20ème jour de grève chez les facteurs de Paris 15 : La direction acculée à céder sur l’emploi ! Extension du mouvement dans les autres arrondissements.

8 Juin 2014 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

20ème jour de grève chez les facteurs de Paris 15 : La direction acculée à céder sur l’emploi ! Extension du mouvement dans les autres arrondissements.

Pcf Paris 15, 9 juin 2014

140608_greve_paris15_.jpgLa grève continue chez les facteurs de Paris 15, toujours très suivie – 30 à 50% - malgré la dureté des situations financières. Communistes, comme les syndicalistes, nous expliquons avec nos tracts aux usagers (en lien) combien la direction porte l’entière responsabilité de la gêne occasionnée.

La direction soit se rendre à l’évidence. Elle ne trouvera aucun compromis dans les négociations si elle ne revient pas sur son projet de suppression de 22 postes, soit 10% des facteurs de l’arrondissement.

Il n’y a pas trente-six « variables d’ajustement » de cette saignée de l’emploi. Aucune n’est acceptable par les agents. La sauvegarde des 22 emplois est la revendication centrale.

 

La direction veut encore davantage remettre en cause les week-ends des agents. « Week-ends », c’est déjà un bien grand mot puisque les facteurs ne bénéficient déjà que d’un samedi sur 4 de libre. Voilà que la direction veut aussi les faire travailler quasiment tous les lundis, pour lisser la charge de travail, et même l’accroître avec de la distribution de publicité non adressée. Négocier les conditions de ce nouveau sacrifice sur la vie de famille ne passera pas.

La direction alourdit encore les tournées, donc allonge mécaniquement le temps de travail, avec des heures supplémentaires non payées. Il faut être masochiste pour accepter de négocier cette augmentation du temps travail gratuit. Les facteurs du 15ème ne le sont pas.

Reste à la direction de La Poste à dégrader encore la qualité du service public de distribution du courrier. Mais, au fil des restructurations, elle est presque arrivée au bout du possible. La deuxième tournée a été éliminée. Les recommandés ne sont pratiquement plus jamais délivrés à domicile (en 45 secondes montre en main – c’est le plus souvent impossible). Le tri local qui permettait qu’une lettre postée le matin dans le 15ème arrive dans la journée dans le 15ème – et oui, La Poste en était capable il y a à peine 10 ans ! – a été abandonné. Le « J+1 » devient l’exception malgré l’envolée du prix du timbre. Le courrier arrive toujours plus tard dans la journée etc.

La direction de La Poste est sans doute prête à aller plus loin mais les postiers, animés de l’esprit de service public, peuvent encore moins la dégradation de leur mission. Et les usagers n’en peuvent plus.

Dans le 15ème, le centre de distribution comptait 643 salariés – cadres compris – en 2000, 527 en 2005. Maintenant, ils sont moins de 300. Pourtant la population de l’arrondissement est passée de 223.000 à 241.000 habitants. Le nombre d’emplois dans l’arrondissement est passé de 105.000 à 140.000. Dans les ensembles de logements sociaux, les facteurs effectuent désormais la distribution dans les boîtes à la place du personnel (réduit) des bailleurs. Dans les copropriétés, il y a de moins en moins de gardiens qui distribuent eux-mêmes le courrier.

La direction de La Poste a beau exagérer chaque année ses prévisions de baisse de la quantité de courrier expédié, elle est loin du compte. Et même très loin. Depuis 2005, le volume de courrier aurait baissé nationalement de 15%, principalement après 2008. Mais dans le 15ème, la baisse n’est que de l’ordre de 5%. Avec la publicité, la charge de travail ne diminue pas. En revanche, les effectifs ont baissé de 40% !

C’est une véritable politique de sabotage par la direction de La Poste elle-même de son activité historique. Avec des tarifs toujours plus élevés pour des prestations toujours plus dégradées, elle pousse les usagers, particuliers mais aussi professionnels, à rechercher d’autres solutions. Le 1er janvier dernier, le tarif des « écoplis » de moins de 100 grammes, fortement utilisés par les entreprises et les PME, s’est envolé de 20% (de 1euro à 1,20 euro)!

La logique de privatisation, ce n’est pas celle de l'efficacité du service public, c’est celle de la recherche du taux profit maximum avec l’exploitation maximum des travailleurs. Moins La Poste est efficace, plus des entreprises privées, sous-traitantes ou filiales, ou « concurrents » peuvent s’emparer de marchés juteux et accumuler des bénéfices avec salariés jetables ultra-précaires, comme pour la distribution de la presse.

Quand les médias présentent les possibilités d’extension du rôle du facteur au-delà du courrier, c’est de la propagande mensongère, tant la charge de travail courrier du facteur devient encore plus lourde avec les coupes dans les effectifs. 50000 emplois cassés en 6 ans !

A Paris 15, dans la lutte, il y une question qui se pose avant tout : c’est celle de l’emploi, du maintien de l’emploi, de l’annulation du projet de suppression de 22 postes. Aucune négociation n’aboutira jamais sans qu’il y ait recul de la direction sur le point essentiel.

La détermination des agents de Paris 15, avec leurs syndicats CGT et Sud, est remarquable, d’autant plus que la direction, n’hésite pas à recourir à des cadres « jaunes » voire à des intérimaires pour casser la grève. Leur lutte, dynamique, est un point d’appui pour les tous les postiers confrontés à la même politique, aussi pour les autres salariés des services public et du privé.

Les facteurs du 15ème ne sont pas seuls. A Ajaccio, à Tours, à Epinay-sur-Orge, à Champs-sur-Marne etc., des mouvements de même nature contre le même type de « réorganisation », contre la même politique se développent ces jours-ci.

Mardi 10 juin, les syndicats des postaux de Paris CGT et Sud ont décidé d’appeler à un mouvement d’ensemble, reconductible, dans tous les centres d’arrondissement avec un rassemblement à Paris 15.

Communistes, nous soutenons plus que jamais ce mouvement auprès des salariés et des populations. Le 10 juin, à 19h00, la grève nationale reconductible des cheminots va démarrer contre la « réforme ferroviaire ».

Les luttes et leur convergence portent plus que jamais la perspective de rupture politique et l’espoir !

Vivent les postiers ! Vivent les cheminots !

En lien notre dossier avec nos analyses et tracts de soutien à la grève des facteurs.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article