREPARONS LA RIPOSTE QUELLE QUE SOIT LA NOUVELLE MAJORITE !

 

pcf Paris 15, 29 mars 2012

 

Tract mars 2012 (report de « l’ouverture » du capital aux salariés, largement refusée par ceux-ci, suite des luttes en France pour le service public de La Poste, après la reconnaissance du lien entre le suicide d’une agent des services financiers de Paris et son travail, luttes 2012).

 

120329_Poste_riposte.jpgL’annonce du report de 6 mois de la mise en place de l’actionnariat salarié est une bonne nouvelle. Elle montre que le PDG Bailly et les privatiseurs de La Poste ont du mal à accomplir la loi de privatisation de 2009.

Il faut dire que les agents et salariés de La Poste sont instruits de l’exemple de France Télécom. Ils n’ont pas l’intention de perdre leur épargne, même « bonifiée », pour rentrer dans le jeu de la privatisation, de leur propre surexploitation.

Et puis, un rapport de force existe toujours dans le pays pour défendre le service public de La Poste. Les mouvements incessants des personnels et des usagers en témoignent.

 

Peu d’entreprises auront expérimenté et subi les alternances politiques comme La Poste. Depuis 1989 et le sinistre PS Quilès, ministre de l’éclatement des PTT, jusqu’à Sarkozy et Besson aujourd’hui, le démantèlement de notre service public, sous l’égide de l’UE et de ses directives de mises en concurrence est en route.

 

Il se heurte à de puissantes résistances. C’est sur elles que reposent l’alternative, sans désintérêt de notre part mais aussi sans illusions sur les résultats électoraux de 2012.

Pas une semaine ne se passe sans que les collègues soient en mouvement quelque part. Depuis le 28 mars, à Saint-Renan dans le Finistère, à Tours, à Savenay dans la Loire-Atlantique depuis le 26 contre la « sécabilité » et pour des embauches en CDI, à Alès dans le Gard…

Chez nos voisins de Malakoff, Vanves, Clamart… la bataille contre « facteurs d’avenir » dure depuis deux mois et les directions commencent à reculer sur les suppressions de tournées.

 

Les résultats financiers, même comme la direction les déguisent, démolissent les fondements de sa propre propagande.

Les affaires vont bien et se présentent bien… pour les actionnaires futurs. 670 millions d’euros de bénéfices d’exploitation en 2011 en hausse de 21%. Ni les 10.000 emplois supprimés ni le quasi gel des salaires ne leur correspond. Toute la propagande patronale sur l’effondrement de la filière courrier et colis est démentie par les faits. Malgré la manifestation magistrale de la gabegie financière privée, la marche de la Banque postale vers la gestion privée se poursuit : 241 millions d’euros perdus (pas pour tout le monde) dans la spéculation sur la dette grecque mais un bénéfice net de 412 millions...

 

Dans le 15ème en particulier, nous avons une expérience de la gestion des ressources humaines par la souffrance au travail. Notre section du PCF, avec Marie-Claude Beaudeau alors sénatrice communiste, sont à l’origine de la publication en 2005 du livre « France Telecom – La machine à broyer » (D. Decèze).

Le suicide d’une collègue du centre financier a été reconnu par l’inspection du travail comme en lien avec son emploi. Deux cas aussi dramatiques se sont produits en Bretagne. Très logiquement, Bailly et ses sbires font trainer les affaires et les médiatisent dans leur sens. En exploitant les suicides, cas extrêmes, et la souffrance au travail qu’ils fabriquent eux-mêmes, ils espèrent créer un climat de résignation et d’individualisme.


NON ! La réponse appropriée, c’est la bataille

- contre la dégradation des conditions de travail au jour le jour,

- contre le processus européen de marchandisation et de privatisation,

- pour la défense des statuts le rétablissement des monopoles publics.

 

C’est la convergence des luttes pour transformer en victoire pour les travailleurs le rapport de force qui s’est exprimé par millions en 2008 contre le changement de statut de La Poste, puis contre la casse des retraites.

 

Le temps des élections, on dirait que tout est suspendu.

 

Pas pour nous communistes ! Nous préparons les luttes à venir, singulièrement à La Poste, pour La Poste et les travailleurs!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article